Douglas MacArthur | entre-deux-guerres

Entre-deux-guerres

Superintendant de l'académie militaire de West Point

En 1919, MacArthur devint le superintendant de l'Académie militaire à West Point que le chef d'état-major Peyton March considérait comme dépassée sur de nombreux points et nécessitaient de profondes réformes[55]. Accepter le poste permit à MacArthur de conserver son grade de brigadier-général au lieu de redevenir major comme la plupart de ses contemporains[56]. Lorsque MacArthur déménagea dans la maison du superintendant avec sa mère en [57], il devint le plus jeune superintendant depuis Sylvanus Thayer (en) en 1817[58]. Cependant, alors que Thayer avait dû faire face à l'opposition venant de l'extérieur de l'armée, MacArthur devait surmonter la résistance des cadets et des membres de l'Académie[59].

Homme portant un képi, une ceinture à bandoulière et des bottes de cavalier.
MacArthur en tant que superintendant de West Point.

La vision de MacArthur de ce qui était demandé d'un officier ne venait pas seulement de sa récente expérience du combat en France mais aussi de celle de l'occupation de la Rhénanie en Allemagne. Le gouvernement militaire de la région avait demandé à l'armée de gérer les problèmes politiques, économiques et sociaux et il avait vu que les diplômés étaient complémentent inexpérimentés en dehors du domaine militaire[57]. Durant la guerre, West Point avait été réduit à une école pour élève-officier avec cinq promotions diplômées en deux ans. Le moral des cadets et de l'encadrement était faible et le bizutage avait atteint un « niveau inégalé de méchanceté[60] ». Le premier changement de MacArthur s'avéra être le plus simple. Le Congrès avait fixé la durée du cursus à trois ans mais MacArthur parvint à restaurer le programme sur quatre ans[61].

Durant le débat sur la durée du cursus, le New York Times souleva la question de la nature reclus et antidémocratique de la vie étudiante à West Point[61]. Suivant l'exemple de l'université Harvard en 1869, les universités civiles avaient commencé à évaluer les élèves uniquement suivant leurs performances académiques mais West Point avait conservé l'ancien concept éducatif d'« homme complet ». MacArthur chercha à moderniser le système en intégrant l'allure, le commandement, l'efficacité et les performances athlétiques dans le concept de caractère militaire. Il formalisa le code d'honneur des cadets jusqu'alors non écrit en 1922 lorsqu'il forma le comité d'honneur des cadets pour enquêter sur les supposées violations du code. Élu par les cadets eux-mêmes, il n'avait aucun pouvoir de sanction mais agissait comme une sorte de grand jury rapportant les infractions au commandant[62]. MacArthur tenta de mettre un terme au bizutage en faisant entrainer les plébéiens par des officiers plutôt que par des personnes des classes supérieures[63].

Au lieu du traditionnel camp d'été à Fort Clinton, MacArthur fit entrainer les cadets à l'utilisation d'armes modernes avec des sergents d'active du Fort Dix dans le New Jersey et ils devaient marcher les 180 km jusqu'à West Point avec leur paquetage[63]. Il tenta de moderniser l'enseignement en ajoutant des cours d'arts libéraux, d'administration et d'économie mais il rencontra une forte opposition de la part du comité académique. Dans les cours militaires, l'étude des campagnes de la guerre de Sécession fut remplacée par celles de la Première Guerre mondiale. Dans les cours d'histoire, l'accent fut mis sur l'Extrême-Orient. MacArthur élargit le programme sportif en augmentant le nombre de compétitions au sein de l'établissement et en imposant à tous les cadets de participer[64]. Il autorisa les cadets de dernière année à quitter l'Académie lors de permissions et approuva la parution d'un journal étudiant, The Brag, précurseur de l'actuel West Pointer. Il autorisa également les cadets à voyager pour assister aux matchs de leur équipe de football et leur accorda une indemnité de 5 $ par mois. Les professeurs et les élèves protestèrent ensemble contre ces changements radicaux[63]. La plupart des réformes de MacArthur à West Point furent rapidement abandonnées mais au cours des années qui suivirent, ses idées furent acceptées et ses innovations furent lentement réintroduites[65].

