Auvergne | géographie

Géographie

Les 15 pays traditionnels d'Auvergne, les 4 pays du Bourbonnais et le Velay.

Les paysages

L’Auvergne apparait comme une région bien individualisée du Massif central. Cependant, si elle est limitée à l’ouest par le Limousin et les gorges de la Dordogne, et à l’est par les monts du Forez, sa bordure méridionale reste plus indécise. On peut néanmoins la jalonner par l’Aubrac et la Margeride. La morphologie d'ensemble de la région se présente comme un entonnoir ouvert au nord et resserré au sud. Au centre, l'Allier forme un axe orienté nord-sud le long duquel s’étendent de vastes plaines : les Limagnes. De part et d’autre s'élèvent les formations collinéennes et de moyenne montagne.

Si le trait dominant de l’Auvergne est son compartimentage en massifs et bassins, un des caractères les plus originaux est la présence de massifs volcaniques remarquablement conservés.

Les massifs cristallins

Monts de la Margeride vus depuis le plateau de Tempel.

Les fragments de la vieille chaîne hercynienne qui dataient de la fin de l'Ère primaire ont été fracturés et portés à des altitudes variables à l'Ère tertiaire lors de l'apparition des Alpes. Les blocs cristallins ont été soulevés le long de failles et délimitent de petits fossés : la plaine d’Ambert, surplombée par le massif du Livradois (Bois Noirs, 1 218 mètres), et les monts du Forez (Pierre-sur-Haute, 1 634 mètres). Ces hosts granitiques sont prolongés au nord par la Montagne bourbonnaise et au sud par les monts de la Margeride (Signal de Randon,1 552 mètres) qui se prolongent dans la Lozère. Du nord-ouest au sud-ouest, les masses cristallines conservent une allure de plateau. Les Combrailles sont profondément entaillées par l’érosion fluviale (gorges de la Dordogne et de la Sioule). L’érosion glaciaire intense est à l’origine des nombreux lacs de l’Artense qui lui donnent des aspects de Scandinavie. Au sud-ouest, la Châtaigneraie offre un paysage de collines et un climat adouci, aux accents méditerranéens.

Les massifs volcaniques

Le Puy de Côme.
Carte géologique de l'Auvergne[39] :
  •      Terrains sédimentaires du secondaire
  •      Terrains sédimentaires du tertiaires
  •      Argiles et sables du quaternaire ancien
  •      Argiles et sables du quaternaire
  •      Grès et schistes du Paléozoïque
  •      Granite
  •      Roches métamorphiques
  •      Roches volcaniques acides
  •      Roches volcaniques basiques

Au-dessus du socle cristallin, surgissent les édifices volcaniques. Le volcanisme auvergnat a principalement été actif durant les périodes tertiaire et quaternaire, l'âge des volcans s'étageant de 65 millions d'années pour les plus anciens à seulement 7000 ans pour la Chaîne des Puys. Les volcans d'Auvergne sont donc les plus anciens volcans d'Europe mais parmi ceux-ci se cache également le plus grand volcan d'Europe. Ce qu'on appelle les Monts du Cantal et qui compte plusieurs sommets volcaniques ne représente en fait qu'un seul et même volcan s'étalant sur 70 kilomètres de longueur, 60 kilomètres de large et culminant à 1 855 mètres (on estime que sa hauteur originelle aurait pu dépasser les 4 000 mètres d'altitude). Les monts Dôme alignent 80 volcans. Tous les types y sont représentés, même si les volcans de type strombolien sont les plus nombreux. Ce sont des volcans récents et bien conservés ; ils sont dominés par le Puy de Dôme (1 463 mètres). Le site a été inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO le 2 juillet 2018. Au sud, se situent ensuite les monts Dore qui culminent au Puy de Sancy (1 886 mètres), point culminant du Massif central. Ce sont de grands stratovolcans plus anciens qui ont été démembrés par l’érosion fluviatile et glaciaire. Ils emprisonnent des lacs d’origines diverses : lacs de cratère tel que le lac Pavin, lacs de barrage volcanique comme le lac d'Aydat ou le lac Chambon ou lacs morainiques comme le lac de Guéry. Plus au sud, s’enchaînent d’abord le plateau basaltique du Cézallier, qui évoque parfois les paysages de l’Écosse, puis le puissant ensemble volcanique du Cantal d'où rayonnent, à partir du Puy Mary (1 787 mètres) et du Plomb du Cantal (1 858 mètres), des vallées en auge (Cère, Maronne, Rhue, Alagnon). Celles-ci séparent de vastes plateaux basaltiques, aux sols fertiles : les planèzes. La plus grande est la planèze de Saint-Flour. Cet ensemble bénéficie de la protection du Parc des volcans d'Auvergne. Au sud de la Truyère, l’Aubrac conserve une allure de plateau où terrains granitiques et volcaniques se mêlent. À l'est de l'Allier, les volcans du Livradois paraissent plus modestes et le massif du Devès se prolonge jusqu'à Langogne. Le volcanisme en Auvergne est encore actif. Plusieurs volcans ne sont pas éteints mais seulement endormis et le réveil de l'un d'entre eux reste possible.

