Togo | politique

Politique

Article détaillé : Politique au Togo.

En février 1958, la victoire du Comité de l'unité togolaise aux élections ouvre la voie à une indépendance complète du pays, confirmée six mois plus tard par la levée de la tutelle du pays par l'ONU. Sylvanus Olympio est le premier président togolais, mais il est tué au cours du coup d'État du par un officier français. Coup d'État revendiqué par Gnassingbé Eyadéma, le père de l'actuel président.

L'ancien Premier ministre Nicolas Grunitzky devient président du Togo à la suite de ce coup d’État, le premier de toute l’histoire de l'indépendance de l’Afrique noire, organisé par un groupe de soldats mené par le sergent Étienne Gnassingbé Eyadema. Nicolas Gruniztky, favorable à un rapprochement avec la France, est destitué par un nouveau coup d’État en 1967 où l'on retrouve Étienne Gnassingbé Eyadema.

De 1967 au , Étienne Gnassingbé Eyadema, très critiqué pour ses méthodes de répression envers ses opposants politiques, est président du Togo. À la suite de son décès et profitant de l’absence au pays du président de l’Assemblée nationale qui, selon l’article 65 de la Constitution, doit assurer l’intérim de la présidence, l’armée togolaise prend la décision de confier le pouvoir au fils de Gnassingbé Eyadema, Faure Gnassingbé. L’Union africaine par la voix du président de la Commission Alpha Oumar Konaré dénonce un coup d’État militaire.

Le , à la suite des pressions de la CEDEAO et de l’Union européenne, le fils de Gnassingbé se retire et laisse la place au vice-président de l’Assemblée nationale togolaise : Abbas Bonfoh. Ce dernier assure l’intérim de la fonction présidentielle jusqu’à la tenue de l’élection présidentielle du 24 avril 2005. Quatre candidats se présentent : Faure Gnassingbé, soutenu par le Rassemblement du peuple togolais (RPT), Emmanuel Bob Akitani, candidat de la coalition de l’opposition radicale, Harry Olympio, candidat du Rassemblement pour le soutien à la démocratie et au développement (RSDD, opposition modérée) et Nicolas Lawson, homme d’affaires qui annonce le retrait de sa candidature le .

Le , la Commission électorale nationale et indépendante (CENI) proclame les résultats de l’élection présidentielle du 24 avril. Faure Gnassingbé, remporte l’élection avec 60,22 % des suffrages devant Emmanuel Bob Akitani avec 38,19 % et Harry Olympio avec 0,55 %. L’opposition et le RPT s’accusent mutuellement de manipulations et de fraudes. La France juge que le scrutin s’est déroulé dans des conditions acceptables même s’il y a eu plus de 500 morts, 10 000 blessés et 30 000 réfugiés. La Commission européenne, malgré un rapport confidentiel accréditant l’existence de fraudes massives de la part du pouvoir, a pris acte de l’élection de Faure Gnassingbe. Le Parlement européen a toutefois voté une résolution de non-reconnaissance de Faure Gnassingbé comme président élu du Togo.

Le , Edem Kodjo, président de la Convergence patriotique panafricaine (CPP, opposition modérée), est nommé Premier ministre. Il est chargé de constituer un gouvernement d’union nationale.

Amnesty International publie en juillet 2005 un rapport dénonçant selon ses propres termes « un scrutin entaché d’irrégularités et de graves violences » tout en montrant que « les forces de sécurité togolaises aidées par des milices proches du parti au pouvoir (le Rassemblement du peuple togolais (RPT)) s’en sont violemment prises à des opposants présumés ou à de simples citoyens en ayant recours à un usage systématique de la violence ». Le rapport reproche aussi à la France son rôle ambigu dans la situation actuelle[4].

Les violences consécutives aux événements politiques de 2005 auraient entraîné entre 400 et 500 morts. Certains parlent même de plus de 800 victimes[réf. nécessaire].

