Dessin | types de dessin

Types de dessin

Dessin d'art

Le dessin d'art utilise toutes les techniques graphiques possibles dans une démarche et une intention artistiques, celles d'« œuvres en soi » ou de peintures dessinées ; ceci doit être entendu dans une notion non utilitaire du dessin, qui exclurait donc le dessin technique, architectural, etc. L'appréciation du grand public devant l’idée d'une œuvre dessinée peut être contestée par la définition couramment et conventionnellement admise qui peut s’appliquer à tout type de dessin, quelle que soit l’intention de départ. Le dessin d'art a néanmoins ses artistes.

Croquis

Croquis, par un membre de la famille Lines, XIXe siècle.
Article détaillé : Croquis.

Le dessin est utilisé pour la rapidité de sa mise en œuvre. On peut parler de schéma, de croquis, d'esquisse, chaque mot ayant un sens précis, pour exprimer cette première phase d'un travail plus important ou plus fouillé.

Le croquis est généralement fait d’après nature, très rapidement, de manière à saisir l’essentiel sans s’attarder sur les détails. Le croquis sert de notation, d’exercice, et la rapidité d’exécution est partie intégrante de son caractère, comparable à un « geste » calligraphique.

Dessin selon les différents outils

Dessin au crayon
Dessin de trompette sur une partition de musique, mine graphite sur papier par Robert J. Blanchette.

Le crayon à mine de graphite (autrefois mine de plomb) offre une gamme de possibilités très étendue, selon le type de mine, son affûtage, le grain du papier et les techniques possibles, du contour simple aux nuances de dégradés obtenues par des hachures, frottages, estompages. Le dessin peut être corrigé à la gomme à effacer, bien que le gommage affecte le papier, et les traits suivants sur la partie modifiée. Cependant, il est difficile d'en obtenir des forts contrastes. Un dessin au crayon (ou crayonné) est souvent à l'origine d’un dessin terminé avec des moyens différents, comme l’encre avec une plume ou un pinceau : une fois l’encrage sec, le dessin préliminaire au crayon peut être effacé.

Le trait de crayon dépend, pour une dureté donnée, de la force d'appui sur la mine. Le dessinateur peut utiliser des crayons graphite de plusieurs duretés dans un même dessin.

Le dessin d'académie et le portrait se font fréquemment aux trois crayons. Si la craie et la sanguine s'atténuent et s'effacent à la gomme mie de pain, le trait de pierre noire est définitif.

Dessin au fusain

Plus que le crayon, la pierre noire, la sanguine, le fusain se prête aux aplats et au rendu du modelé[13]. Il a l'inconvénient d'être très fragile, à moins d’utiliser un fixatif appliqué généralement avec un pulvérisateur.

Dessin à la plume

La plume est un instrument de dessin autant que d'écriture au moins depuis la Renaissance. Elle produit un trait fin ou gras selon la pression exercée. Les traits de plume tracés à l'encre indélébile se combinent aussi avec le lavis et l'aquarelle, qui ne les perturbent pas[14].

Elle sert autant pour le croquis de terrain, pour lequel elle a l'avantage de produire un dessin rapide et contrasté, solide dès que l'encre a séché, que pour les projets élaborés, dans lesquels les hachures peuvent indiquer les valeurs. Sur un dessin ou un croquis au crayon, la plume peut marquer le trait fort ; on efface parfois le crayon pour ne conserver que cette décision finale.

La plume a été l'instrument principal de l'encrage en bande dessinée jusque dans les années 1970.

Dessin au pinceau

Le pinceau est l’outil de base du dessin en Extrême-Orient, mais il est largement utilisé également en Occident. Sa souplesse permet au dessinateur d'effectuer des déliés très fins et des aplats impossibles à reproduire avec d'autres techniques comme la plume.

Le pinceau est souvent l'outil de prédilection pour l'encrage en bande dessinée. Il est très utilisé par des artistes de styles très différents, comme André Franquin, connu pour son trait expressif et nerveux, ou Milton Caniff qui jouait sur les contrastes du noir et du blanc.

Dessin au stylo à bille
Le dessin au stylo à bille couleur.

Le stylo à bille, diffusé à partir de 1950, et autorisé dans les écoles en France en 1965, y sert souvent aux élèves pour dessiner dans les marges des cahiers. Il peut également être un véritable outil d'art[15]. De la simple esquisse pour capturer un mouvement jusqu’à l’illustration précise et au dessin d’architecture, le stylo à bille s'adapte à tous les genres.

Dans le dessin artistique, le stylo à bille se distingue par le fait qu'il ne s'efface pas ; le trait est à peu de chose près uniforme, et très léger. Le trait fort s'obtient en repassant plusieurs fois.