Les plaines

La Limagne d'Issoire vers Aulhat-Flat.

Les bassins d’effondrement, dans lesquels les mers tertiaires ont déposé plusieurs centaines de mètres de sédiments, ont fixé les cours de l’Allier le long duquel se succèdent les plaines fertiles. Ces plaines sont appelées « Limagnes » : Limagne de Brioude, d’Issoire, Grande Limagne, Limagne bourbonnaise… Ces plaines sont parmi les plus basses, les plus plates et les plus fertiles d'Europe. Elles s'étalent sur quatre-vingt-dix kilomètres de long et forment une bande de terre noire en forme de triangle pointé vers le sud et évasé au nord. On y cultive les oléagineux, la betterave mais aussi la vigne et les fruits. Les rendements obtenus sont parmi les plus élevés d'Europe[40].

Hydrographie

La Sioule (Méandre de Queuille - communes de Saint-Gervais d'Auvergne et Queuille).

L'Allier est la grande rivière de l'Auvergne ; après avoir pris sa source dans les monts de la Margeride elle la traverse de part en part en formant un axe orienté nord-sud. Elle fait comme une colonne vertébrale et structure le territoire. L'Auvergne, c'est la vallée de l'Allier, ses coteaux et les montagnes qui l'encadrent. Cette même structure se retrouvait dans l'ancienne région Auvergne. Le débit de l'Allier dépasse parfois celui de la Loire et cette dernière donne l'impression d'en être l'affluent au point de confluence. L'Allier est une rivière peu domestiquée et qui reste très sauvage. Sont lit varie fortement, la faune (notamment les oiseaux) est riche et les zones humides nombreuses. Son débit est très irrégulier, les eaux les plus hautes sont en hiver, les plus basses en été. La Dore dans le Livradois, l'Alagnon dans les Monts du Cantal et la Sioule dans les Monts Dôme et les Combrailles sont trois de ses affluents principaux. Au sud, la Truyère, affluent du Lot, fait frontière avec les départements de la Lozère et l'Aveyron et La Cère avec celui de la Corrèze. À l'ouest, la Dordogne fait transition avec le midi aquitain.

Nature et environnement

L'Auvergne présente une très grande variété de milieux naturels et d'espèces animales et végétales. On y trouve par exemple 80 % des espèces de libellules présentes en France et 56 % des espèces de papillons. D'importantes populations d'espèces rares comme le Grand Murin, la Campagnol amphibie le Cuivré de la bistorte ou le Milan royal arrivent à se maintenir. En 2017, on comptait 51 espèces de mammifères en Auvergne[41]

La richesse naturelle de l'Auvergne s'explique par la diversité de ses caractéristiques physiques (climats, substrats, sols, reliefs), un réseau hydrographique important et tête de bassin versant, un territoire rural et peu urbanisé (51 hab./km2) et des pratiques agricoles et sylvicoles globalement moins intensives qu’ailleurs en France[42].

La région n'échappe toutefois pas au déclin de la biodiversité même s'il est plus modéré qu'ailleurs. La fragmentation des espaces naturels et l'appauvrissement ou la destruction des habitats (simplification des milieux agricoles, urbanisation), la pollution (engrais, assainissement domestique), l'arrivée d'espèces exotiques envahissantes et les changements climatiques sont les principales menaces auxquelles l'Auvergne doit faire face.