Plus jeune major-général de l'armée

MacArthur commença à avoir une aventure avec la mondaine et héritière multimillionnaire Louise Cromwell Brooks. Selon les rumeurs, le général John J. Pershing, qui était amoureux de Louise, aurait exilé MacArthur aux Philippines. Cela fut démenti par Pershing comme étant de « folles fadaises ». MacArthur épousa Louise le 14 février 1922 dans la résidence de sa famille à Palm Beach en Floride[66]. En octobre 1922, MacArthur quitta West Point pour prendre le commandement du district militaire de Manille aux Philippines[67].

Les îles étaient à présent pacifiées et à la suite du traité naval de Washington, la garnison était en cours de réduction[68]. L'amitié de MacArthur avec des Philippins comme l'indépendantiste Manuel L. Quezon offusqua certaines personnes. Il concéda plus tard que la « vieille idée d'exploitation coloniale avait encore ses fervents partisans[69] ». En février et en mars 1923, MacArthur rentra à Washington pour voir sa mère qui souffrait du cœur. Elle récupéra mais ce fut la dernière fois qu'il vit son frère qui mourut soudainement d'une appendicite en décembre 1923. En juin 1923, MacArthur prit le commandement de la 23e brigade d'infanterie de la division Philippines. Le 7 juin 1924, il fut informé d'une mutinerie ayant éclaté au sein des éclaireurs philippins au sujet des salaires. Il y eut plus 200 arrestations et certains craignirent une insurrection. MacArthur parvint à calmer la situation mais ses efforts pour améliorer les salaires des troupes philippines furent contrariés par les difficultés économiques et les tensions raciales. Le 17 janvier 1925, il devint le plus jeune major-général de l'armée à l'âge de 44 ans[70].

De retour aux États-Unis, MacArthur prit le commandement de la IVe Corps Area basée à Fort McPherson à Atlanta en Géorgie le 2 mai 1925[71]. Il fut cependant victime des préjugés sudistes à l'encontre du fils d'un officier de l'armée de l'Union et demanda à être relevé[72]. Quelques mois plus tard, il prit le commandement de la IIIe Corps Area basée à Fort McHenry à Baltimore dans le Maryland ce qui permit à MacArthur et à Louise d'habiter dans sa propriété près de Garrison[71]. Cependant, ce déménagement mena à ce qu'il décrivit plus tard comme l'« un des ordres les plus désagréables qu'il ait jamais reçus[73] » : devoir siéger dans le procès en cour martiale pour insubordination du brigadier-général Billy Mitchell. MacArthur était le plus jeune des treize juges dont aucun n'avait d'expérience en aviation et trois d'entre eux, dont Summerall, le président du tribunal, furent retirés lorsque la plaidoirie de la défense révéla des parti pris contre Mitchell. Malgré les affirmations de MacArthur selon lesquelles il avait voté pour son acquittement, Mitchell fut reconnu coupable et suspendu de ses fonctions[71]. MacArthur sentit qu'un « officier supérieur ne devrait pas être réduit au silence à cause d'un désaccord avec ses supérieurs et la doctrine en vigueur[73] ».

En 1927, MacArthur et Louise se séparèrent et elle déménagea à New York[74]. En août de la même année, William C. Prout, le président du comité national olympique, mourut soudainement et le comité élit MacArthur à sa présidence. Sa tâche principale était de préparer l'équipe américaine pour les Jeux olympiques d'été à Amsterdam. À son retour aux États-Unis, il reçut l'ordre de prendre le commandement du Département des Philippines[75]. En 1929, alors qu'il se trouvait à Manille, Louise obtint le divorce sous le motif de « négligence[76] ». Considérant la grande richesse de Louise, l'historien William Manchester décrivit cette fiction judiciaire comme « absurde »[77].

Chef d'état-major de l'armée

En 1930, MacArthur était encore, à 50 ans, le plus jeune et le plus connu major-général de l'armée américaine. Il quitta les Philippines le et resta quelque temps au commandement de la IX Corps Area à San Francisco. Le , MacArthur devint chef d'état-major de l'armée américaine avec le grade de général[78]. Le début de la Grande Dépression força le Congrès à réaliser des coupes dans les dépenses militaires. 53 bases furent fermées mais MacArthur parvint à empêcher la réduction du nombre d'officiers de 12 000 à 10 000[79]. Ses missions incluaient le développement de nouveaux plans de mobilisation. Il regroupa les neuf Corps Area en quatre armées chargées de l'entrainement et de la défense du territoire[80]. Il négocia également un accord avec le chef des opérations navales, l'amiral William V. Pratt. Il s'agissait du premier d'une série d'accords interarmes signés dans la décennie suivante qui définirent les responsabilités de chaque commandement au sujet de l'aviation. Les défenses anti-aériennes côtières furent par exemple placées sous la responsabilité de l'armée de terre. En mars 1935, MacArthur créa l'United States Army Air Corps commandé par le major-général Frank M. Andrews pour donner une certaine autonomie à l'aviation jusqu'à présent une branche de l'armée de terre[81].

