Dessin | technique

Technique

La technique du dessin évolue avec les supports et les outils. Les hommes préhistoriques dessinent sur des parois, sur des roches, des os, en utilisant d’une part l’incision et d’autre part les pigments colorés appliqués au moyen d’outils rudimentaires. Le dessin plus proche des conceptions actuelles apparaît avec les supports tels que le papyrus, le parchemin, puis le papier, et les outils de traçage comme le calame (roseau), la plume d’oiseau taillée. En Orient prédomine le pinceau. Les Romains utilisent les pointes de métal, ancêtres de la mine de crayon moderne sur un support préparé, enduit d'un mélange, généralement constitué de pigments, de blanc d’Espagne, de gomme arabique et de poudre d’os.

À la fin du e siècle, Jules Adeline définit le dessin comme représentation des objets à l'aide de traits de plume ou de crayon, parmi lesquels se distinguent les dessins aux deux et aux trois crayons, qui sont la pierre noire, la craie blanche et la sanguine[11], mais aussi le fusain[12]. On distingue aussi les instruments annexes du dessin, règles et compas dont on se passe dans le dessin à main levée.

Le dessin profite aujourd'hui de matériel et de logiciel informatiques qui, l'affranchissant de la réalisation matérielle, permettent des tracés lissés et des possibilités de correction infinies — si toutefois c'est le but de l'artiste.

Éléments matériels

Le support peut être du papier, de la toile, ou toute autre matière : les premiers dessins connus ont été réalisés sur des parois rocheuses.

Les outils sont constitués par tout ce qui est susceptible de laisser une trace, par dépôt de matière (craie, crayon, etc.) ou aussi par enlèvement de matière du support (graffiti, sgraffito, gravure). Ils sont donc très variés, à commencer par les doigts, puis des outils spécifiques comme les craies, les fusains, les crayons, les plumes, les pinceaux, les stylographes (à bille, à plume, tubulaires), les feutres, jusqu'à l'outil informatique. Parmi le matériel de dessin le plus commun, on trouve le crayon, le fusain, le pastel, la pierre noire, la sanguine, la craie blanche ainsi que la plume et l'encre de Chine. Tous les matériaux de dessin ne sont pas fabriqués à base d'eau ou d'huile : certains s'appliquent à sec sur le support, sans aucune préparation.

La matière déposée sur le support est soit un pigment sec (craie, graphite) soit mêlé à un liant chimique, huile, eau, solvants divers pour les peintures et les encres.

Systèmes de représentation

Le dessin d'atelier à partir d'un modèle vivant : raccourci
Article détaillé : Perspective (représentation).

Selon une conception classique, dessiner consiste essentiellement à délimiter par des traits les contours de l'objet à représenter. C'est une des différences essentielles que Heinrich Wölfflin distingue dans ses Principes fondamentaux de l'histoire de l'art entre le graphique (dessin) et le pictural (peinture).

Ceci implique une démarche d'interprétation et de synthèse : passer d'un objet en volume à un dessin plat nécessite un choix de représentation. Soit l'articulation des éléments graphiques peut éviter la perspective, soit celle-ci peut être empirique et spontanée, soit celle-ci obéit à un système de placement des lignes : perspective cavalière, perspective « italienne » conforme à une vision basée sur la projection, comme si le dessin était une fenêtre sur l'objet représenté ainsi que l'écrivit Alberti. L'application des règles de la perspective à des figures humaines ou animales s'appelle le raccourci (VTT, p. 66).

Jean Fouquet, Arrivée des croisés à Constantinople : Perspective empirique.

Le dessin peut obéir à des notions qui ne tiennent pas compte des lois géométriques de l'optique ou qui ne les considèrent pas comme primordiales. Représenter une montagne plus petite qu'un personnage peut paraître totalement illogique, bien que la perspective puisse l'exiger. Les personnages sont quelquefois représentés à proportion de leur importance dans la société. Les différentes civilisations ont utilisé des conventions de représentation qui tentent de concilier les aspects qu'on considère primordiaux. La représentation peut ne pas correspondre à une réalité géométrique. Le dessin obéit à des conventions et des codes : pour les Égyptiens, un œil est représenté de face, mais un visage de profil, un torse de face et les jambes de profil. Jean Fouquet dessine l’Arrivée des croisés à Constantinople vue par un spectateur central : à gauche les cavaliers de face, au centre de profil, et à droite de dos, comme si le spectateur tournait la tête, la route étant droite. Plus près de nous, il a fallu attendre l'apparition de la photographie pour représenter correctement un cheval au galop, toutes les représentations passées étant « fausses » anatomiquement, mais certainement plus expressives.

Le dessin peut reporter les contours de manière précise et fidèle (considérant qu'il est vu par un système optique tel que la chambre claire ou l'appareil photographique), ou le trait peut subir des déformations et des distorsions qui vont accentuer certains caractères du modèle, possiblement jusqu'à la caricature, ou exprimer simplement les goûts et la sensibilité du dessinateur.

La représentation du volume se fait généralement par le raccourci, renforcé par les modulations de la lumière et donc les ombres locales du modèle et les ombres portées sur le fond et l'entourage. Ces modulations de luminosité, qu'on appelle « valeur » dans le contexte du dessin et de la peinture, s'obtiennent par traits successifs formant hachures, parallèles ou croisées, par remplissage avec variation de la pression selon l'intensité souhaitée, estompage en frottant à la main ou avec un outil, gommage pour éclaircir, etc. ; certaines techniques étant adoptées par certains et réprouvées par d'autres.

Other Languages
العربية: رسم
asturianu: Dibuxu
беларуская: Малюнак
беларуская (тарашкевіца)‎: Малюнак
български: Рисунка
বাংলা: অঙ্কন
bosanski: Crtež
català: Dibuix
corsu: Disegnu
čeština: Kresba
Чӑвашла: Ӳкерчĕк
dansk: Tegning
Ελληνικά: Σχέδιο
emiliàn e rumagnòl: Disègn
English: Drawing
Esperanto: Desegnaĵo
español: Dibujo
euskara: Marrazki
فارسی: رسم
suomi: Piirustus
贛語: 素描
galego: Debuxo
עברית: רישום
हिन्दी: रेखाचित्र
hrvatski: Crtež
magyar: Rajz
հայերեն: Գծանկար
Bahasa Indonesia: Menggambar
íslenska: Teikning
italiano: Disegno
日本語: 素描
Patois: Jraayn
ქართული: ნახატი
한국어: 소묘
Latina: Delineatio
Lingua Franca Nova: Desinia
lingála: Liyémi
latviešu: Zīmējums
Bahasa Melayu: Melukis
Napulitano: Disegno
Nedersaksies: Tekenen
Nederlands: Tekening
norsk nynorsk: Teikning
norsk: Tegnekunst
occitan: Dessenh
Picard: Dessin
polski: Rysunek
português: Desenho
Runa Simi: Siq'iy
română: Desen
русский: Рисунок
Scots: Drawin
srpskohrvatski / српскохрватски: Crtež
සිංහල: චිත්‍රය
Simple English: Drawing
slovenčina: Kresba (umenie)
slovenščina: Risba
српски / srpski: Цртеж
Seeltersk: Teekenge
தமிழ்: வரைதல்
తెలుగు: రేఖాచిత్రం
тоҷикӣ: Расм
Tagalog: Pagguhit
Türkçe: Çizim
українська: Малюнок
Tiếng Việt: Vẽ
walon: Dessén
ייִדיש: צייכענען
中文: 素描
粵語: 素描