Le Parc des Volcans d'Auvergne

Situé au cœur de l’Auvergne, le Parc des volcans d'Auvergne abrite des paysages, une faune et une flore remarquables. Du Nord au Sud, il s'étire sur 120 km et sa superficie de 388 957 hectares en fait le plus vaste Parc naturel régional de France. Son altitude varie de 400 à 1 886 m d’altitude. Il se compose de quatre régions volcaniques : le Cézallier, les Monts du Cantal, les Monts Dore et les Monts Dômes, ainsi que d'une région granitique : l'Artense. Ses ressources aquatiques sont d'une grande qualité, il ne compte pas moins de 4 000 km de cours d’eau, de nombreux lacs naturels, tourbières ou zones humides ; 60 % de son territoire est reconnu pour sa biodiversité remarquable. La diversité géologique, les reliefs et le climat du Parc expliquent son exceptionnelle variété de faune, de flore et de milieux naturels (prairies, landes d’altitude, tourbières, lacs naturels, forêts, falaises)[43].

Les prairies et les pelouses d’altitude et landes couvrent 60 % du Parc de façon continue. Leur diversité floristique est considérée comme unique en Europe. On y trouve la plus importante population nationale de Pie-grièches grises d'Europe. Les forêts couvrent 30 % du territoire, leur diversité et leur richesse varient selon l'altitude et l’exposition et sur des substrats variés et forment le milieu terrestre le plus riche en biodiversité. On compte 133 tourbières de plus de 1Ha sur le territoire du Parc. Elles restent majoritairement en bon état de conservation et abritent des populations d’espèces animale remarquables comme la Ligulaire de Sibérie, l’Azuré des mouillères, le Criquet palustre, l’Agrion à lunules. On y trouve aussi une exceptionnelle diversité de mousses bryophytes comme les sphaignes. Le Parc compte de nombreux lacs, dont plus d’une trentaine sont d’origine naturelle. Ces lacs de montagne d’origine volcanique ou glaciaire sont relativement préservés mais fragiles et présentent une exceptionnelle biodiversité. La plupart abritent des herbiers aquatiques oligotrophes[43],[44].

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Parc régional du livradois Forez

Le Parc du Livradois-Forez est le quatrième plus grand parc naturel régional de France. Cette région de moyenne montagne est située sur la partie orientale de l’Auvergne et possède une grande variété de milieux naturels : tourbières et lacs tourbeux, landes montagnardes des Hautes Chaumes du Forez, hêtraies et sapinières, forêts alluviales, buttes et coteaux secs de Limagne, prairies naturelles de fauche, rivières et torrents où l'on trouve encore la moule perlière. Ce territoire, à l'origine consacré à la polyculture et l'élevage, est aujourd'hui très faiblement peuplé. La moitié de sa surface est constituée de vastes espaces boisés. La totalité des 51 espèces de mammifères représenté en Auvergne est présente dans le parc[41].

Entre le parc et l'Allier, le Bois de la Comté est une forêt a fort degré de naturalité qui couvre une surface comprise entre 900 ha[45] et 1 500 ha. Cette tillaie-frênaie constitue un des massifs les plus diversifiés et floristiquement les plus riches de France.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Sites naturels protégés

On compte cinq réserves naturelles nationales et cinq réserves naturelles régionales[46] en Auvergne. Il y a également 79 sites « habitats Natura 2000 » ainsi que 12 sites « oiseaux » pour une superficie 389 550 ha (15 % de la région)[47]. On y trouve 65 espèces d’oiseaux inscrites en annexe I de la directive Oiseaux, 48 espèces (animales -hors oiseaux- ou végétales) d’intérêt communautaire et 47 habitats naturels retenus au sein de la directive Habitats[48].

Réserves naturelles nationales Réserves naturelles régionales Conservatoire du littoral Sites Natura 2000
  • Rives auvergnates du lac de Bort-les-Orgues

Climat

Le Puy Mary en hiver.
Le village de Chilhac et sa végétation supra-méditerranéenne.