Une baraque démolie est en feu et l'on peut voir le Capitole des États-Unis à l'arrière-plan
Une cabane installée par les vétérans d'Anacostia est en feu après les affrontements avec l'armée.

En 1932, MacArthur dut prendre l'une des décisions les plus controversées de sa carrière lorsque les membres de la Bonus Army convergèrent sur Washington. Ces derniers étaient des vétérans de la Première Guerre mondiale qui demandaient une augmentation de leur pension pour faire face aux difficultés économiques provoquées par la Grande Dépression. MacArthur craignait que la manifestation ne soit prise en main par les communistes et les pacifistes mais ses services de renseignements indiquèrent que seuls 3 des 26 dirigeants clés du mouvement étaient communistes. MacArthur prépara des plans d'urgence dans le cas d'une insurrection dans la capitale. Des unités mécanisées furent redéployées de Fort Myer où des entrainements anti-émeutes étaient conduits[82]. Le 28 juillet 1932, un affrontement entre la police et les manifestants entraina la mort par balles de deux personnes. Le président Herbert Hoover ordonna à MacArthur d'« encercler la zone concernée et de la nettoyer sans délai[83] ». MacArthur rassembla des troupes et des chars et, contre l'avis du major Dwight D. Eisenhower, décida d'accompagner les troupes même s'il n'était pas responsable de l'opération. Les soldats avancèrent avec les baïonnettes et les sabres sortis sous une pluie de pierres et de briques mais sans tirer de coup de feu. En moins de quatre heures, le terrain occupé par la Bonus Army fut dégagé avec l'aide de gaz lacrymogènes. Les cartouches de gaz provoquèrent des incendies et un adolescent de 12 ans fut asphyxié. Si elle avait été moins violente que d'autres opérations anti-émeute, la dispersion de la Bonus Army fut un désastre du point de vue des relations publiques[84].

Cinq ouvriers. L'un tient une pelle tandis que les quatre autres posent des briques pour créer un caniveau le long d'une route.
Ouvriers du CCC construisant une route.

En 1934, MacArthur attaqua les journalistes Drew Pearson et Robert S. Allen en diffamation après qu'ils eurent décrit le traitement des manifestants comme « infondé, inutile, insubordonné, violent et brutal[85] ». En réponse, ils menacèrent de faire témoigner Isabel Rosario Cooper. MacArthur avait rencontré Isabel alors qu'il se trouvait aux Philippines et elle était devenue sa maitresse. Craignant que l'affaire ne soit révélée au grand public, MacArthur retira sa plainte et paya secrètement 15 000 $ à Pearson[86].

Le président Hoover fut battu lors de l'élection de 1932 par Franklin D. Roosevelt. MacArthur et Roosevelt avaient travaillé ensemble avant la Première Guerre mondiale et ils étaient restés amis, malgré leurs différences politiques. MacArthur défendit le New Deal, et fit participer l'armée aux activités du Civilian Conservation Corps (CCC). Il décentralisa l'administration des opérations aux Corps Areas et cela joua un grand rôle dans le succès du programme[87]. Malgré ses critiques publiques du pacifisme et de l'isolationnisme et son soutien à une armée forte qui le rendirent impopulaire, le président prolongea le mandat de MacArthur au poste de chef d'état-major[88]. MacArthur arriva à la fin de son terme à cette fonction en octobre 1935 et il reçut une seconde Distinguished Service Medal pour sa performance. Deux Purple Hearts lui furent attribuées rétroactivement pour son service durant la Première Guerre mondiale ; MacArthur avait recréé cette récompense en 1932[89].