Les élections législatives de 2007 seront considérées comme libres et transparentes par la communauté internationale. Surtout, elles permettent le retour d'une Assemblée pluraliste au Togo. Dans cette même tendance, en 2010 seront organisées des élections présidentielles sans violences où le président Faure Gnassingbe est réélu avec 60,9 % des voix. L'UFC dont le candidat naturel, Gilchrist Olimpyo, a été remplacé au dernier moment par Jean-Pierre Fabre, conteste cette élection dans la rue mais se refuse à tout recours devant la cour constitutionnelle[réf. nécessaire].

En 2013, de nouvelles élections législatives sont organisées. Le Parti Unir obtient 62 sièges sur 91 soit la majorité absolue. L'ANC devient le premier parti de l'opposition avec 19 sièges. Un regroupement des principaux partis d'opposition (le Combat pour l'alternance politique) dénonce par avance des fraudes massives pour l'élection présidentielle de 2015[5].

 Le règne de Gnassingbé Eyadema

Carte du Togo.

Un des organisateurs du coup d’État de 1963, Gnassingbé Eyadema accède à la présidence de la République en 1967. Tirant les leçons des divisions constatées dans le cadre du multipartisme, il crée le Rassemblement du peuple togolais (RPT), un parti unique et d'État.

Une nouvelle constitution, en 1979, instaure la Troisième république et donne le pouvoir au président par une élection au suffrage universel. Il est ensuite réélu en 1986.

En 1990, à la suite de violentes manifestations, suivies d'une conférence nationale, un premier ministre issu de l'opposition, Maître Joseph Kokou Koffigoh, est nommé. L’adoption d’une nouvelle constitution en 1992 n’apaise cependant pas les tensions. En 1993, Eyadema remporte de nouveau l’élection présidentielle boycottée par l’opposition.

Gnassingbé Eyadéma est proche de la défaite, lors des élections de 1998, face à Gilchrist Olympio, fils de Sylvanus Olympio. Il remporte l’élection dans des conditions très controversées.

Gnassingbé Eyadéma est réélu en 2003 à la suite d'un changement dans la constitution pour l’autoriser à se présenter à nouveau.

Faure Gnassingbé

Gnassingbé Eyadéma décède le , mettant fin à 38 ans de présidence consécutifs. La situation de vide constitutionnel créée par l'absence du président du Parlement du territoire national conduit l'armée à confier la responsabilité du pouvoir à Faure Gnassingbé (les opposants à l'armée parlent de prise de pouvoir, la constitution disposant qui devait, qu'importe le lieu où il se trouve, présider l'intérim). Dans la foulée, le Parlement procède aux modifications constitutionnelles permettant d'entériner que l'intérim soit assuré par Faure Gnassingbé. Le 25 février, Faure Gnassingbé décide de démissionner. L'ordre constitutionnel est maintenu avec l'arrivée à la magistrature suprême du président de l'Assemblée nationale qui assurera l'intérim.

Le 24 avril 2005, une élection présidentielle est organisée. Elle se déroule dans des conditions très controversées, l’opposition, dénonçant des fraudes. Emmanuel Bob Akitani, chef de l’opposition, se déclare vainqueur avec 70 % des voix alors que le gouvernement déclare Faure Gnassingbé élu. Dès l’annonce des résultats, des manifestations émaillées de violences éclatent dans les principales villes. Elles seront violemment réprimées par les forces de l'ordre. Le gouvernement décide de mettre en place une commission nationale d'enquête qui estime le nombre de morts à des centaines, plus de 800 selon la Ligue togolaise des droits de l'homme (LTDH)[6]. De nombreux Togolais, environ 40 000, se réfugient dans les pays voisins, le Bénin et le Ghana[7]. Le , Faure Gnassingbé prête serment et déclare qu’il se concentrera sur « la promotion du développement, le bien commun, la paix et l’unité nationale ».

Depuis, le jeune président est parvenu à rétablir la confiance avec l'Union européenne (UE) après treize années d'embargo. Il a en outre donné son accord à la formation d'un gouvernement d'unité nationale. Le Premier ministre est un opposant de longue date, Me Yawovi Agboyibo, président du CAR.