Dessin aux feutres

Les stylos-feutres, marqueurs ou markers, sont déclinés dans de très larges gammes de couleurs et d’épaisseurs de trait. Des gammes professionnelles permettent de créer ses propres nuances à partir d’encres liquides et de solvants divers. Ils ont trouvé une application spécifique dans le layout ou rough utilisé en publicité pour réaliser des simulations de photographies à réaliser ultérieurement. On utilise un papier spécial, sans grain et semi-transparent, qui ne diffuse pas les solvants et permet de travailler par transparence. Les spécialistes, ou « roughmen », peuvent atteindre des résultats de qualité picturale.

Dessin de sculpteur

Étude, par Michel-Ange, 1503.

Le dessin sert au sculpteur pour effectuer ses recherches. Sa spécificité est due au fait qu’il n’est pas une fin en soi, mais une étape de son travail, pour lui permettre de visualiser ses projets en vue d’une réalisation en trois dimensions : le rendu du volume est donc prépondérant, par des zones ombrées avec ou sans dégradés, et l’absence ou la neutralité du fond. Tous les dessins de sculpteurs ne sont pas des chefs-d’œuvre du strict point de vue de la qualité du dessin, mais ils sont toujours les témoins fidèles du travail de leur auteur, et certains sont des œuvres d’art à part entière.

Dessin d’architecture

Article détaillé : Dessin d'architecture.
Église Saint-Augustin à Paris, élévation de la façade principale, par Victor Baltard, en 1868-1871. Plume et encre, rehauts d'aquarelle et d'or.

Le dessin est à la base du métier d’architecte, même si son enseignement a moins d’importance avec l’utilisation de l’outil informatique. C’est en dessinant, d’abord sous forme d’esquisse et de croquis, puis de dessins plus élaborés, que l’architecte trouve et précise son projet. Cette étape préliminaire de dessin à main levée est à peu près universellement pratiquée. L’étape suivante, qui consiste à tracer des plans sous tous les angles nécessaires, se faisait au moyen des outils traditionnels, d’abord le crayon ou le portemine à mine dure, la règle, l’équerre, le , sur une table à dessin munie d’une règle parallèle et d’un appareil à dessiner (permettant de tracer des traits rigoureusement parallèles et dans tous les angles voulus), et en repassant les traits au crayon avec un tire-ligne et de l'encre de Chine, plus tard avec un stylo technique à pointe tubulaire. Ce processus est maintenant remplacé par la PAO et les logiciels propres à l’architecture.

Une autre étape consiste à fournir des dessins du bâtiment projeté de telle sorte que le commanditaire puisse en avoir une vision aussi détaillée et juste que possible : il s’agit donc de présenter des plans de façades réalistes, en couleur, avec des ombres qui indiquent le relief, et les éléments de décor qui vont donner vie à l’ensemble : plantes, personnages, véhicules, etc. Il faut aussi présenter des vues qui ne relèvent plus du plan géométral, mais de la perspective, montrant donc le bâtiment sous un angle particulier. L’architecte devait donc avoir une connaissance poussée de la perspective, rigoureusement construite. Selon le degré de précision de ces dessins, les accessoires pouvaient être traités d’une manière simplifiée, afin de ne pas prendre le pas sur l’essentiel, l’architecture. Chaque architecte pouvait avoir sa façon personnelle de traiter arbres, véhicules et personnages (dénommés grouillots dans le jargon des architectes). Les architectes ont réalisé de véritables œuvres d’art avec leurs dessins, souvent réalisés à l’aquarelle. De nos jours, on peut obtenir toutes les perspectives possibles au moyen de logiciels 3D.

Le dessin d’architecture, réalisé par des illustrateurs spécialisés d’après les plans ou perspectives fournis par les architectes, sert toujours à présenter les projets non encore réalisés pour la publicité et pour informer les acheteurs potentiels. Là encore ce type de dessin est souvent remplacé par de la création infographique.

Dessin de mode

Le dessin dit de mode est employé dans tous les domaines de la création, des vêtements aux accessoires : chaussures, chapeaux, sacs, bijoux. Le dessin sert à préciser l’idée générale puis à l’affiner au niveau de la conception, avant de passer à la réalisation proprement dite. Le dessin de mode requiert une connaissance minimale de l’anatomie basée sur le squelette, qui détermine les positions et postures du corps, et parfois sur un traitement particulier des matières (textiles et autres). Un autre aspect du dessin de mode est la représentation des modèles selon le style propre au dessinateur, sans qu’il en soit lui-même le créateur, ce qui peut être alors une des formes du dessin de presse.

Le dessin est aussi à la base des créations de motifs pour les tissus, imprimés ou jacquards.

Dessin de presse et caricature

Articles détaillés : Caricature et Dessin de presse.
Caricature de Gustave Eiffel parue suite à la protestation des artistes. Publiée dans Le Temps, le 14 février 1887.

