Humour | recherches

Recherches

L'étude de l'humour et ses effets (gélotologie) entre dans le champ disciplinaire de la psychologie, de la philosophie, de la linguistique, de la sociologie, de l'histoire, de la littérature et de la médecine.

Origine et rôle

Les origines et les fonctions du rire engendré par l'humour sont difficiles à cerner mais il est reconnu depuis l'Antiquité comme ayant une fonction cathartique.

Pour certains éthologues[Qui ?], le rire, constaté chez certaines races de singes, est avant tout le rictus, c'est-à-dire un soulèvement des lèvres afin de montrer les dents ; il pourrait donc être une forme de violence détournée, une inclination à l'agression résumée en une grimace. Vu sous cet angle, l'humour permettrait d'évacuer cette violence, née de la frustration et de la souffrance associées à la fonction cathartique. Le lien avec une sensation de malaise peut se vérifier si la gêne est ressentie par l'auditoire et l'orateur lorsque celui-ci rate un trait d'esprit et ne parvient pas à faire sourire.

L'humour est aussi souvent un moyen pour un groupe ou une personne soumis à de fortes pressions sociales ou à de fortes contraintes de s'en échapper. Il peut également être militant.

Thérapie

Il est empiriquement reconnu que l'humour et son effet direct, le rire, a des effets positifs sur la santé. La science contemporaine a découvert que l'humour et le rire participaient, entre autres, à la décontraction des muscles, à la réduction des hormones de stress, à l'amélioration du système immunitaire, à la réduction de la douleur[13].

L'humour est également un outil à part entière de l'hypnose ericksonienne. Il permet au thérapeute une communication à plusieurs niveaux : au-delà du sens premier perçu consciemment, une seconde possibilité, voire un champ de possibilités peut être perçu inconsciemment[14], et donc envisagé. Mettant sur la voie du changement, l'humour génère ainsi du recadrage.

Pédagogie

L'humour peut se révéler être un outil intéressant pour l'enseignement[15]. Des études ont montré que l'utilisation de l'humour, accompagné d'analogies et de métaphores, permet de mieux mémoriser l'information[16],[17].

Philosophie

On ne saurait enfin, bien sûr, passer sous silence son rôle en philosophie, à la fois proche et distinct de celui de l’ironie. Sans même remonter à Hippocrate et surtout aux cyniques grecs, il faudrait se référer à Soeren Kierkegaard. À sa suite, Henri Bergson et Vladimir Jankelevitch ont critiqué l'esprit de sérieux (mais non le sérieux lui-même) dont se couvrent parfois les penseurs[18].

Psychanalyse

Freud traite le sujet de « l'humour » au cours de son ouvrage sur Le trait d'esprit et sa relation à l'inconscient (1905) dans le cadre théorique de la première topique et dans un bref texte plus tardif intitulé « L'humour » (1927) dans le cadre de la seconde topique.

Other Languages
العربية: فكاهة
asturianu: Humor
azərbaycanca: Yumor
беларуская: Гумар
беларуская (тарашкевіца)‎: Гумар
български: Хумор
বাংলা: রসবোধ
བོད་ཡིག: དགོད་བྲོ།
bosanski: Humor
català: Humor
čeština: Humor
Чӑвашла: Кулăш
dansk: Humor
Deutsch: Humor
Ελληνικά: Χιούμορ
English: Humour
Esperanto: Humuro
español: Humor
eesti: Huumor
euskara: Umore
فارسی: شوخی
suomi: Huumori
galego: Humor
עברית: הומור
hrvatski: Humor
magyar: Humor
հայերեն: Հումոր
Bahasa Indonesia: Humor
Ido: Humuro
italiano: Umorismo
日本語: ユーモア
ქართული: იუმორი
қазақша: Әзіл
한국어: 유머
Кыргызча: Юмор
lietuvių: Humoras
latviešu: Humors
олык марий: Юмор
македонски: Хумор
മലയാളം: ഹാസ്യം
مازِرونی: شوخی
Nederlands: Humor
norsk nynorsk: Humor
norsk: Humor
occitan: Umor
português: Humor
română: Umor
русский: Юмор
русиньскый: Гумор
Scots: Humour
srpskohrvatski / српскохрватски: Humor
Simple English: Humour
slovenčina: Humor
slovenščina: Humor
shqip: Humori
српски / srpski: Хумор
svenska: Humor
తెలుగు: హాస్యము
Türkçe: Mizah
татарча/tatarça: Yumor
українська: Гумор
اردو: مزاح
oʻzbekcha/ўзбекча: Mutoyiba
Tiếng Việt: Hài hước
მარგალური: იუმორი
ייִדיש: הומאר
中文: 幽默
Bân-lâm-gú: Khoe-hâi