Après de nombreux reports, des élections législatives ont lieu, avec un modèle de représentation à la proportionnelle, ceci afin de permettre une équitable représentation des populations, du nord au sud du pays. Le président via son parti, le RPT, remporte une majorité absolue à l'Assemblée. Deux partis politiques se partagent l'Assemblée nationale : le RPT et l'UFC, les autres partis sont ultra minoritaires. Malgré la présence d'émissaires de l'Union européenne, des votes illégaux et des suppressions ont été dénoncés principalement dans les bastions du RPT. Mais les élections sont déclarées relativement transparentes par la communauté internationale, et considérées comme un modèle depuis le retour du système multi-pluraliste puisqu'il y a eu peu de pressions et de cas de violences. Le , un nouveau Premier ministre issu du RPT, Komlan Mally, est nommé pour succéder à Yawovi Agboyibor. Il est remplacé le par Gilbert Fossoun Houngbo, qui assumait jusqu'à cette date la direction du bureau Afrique du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement).

L'élection présidentielle de février 2010 permet à Faure Gnassingbé de se faire réélire avec 61 % des voix[8] face à Jean-Pierre Fabre, de l'UFC, candidat de la coalition d'opposition Front républicain pour l’alternance et le changement (FRAC). Des heurts ont lieu en protestation à cette élection entre militants de la coalition et forces de l'ordre[9]. Les élections ont été dénoncées par l'Union européenne, finançant les élections, qui au travers de ses observateurs a constaté des irrégularités au niveau de la campagne électorale[10].

Faure Gnassingbé est à nouveau réélu lors de l'élection présidentielle d'avril 2015, avec 58,75 % des suffrages exprimés, contre 34,95 % pour son principal adversaire Jean-Pierre Fabre. Une élection jugée libre et transparente par l'UE et les principaux observateurs internationaux[11]. L'abstention s'élève à 40,01 %, contre 35,32 % à la précédente présidentielle de 2010. Du côté de l'opposition, Tchabouré Gogué, président de l'Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), a obtenu 3,08 % des suffrages, Komandega Taama, président du Nouvel engagement togolais (NET), 1,06 %, et Mouhamed Tchassona-Traoré, président du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD, opposition), 0,99 %. Il nomme Premier ministre Komi Sélom Klassou le jusque-là premier président de l'Assemblée nationale[12].