À la suite des caricatures de Mahomet en 2006, Kofi Annan, alors Secrétaire général de l'ONU, a organisé une conférence de deux jours, le 16 octobre 2006, au siège de l'Organisation des Nations unies à New York, réunissant 12 des dessinateurs de presse les plus renommés au monde pour « désapprendre l'intolérance ». Durant cette conférence, le dessinateur français Plantu, du journal Le Monde, également instigateur de la conférence, a lancé un mouvement qui avait pour objectif paradoxal une meilleure compréhension et un respect mutuel entre des populations de différentes croyances ou cultures, avec le dessin de presse, qui professe la simplification et l'exagération, comme moyen d'expression d'un langage universel. Il projetait de réunir des dessinateurs de presse de plusieurs pays et de promouvoir la liberté de la presse en matière de caricature à travers le monde. Le 26 mai 2008, l'association Cartooning for peace est née de cette initiative et qui regroupe aujourd’hui différents dessinateurs de plusieurs journaux dans le monde.

Bande dessinée

Article détaillé : Bande dessinée.

La bande dessinée combine l'art de raconter des histoires à celui de les représenter par le dessin. Souvent un scénariste s'associe avec un dessinateur. Une maison d'édition de bande dessinée peut aussi confier le dessin et le scénario à plusieurs artistes. Dans ce cas, les dessinateurs respectent un style graphique, et les scénaristes le caractère des histoires et de leurs personnages[16]. Une série peut ainsi durer, comme celle des Pieds Nickelés, pendant plusieurs générations[17].

À partir du dernier tiers du e siècle, aussi bien en Europe (Duc 1981) qu'au Japon où le manga est très populaire[18], les dessinateurs de bande dessinée ont cherché à produire un style graphique personnel et caractéristique, qui contraste avec l'effacement de l'artiste pour la production d'un style défini par les éditeurs, fréquent auparavant.

Dessin animé

Article détaillé : dessin animé.

Le dessin animé consiste à reproduire le mouvement en faisant se succéder des images représentant chacune un instant successif d'une action, comme au cinéma, à la différence que ces images sont dessinées[19].

Le dessin animé est un processus très long et industriel, qui implique le plus souvent de nombreux graphistes spécialisés. Certains définissent les personnages et leurs mouvements par des esquisses au crayons, mis au propre avec la qualité de superposition nécessaire par des traceurs-gouacheurs[20] sur des feuilles transparentes. D'autres se consacrent au dessin des décors.

Le dessin animé recourt, au XXIe siècle, au techniques de dessin assisté par ordinateur.

Dessin technique

Article détaillé : Dessin technique.

Le dessin technique, ou dessin industriel, est une discipline transversale fondement de la communication technique, de la conception et de l'analyse systémique. Il est utilisé principalement en génie mécanique (bureau d'études, bureau des méthodes) et en génie civil (architecture).

Dessin d'enfant

Article détaillé : Dessin d'enfant.

Le dessin est souvent l'une des premières formes d'expression de l'enfant. Il permet à l'enfant d'exprimer ce qu'il ne peut exprimer autrement. Il a de ce fait souvent été utilisé par les pédagogues et les psychologues pour analyser les sentiments des enfants.

Other Languages
العربية: رسم
asturianu: Dibuxu
беларуская: Малюнак
беларуская (тарашкевіца)‎: Малюнак
български: Рисунка
বাংলা: অঙ্কন
bosanski: Crtež
català: Dibuix
corsu: Disegnu
čeština: Kresba
Чӑвашла: Ӳкерчĕк
dansk: Tegning
Ελληνικά: Σχέδιο
emiliàn e rumagnòl: Disègn
English: Drawing
Esperanto: Desegnaĵo
español: Dibujo
euskara: Marrazki
فارسی: رسم
suomi: Piirustus
贛語: 素描
galego: Debuxo
עברית: רישום
हिन्दी: रेखाचित्र
hrvatski: Crtež
magyar: Rajz
հայերեն: Գծանկար
Bahasa Indonesia: Menggambar
íslenska: Teikning
italiano: Disegno
日本語: 素描
Patois: Jraayn
ქართული: ნახატი
한국어: 소묘
Latina: Delineatio
Lingua Franca Nova: Desinia
lingála: Liyémi
latviešu: Zīmējums
Bahasa Melayu: Melukis
Napulitano: Disegno
Nedersaksies: Tekenen
Nederlands: Tekening
norsk nynorsk: Teikning
norsk: Tegnekunst
occitan: Dessenh
Picard: Dessin
polski: Rysunek
português: Desenho
Runa Simi: Siq'iy
română: Desen
русский: Рисунок
Scots: Drawin
srpskohrvatski / српскохрватски: Crtež
සිංහල: චිත්‍රය
Simple English: Drawing
slovenčina: Kresba (umenie)
slovenščina: Risba
српски / srpski: Цртеж
Seeltersk: Teekenge
தமிழ்: வரைதல்
తెలుగు: రేఖాచిత్రం
тоҷикӣ: Расм
Tagalog: Pagguhit
Türkçe: Çizim
українська: Малюнок
Tiếng Việt: Vẽ
walon: Dessén
ייִדיש: צייכענען
中文: 素描
粵語: 素描