Adossée aux versants septentrional et méridional du Massif central, la région présente d'importants contrastes climatiques générés par le relief, avec une continentalisation rapide d'ouest en est. Trois influences interagissent sur cette région :

  • au sud-ouest l'influence océanique est très sensible, le relief réactivant les perturbations d'origine atlantique (flux de sud-ouest à nord-ouest). Les précipitations sont régulières, partout supérieures à 110 cm/an, abondantes en montagne — optimum estimé à 250 cm dans les Monts du Cantal — occasionnant un enneigement conséquent bien qu'irrégulier en raison de redoux marqués. Cette région porte bien son surnom de « pays vert » ; on la compare aussi à l'Irlande ou aux highlands d'Écosse (l'ensoleillement y est néanmoins supérieur). Le versant méridional de l'alignement montagneux allant des Monts Dore aux Monts d'Aubrac constitue une franche limite climatique, caractérisée par un effet de foehn et une altération de l'influence océanique ;
  • à l'est et au nord de cette ligne - soit sur l'essentiel du territoire régional - la tendance continentale se renforce, avec un accroissement de l'amplitude thermique été-hiver et de la part des orages dans le total des précipitations. À altitude égale, les hivers sont plus froids et beaucoup plus secs, et les étés plus chauds (la température peut dépasser 40 °C en plaine). Les précipitations sont de l'ordre de 50 à 80 cm/an en plaine (on relève localement des records d'aridité pour la France continentale), 100 à 140 cm en montagne (où l'enneigement est généralement moins abondant mais plus régulier que sur les montagnes du sud-ouest) ;
  • une timide influence méditerranéenne peut se manifester lors de cycles perturbés dans le Brivadois et la Châtaigneraie.

Transports et voies de communication

L'avion

L'aéroport de Clermont-Ferrand Auvergne a accueilli jusqu'à 1 090 417 passagers en 2002, il est retombé à 398 934 en 2011[49],[50] à la suite du rachat de Regional Airlines par Air France et à la délocalisation du hub de cette compagnie sur l'aéroport de Lyon en 2003. Depuis le site aéroportuaire a du mal à se relever du préjudice. L'arrivée sur la plate-forme des compagnies FlyKiss puis de Ryanair en 2013 avait malgré tout contribué à relever le trafic à 416 451 passagers en 2014[51]. Les aéroports d'Aurillac et du Puy-en-Velay sont reliés à Paris respectivement par Hop ! et Hex'air[N 10].

La route

Les deux autoroutes A71 et A75 constituent un axe nord-sud Paris – Montpellier – Espagne qui se croise à Clermont-Ferrand avec l'axe est-ouest formé par l'A89 Bordeaux – Lyon – Genève. Ils permettent désormais de relier toutes les grandes métropoles nationales. La Méditerranée n'est plus qu'à h 48 de l'ancienne capitale régionale[52] depuis l'ouverture du viaduc de Millau en 2004. L'autoroute A89, prolongée hors de l'Auvergne en autoroute A72, relie Clermont-Ferrand à Saint-Étienne. L'autoroute A77, dite « Autoroute de l'Arbre », poursuit l'autoroute A6 au départ de Paris pour la prolonger et aller (en tant que route nationale 7) jusqu'à Moulins, dans l'Allier.

La qualité des routes est excellente sur tout le réseau des nationales et départementales et ce réseau permet de relier Paris à Moulins (N 7) et Clermont-Ferrand en h 30, et Moulins à Montluçon (A71, N 79 et N 7)[53].

Le réseau routier régional compte d'importantes routes nationales comme la N102 qui relie l'A75 à Brioude, le Puy-en-Velay et la vallée du Rhône, la N122 reliant l'A75 à Aurillac ou la N88 formant l'axe transversal Lyon - Saint-Étienne - Le Puy - Toulouse.

Le train

Article détaillé : TER Auvergne.

La ligne SNCF Paris-Clermont-Ferrand a été électrifiée en 1990 et a reçu des améliorations dans le passé. En 2003 le temps de trajet le plus court entre les deux villes était de h 59, il peut s'élever à h 24 pour les trains desservant Nevers, Moulins, Vichy et Riom. Depuis 2012 les trains en provenance d'Auvergne arrivent en gare de Paris-Bercy.

Aucune ligne à grande vitesse n'est prévue à court terme pour la région. Le projet d'une ligne TGV Paris-Bourges-Clermont-Ferrand-Lyon a été plusieurs fois évoqué, notamment en 2015, lors de la création des nouvelles régions administratives. Une telle ligne mettrait Clermont-Ferrand à h 15 de Paris et permettrait de dédoubler l'axe TGV rhodanien très chargé. D'autres projets moins ambitieux mais plus réalistes ont également été proposés, comme le projet « Des trains pour tous » qui propose la modernisation des voies existantes et l'utilisation de trains à haut niveau de service[54]. Les temps de parcours seraient alors de h 30 mais avec des prix de billets plus faibles et une meilleure desserte des villes moyennes du centre.

