Pierre Boujut | rayonnement et postérité

Rayonnement et postérité

L’entrée du 11, rue Laporte-Bisquit.

En 1970, Jean-Paul Louis arrive en Charente depuis Saint-Ouen afin de prendre contact avec Pierre Boujut [55]. Il ne quittera plus la région et sera rejoint, l'année suivante, par Edmond Thomas, qui a quitté Paris, attiré lui aussi, en partie, par ce qu'il sait de La Tour de Feu [56]. Ils ont élu domicile à Bassac [57] et poursuivent ensemble la publication de Plein Chant et du Lérot rêveur [N 10]. En 1973, Jean-Paul Louis gagne Tusson où il va continuer son travail éditorial à l'enseigne Du Lérot [58]. En 1979, Georges Monti séjourne à son tour à Bassac avant de fonder à Cognac sa propre maison d'édition : Le Temps qu'il fait [59], aujourd'hui réinstallée à Bazas (Gironde).

Par la suite, Jean-Pierre Moreau rejoindra Jean-Paul Louis puis installera à Aigre ses Éditions Séquences [N 11]. Ces quatre imprimeurs-éditeurs se sont tous connus et ont tous, plus ou moins longuement, partagé leurs expériences dans un esprit qui n'est pas sans évoquer celui du compagnonnage. Quoi qu'il en soit, si le département de la Charente comptait quatre maisons d'édition au début des années 1990, c'est en très grande partie à cause de la fascination que l'entreprise de Pierre Boujut avait exercée, vingt ans plus tôt, sur l'esprit de deux jeunes hommes passionnés de littérature et avides de liberté.

En 1982, La Nouvelle Tour de Feu voit le jour sous une autre maquette, et, peu à peu, avec d'autres collaborateurs, adopte un autre esprit. « J'ai passé la main à mon ami Michel Héroult » écrit Pierre Boujut dans ses souvenirs [60]. Comme pour confirmer cette transmission, le nouveau directeur publie, en 1988, un recueil de son prédécesseur : Quatre clefs pour une serrure. Après 1992, la nouvelle revue prend « réellement son autonomie » [61]. Michel Héroult meurt le 12 septembre 2011, à l'âge de 73 ans [62].

En 1991 paraît un ouvrage de référence : L’Histoire exemplaire d’une revue de poésie dans la province française : La Tour de Feu, revue internationaliste de création poétique (1946-1981). Aux analyses de Daniel Briolet, alors professeur à l’Université de Nantes, s'ajoutent, entre autres, les extraits des communications de Pierre Boujut, Roland Nadaus, Edmond Humeau, communications effectuées lors du colloque international de Jarnac, en 1987 [N 12].

En 1996, naît l'Association des Amis de Pierre Boujut et de La Tour de Feu [63]. Présidé successivement par Daniel Briolet [N 13], Marianne [N 14] et Michel Boujut [N 15], cet organisme crée à Jarnac, au 11, rue Laporte-Bisquit, l'« Espace poétique Pierre Boujut » [N 16] et fait ensuite paraître un bulletin annuel [N 17], où seront publiés quelques portraits — dont ceux d'Edmond Humeau, Pierre Chabert, Adrian Miatlev — et réédités, à l'identique, d'anciens numéros de la revue originelle [N 18]. L'association est dissoute en novembre 2011, à la suite du décès de son dernier président, Michel Boujut [64].

Other Languages
português: Pierre Boujut