Field Marshal de l'armée des Philippines

Lorsque le Commonwealth des Philippines obtint un statut de semi-indépendance en 1935, le président des Philippines Manuel L. Quezon demanda à MacArthur de superviser la création d'une armée. Quezon et MacArthur étaient de proches amis depuis que le père de ce dernier avait été gouverneur-général des Philippines 35 ans plus tôt. Avec l'approbation du président Roosevelt, MacArthur accepta la fonction. Il fut accepté que MacArthur reçoive un salaire, une indemnité et le rang de field marshal de la part du Commonwealth en plus de son salaire de major-général en tant que conseiller militaire[90]. Cela fut son cinquième voyage en Extrême-Orient. MacArthur quitta San Francisco à bord du SS President Hoover en octobre 1935[91] avec sa mère et sa belle-sœur. MacArthur fut également accompagné de son aide-de-camp de longue date, le capitaine Thomas J. Davis, ainsi que du major Dwight D. Eisenhower et du major James B. Ord, un ami d'Eisenhower en tant qu'assistants[92]. À bord du navire se trouvait également Jean Marie Faircloth, une mondaine célibataire de 37 ans. Au cours des deux années qui suivirent, ils furent fréquemment vus ensemble[93]. La mère de MacArthur tomba gravement malade durant la traversée et mourut à Manille le 3 décembre 1935[94].

MacArthur est debout en uniforme devant quatre micros. Derrière lui se trouvent quatre hommes en uniformes militaires qui sont observés par une large foule composée d'hommes en costumes et en uniformes et de femmes et d'enfants.
Cérémonie au Camp Murphy le 15 août 1941 pour marquer l'incorporation de l'armée de l'air des Philippines. Derrière MacArthur se trouvent de gauche à droite, le lieutenant-colonel Richard K. Sutherland, le colonel Harold H. George, le lieutenant-colonel William F. Marquat et le major LeGrande A. Diller.

Le président Quezon confia officiellement le titre de field marshal à MacArthur lors d'une cérémonie au palais de Malacañan le 24 août 1936 et lui offrit un bâton de maréchal en or et un uniforme unique[95]. L'armée des Philippines était formée par une conscription universelle. L'entrainement devait être mené dans un cadre professionnel et l'Académie militaire des Philippines fut créée sur le modèle de West Point pour former ses officiers[96]. MacArthur et Eisenhower découvrirent que seuls quelques camps avaient été construits et que le premier groupe de 20 000 recrues ne serait pas formé avant le début de l'année 1937[97]. L'équipement et les armes étaient des rebuts de l'armée américaine « plus ou moins obsolètes » et le budget de 6 millions de dollars était largement insuffisant[96]. Les demandes d'équipements de MacArthur furent ignorées même si MacArthur et son conseiller naval, le lieutenant-colonel Sidney L. Huff persuadèrent la marine de lancer le développement du PT boat[98]. Beaucoup d'espoirs furent placés dans l'armée de l'air des Philippines mais le premier escadron ne fut pas formé avant 1939[99].

MacArthur épousa Jean Faircloth lors d'une cérémonie civile le 30 avril 1937[100]. Ils eurent un fils, Arthur MacArthur IV, né à Manille le 21 février 1938[101]. Le 31 décembre 1937, MacArthur prit officiellement sa retraite de l'armée. Il cessa de représenter les États-Unis comme conseiller militaire du gouvernement mais il resta le conseiller de Quezon sur les affaires militaires en tant que civil[102]. Eisenhower rentra aux États-Unis en 1939 et fut remplacé en tant que chef d'état-major de MacArthur par le lieutenant-colonel Richard K. Sutherland tandis que Richard J. Marshall devenait son assistant[103].

Other Languages
azərbaycanca: Duqlas Makartur
беларуская: Дуглас Мак-Артур
български: Дъглас Макартър
Bahasa Indonesia: Douglas MacArthur
Lëtzebuergesch: Douglas MacArthur
Lingua Franca Nova: Douglas MacArthur
Bahasa Melayu: Douglas MacArthur
Nederlands: Douglas MacArthur
Piemontèis: Douglas MacArthur
português: Douglas MacArthur
srpskohrvatski / српскохрватски: Douglas MacArthur
Simple English: Douglas MacArthur
slovenčina: Douglas MacArthur
slovenščina: Douglas MacArthur
српски / srpski: Даглас Макартур
українська: Дуглас Макартур
Tiếng Việt: Douglas MacArthur
文言: 麥克阿瑟
Bân-lâm-gú: Douglas MacArthur