Le Plan Rail Auvergne 2009-2013 a permis, en cinq ans, de rénover significativement le réseau ferré auvergnat[55]. Toutefois Aurillac et Le Puy-en-Velay ne disposent pas de relation directe en train avec l'Île-de-France.

La ligne qui relie Clermont-Ferrand à Lyon comporte des tronçons sinueux et non électrifiés, notamment entre Roanne et Lozanne. En 2016, il fallait entre h 15 et h 44 pour relier les deux villes[56]. L'amélioration de cette liaison est souhaitable car elle permettrait à l'Auvergne de bénéficier des avantages de la gare de la Part-Dieu pour l'accès à la LGV Méditerranée et aux futures lignes Rhin-Rhône porté par l'association ALTRO.

Les lignes Clermont-Nîmes et Clermont-Béziers souffrent d'une faible fréquentation et leur avenir reste incertain[57].

Depuis le , la région gère le service TER régional dans le cadre d'une convention avec la SNCF. Le périurbain allant de Moulins à Brioude (via Vichy principalement) concentre la plus importante part des services avec un cadencement lentement mis en place depuis décembre 2011. En novembre 2015, le service TER Auvergne comptait 266 trains en circulation par jour, quinze lignes, 7,1 millions de voyages annuels et 84 gares pour un budget de 140 millions d’euros (22,4 millions de recettes commerciales)[58].

Other Languages
Afrikaans: Auvergne
aragonés: Auvernia
العربية: أوفيرن
asturianu: Auvernia
Aymar aru: Auvergne suyu
azərbaycanca: Overn
تۆرکجه: اوورنی
беларуская: Авернь
беларуская (тарашкевіца)‎: Авэрнь
български: Оверн
বাংলা: ওভের্ন
brezhoneg: Arvern
bosanski: Auvergne
català: Alvèrnia
нохчийн: Овернь
Cebuano: Auvergne
čeština: Auvergne
Cymraeg: Auvergne
dansk: Auvergne
Deutsch: Auvergne
English: Auvergne
Esperanto: Aŭvernjo
español: Auvernia
eesti: Auvergne
euskara: Auvernia
فارسی: اوورنی
suomi: Auvergne
arpetan: Ôvèrgne
Frysk: Auvernje
Gàidhlig: Auvergne
galego: Auvernia
客家語/Hak-kâ-ngî: Auvergne
עברית: אוברן
हिन्दी: आवर्न
hrvatski: Auvergne
magyar: Auvergne
հայերեն: Օվերն
Bahasa Indonesia: Auvergne
italiano: Alvernia
Basa Jawa: Auvergne
ქართული: ოვერნი
한국어: 오베르뉴
kurdî: Auvergne
Latina: Arvernia
Lëtzebuergesch: Auvergne
lumbaart: Auvergne
لۊری شومالی: اوورنی
lietuvių: Overnė
latviešu: Overņa
македонски: Оверњ
Bahasa Melayu: Auvergne
Nederlands: Auvergne
norsk nynorsk: Auvergne
norsk: Auvergne
Nouormand: Âovergne
ਪੰਜਾਬੀ: ਓਵੈਰਨੀ
Kapampangan: Auvergne (labuad)
polski: Owernia
Piemontèis: Alvernia
پنجابی: اوورن
português: Auvérnia
Runa Simi: Auvergne
română: Auvergne
русский: Овернь
sardu: Alvernia
sicilianu: Alvernia
davvisámegiella: Auvergne
srpskohrvatski / српскохрватски: Auvergne
Simple English: Auvergne
slovenčina: Auvergne (región)
slovenščina: Auvergne (regija)
shqip: Auvernia
српски / srpski: Оверња
svenska: Auvergne
Kiswahili: Auvergne
Türkçe: Auvergne
українська: Овернь
vèneto: Alvergna
Tiếng Việt: Auvergne
Winaray: Auvergne
მარგალური: ოვერნი
Zeêuws: Auvergne
中文: 奥弗涅
Bân-lâm-gú: Auvergne
粵語: 奧文尼