Contre-culture | historique

Historique

Dans les années 1970, le terme est utilisé pour caractériser l'explosion des mouvements contestataires de la jeunesse du monde libre envers la domination culturelle de la bourgeoisie. L' extrême gauche idéaliste et le maoïsme vont récupérer ces mouvements et l’ insurrection des jeunes sera canalisée pour aboutir, en France aux Accords de Grenelle de 1968.

La conscience et la contestation du puritanisme sexuel, l'interdiction de l' avortement, entraînent des luttes pour la révolution sexuelle. Il s'agit de courants nés dans les années 1960 aux États-Unis (culture hippie notamment) et qui éclosent après Mai 68 en France [1].

En France, la contre-culture fut représentée par des organes de presse comme le magazine Actuel (première et deuxième époque), le quotidien Libération (première époque) puis Catalogue des Ressources, la librairie Parallèles, le Novamag et les Éditions Alternatives, les premières radios libres, les labels de musique indépendants, les Éditions des femmes, etc.

Selon l'époque, on peut aussi associer au terme contre-culture [5] :

Other Languages
العربية: ثقافة مضادة
asturianu: Contracultura
беларуская: Контркультура
беларуская (тарашкевіца)‎: Контаркультура
български: Контракултура
català: Contracultura
dansk: Modkultur
Deutsch: Gegenkultur
Esperanto: Kontraŭkulturo
español: Contracultura
euskara: Kontrakultura
فارسی: پادفرهنگ
italiano: Controcultura
한국어: 반문화
Кыргызча: Контрмаданият
македонски: Контракултура
Nederlands: Tegencultuur
norsk nynorsk: Motkultur
norsk: Motkultur
polski: Kontrkultura
português: Contracultura
română: Contracultură
srpskohrvatski / српскохрватски: Kontrakultura
Simple English: Counterculture
slovenčina: Kontrakultúra
српски / srpski: Kontrakultura
svenska: Motkultur
українська: Контркультура
中文: 反文化