Sous-culture | caractéristiques

Caractéristiques

Une sous-culture est un ensemble de valeurs, de représentations et de comportements, propres à un groupe social ou à une entité particulière. Lorsqu'une sous-culture se caractérise par une opposition systématique à la culture dominante, elle peut en plus être qualifiée de contre-culture. Comme le décrit Ken Gelder, les sous-cultures sont sociales, possèdent leurs propres conventions, valeurs et rituels, mais elles peuvent également être immergées ou auto-absorbées ; c'est cette dernière précision qui fait qu'une sous-culture n'est pas forcément une contre-culture.

Ken Gelder identifie six clés de reconnaissance d'une sous-culture :

  1. des relations négatives avec le travail (elles dérangent, parasitent…)
  2. des relations négatives ou ambiguës avec la société de classes (sans forcément comporter une « conscience de classe » ou un désaccord affirmé)
  3. une référence davantage à des territoires, des espaces publics (rue, forêt, club…) qu'à des propriétés
  4. une appartenance des individus en dehors de la famille ou du foyer domestique
  5. une démarcation par des styles excentriques ou exagérés (avec des exceptions, néanmoins)
  6. un refus de la banalité de la vie ordinaire et de la massification (refus d'être une culture de masse)

Dans son livre Subculture, the Meaning of Style[4], paru en 1979, Dick Hebdige fait valoir que les sous-cultures sont des subversions face à la normalité comportementale. Elles peuvent être perçues négativement à cause de leur nature critique des standards de la société dominante. En essence, les sous-cultures s'appuient toujours sur les mêmes idées individuelles : la sensation d'être laissé pour compte des standards sociaux et le besoin de se forger une identité propre.

Dès 1950, David Riesman distingue de la majorité, « qui accepte passivement les styles et façons de faire conditionnées par le commerce, les sous-cultures qui recherchent activement un style minoritaire ("a minority style")… et s'accordent avec des valeurs subversives »[5].

Sarah Thornton, avec le concours de Pierre Bourdieu, a décrit le « capital sous-culturel » comme les savoirs culturels et les bases acquises par les membres d'une sous-culture, les sensibilisant à leur statut et les différenciant des membres d'un autre groupe[6].

Other Languages
العربية: ثقافة فرعية
asturianu: Subcultura
azərbaycanca: Submədəniyyət
беларуская: Субкультура
български: Субкултура
brezhoneg: Issevenadur
bosanski: Potkultura
català: Subcultura
čeština: Subkultura
dansk: Subkultur
Deutsch: Subkultur
Ελληνικά: Υποκουλτούρα
English: Subculture
Esperanto: Subkulturo
español: Subcultura
eesti: Subkultuur
euskara: Azpikultura
Frysk: Subkultuer
galego: Subcultura
עברית: תת-תרבות
hrvatski: Supkultura
magyar: Szubkultúra
interlingua: Subcultura
Bahasa Indonesia: Subkultur
íslenska: Menningarkimi
italiano: Subcultura
ქართული: სუბკულტურა
한국어: 하위문화
Latina: Subcultura
lietuvių: Subkultūra
latviešu: Subkultūra
македонски: Поткултура
Nederlands: Subcultuur
norsk nynorsk: Subkultur
norsk: Subkultur
polski: Subkultura
português: Subcultura
română: Subcultură
русский: Субкультура
srpskohrvatski / српскохрватски: Supkultura
Simple English: Subculture
slovenčina: Subkultúra
slovenščina: Subkultura
shqip: Subkultura
српски / srpski: Potkultura
svenska: Subkultur
Türkçe: Altkültür
українська: Субкультура
oʻzbekcha/ўзбекча: Submadaniyat
Tiếng Việt: Tiểu văn hóa
中文: 次文化