Other Languages
Acèh: Togo
адыгабзэ: Того
Afrikaans: Togo
Akan: Togo
Alemannisch: Togo
አማርኛ: ቶጎ
aragonés: Togo
العربية: توغو
مصرى: توجو
asturianu: Togu
azərbaycanca: Toqo
تۆرکجه: توقو
башҡортса: Того
žemaitėška: Togs
Bikol Central: Togo
беларуская: Тога
беларуская (тарашкевіца)‎: Тога
български: Того
भोजपुरी: टोगो
Bahasa Banjar: Togo
bamanankan: Togo
বাংলা: টোগো
བོད་ཡིག: ཊོ་གོ
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: টোগো
brezhoneg: Togo
bosanski: Togo
буряад: Того
català: Togo
Chavacano de Zamboanga: Togo
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Togo
нохчийн: Того
Cebuano: Togo
کوردی: تۆگۆ
qırımtatarca: Togo
čeština: Togo
Чӑвашла: Того
Cymraeg: Togo
dansk: Togo
Deutsch: Togo
Zazaki: Togo
dolnoserbski: Togo
डोटेली: टोगो
ދިވެހިބަސް: ޓޯގޯ
eʋegbe: Togo
Ελληνικά: Τόγκο
English: Togo
Esperanto: Togolando
español: Togo
eesti: Togo
euskara: Togo
estremeñu: Togu
فارسی: توگو
Fulfulde: Togo
suomi: Togo
Võro: Togo
føroyskt: Togo
arpetan: Togô
Nordfriisk: Toogo
Frysk: Togo
Gaeilge: Tóga
Gagauz: Togo
Gàidhlig: Tògo
galego: Togo
ગુજરાતી: ટોગો
Gaelg: Yn Togo
Hausa: Togo
客家語/Hak-kâ-ngî: Togo
עברית: טוגו
हिन्दी: टोगो
Fiji Hindi: Togo
hrvatski: Togo
hornjoserbsce: Togo
Kreyòl ayisyen: Togo
magyar: Togo
հայերեն: Տոգո
Bahasa Indonesia: Togo
Interlingue: Togo
Igbo: Togo
Ilokano: Togo
Ido: Togo
íslenska: Tógó
italiano: Togo
日本語: トーゴ
Patois: Tuogo
Basa Jawa: Togo
ქართული: ტოგო
Qaraqalpaqsha: Togo
Taqbaylit: Ṭugu
Kabɩyɛ: Togo
Kongo: Togo
қазақша: Того
ಕನ್ನಡ: ಟೊಗೊ
한국어: 토고
kurdî: Togo
kernowek: Togo
Кыргызча: Того
Latina: Togum
Ladino: Togo
Lëtzebuergesch: Togo
Lingua Franca Nova: Togo
Luganda: Togo
Limburgs: Togo
Ligure: Tògo
lumbaart: Togo
lingála: Togo
lietuvių: Togas
latviešu: Togo
Malagasy: Togo
македонски: Того
മലയാളം: ടോഗോ
монгол: Того
मराठी: टोगो
кырык мары: Того
Bahasa Melayu: Togo
Malti: Togo
မြန်မာဘာသာ: တိုဂိုနိုင်ငံ
مازِرونی: توگو
Dorerin Naoero: Togo
Nāhuatl: Togo
Plattdüütsch: Togo
Nedersaksies: Togo
नेपाली: टोगो
नेपाल भाषा: टोगो
Nederlands: Togo
norsk nynorsk: Togo
norsk: Togo
Novial: Togo
Sesotho sa Leboa: Togo
occitan: Tògo
Livvinkarjala: Togo
Oromoo: Toogoo
Ирон: Того
ਪੰਜਾਬੀ: ਟੋਗੋ
Kapampangan: Togo
Papiamentu: Togo
पालि: टोगो
Norfuk / Pitkern: Togo
polski: Togo
Piemontèis: Tògo
پنجابی: ٹوگو
português: Togo
Runa Simi: Tugu
rumantsch: Togo
română: Togo
русский: Того
Kinyarwanda: Togo
संस्कृतम्: टोगो
саха тыла: Того
sardu: Togo
sicilianu: Togu
Scots: Togo
سنڌي: ٽوگو
davvisámegiella: Togo
Sängö: Togö
srpskohrvatski / српскохрватски: Togo
සිංහල: ටෝගෝ
Simple English: Togo
slovenčina: Togo
slovenščina: Togo
chiShona: Togo
Soomaaliga: Togo
shqip: Togo
српски / srpski: Того
SiSwati: IThogo
Sesotho: Togo
Seeltersk: Togo
Basa Sunda: Togo
svenska: Togo
Kiswahili: Togo
ślůnski: Togo
தமிழ்: டோகோ
тоҷикӣ: Того
ትግርኛ: ቶጎ
Türkmençe: Togo
Tagalog: Togo
Türkçe: Togo
Xitsonga: Togo
татарча/tatarça: Того
Twi: Togo
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: توگو
українська: Того
اردو: ٹوگو
oʻzbekcha/ўзбекча: Togo
vèneto: Togo
vepsän kel’: Togo
Tiếng Việt: Togo
Volapük: Togoän
Winaray: Togo
Wolof: Togóo
吴语: 多哥
хальмг: Того Орн
მარგალური: ტოგო
ייִדיש: טאגא
Yorùbá: Tógò
中文: 多哥
文言: 多哥
Bân-lâm-gú: Togo
粵語: 多哥
isiZulu: ITogo