Anjou | géographie

Géographie

Carte de l'Anjou au XVIIIe siècle lors de son extension maximale. (Cliquez pour agrandir)

Délimitations historiques

Au e siècle, le territoire angevin atteint est constitué de deux entités séparée par la Loire.

L'Anjou supérieur (Haut-Anjou), situé au nord de la Loire, comprend le Craonnais et le Segréen avec Pouancé et Candé jusqu'à Châteauneuf ainsi que la région de Château-Gontier. Il comprend également la partie sud du département de la Sarthe (Maine angevin) avec le pays de Céans (canton de La Flèche), Le Lude et jusqu'à Château-du-Loir, Bourgueil et toute la région ouest de l'Indre-et-Loire jusqu'à Château-la-Vallière y est également comprise et enfin, le Baugeois et les Basses Vallées angevines.

L'Anjou inférieur, situé au sud de la Loire, comprend le Saumurois à l'est du Layon, jusqu'à Montsoreau, et inclut également le Loudunais jusqu'à Mirebeau ainsi que la ville de Richelieu[9]. Il faut y ajouter Le Bourg (canton de Montreuil-Bellay), Le Vaux (canton de Gennes) ainsi que les Mauges angevines. S'y situaient également quelques communes autour de Bouillé-Loretz et d'Argenton-l'Église, dans les Deux-Sèvres ainsi que la commune de La Boissière-du-Doré, en Loire-Atlantique.

Évolution des frontières

À l'origine, le territoire angevin se trouvait centré sur le pagus d'Angers. Le comté d'Anjou comprenait Saumur à l'est, arrivait jusqu'au confins du Maine avec Le Lude, possédait une partie de la vallée de la Sarthe et de la Mayenne. La domination angevine comprend également une partie des Mauges, tandis qu'à l'ouest, la frontière reste floue avec la Bretagne, et au sud avec l'Aquitaine[10].

Foulques II d'Anjou, après avoir pris Montreuil-Bellay au comte de Poitiers, va céder Saumur au comte de Blois. Son successeur, Geoffroy Geoffroy Ier, s'empare du Loudunais, du Mirebelais et de Thouars aux dépens de l'Aquitaine en 973. Il étend le domaine angevin sur la rive sud de la Loire jusqu’aux portes de Nantes et à la limite de la Sèvre nantaise, construisant le donjon du Pallet.

Foulques III d'Anjou fait fructifier le domaine de son père, et l'étend à l'est en reprenant définitivement Saumur par les armes en 1026, et en mettant la main sur les Mauges par des manœuvres politiques. On lui doit plus d'une centaine de châteaux, donjons et abbayes, dont les châteaux de Montsoreau, Montrésor, Montbazon, Langeais… En 1007, Foulques Nerra fonde l'abbaye de Beaulieu-lès-Loches.

Dépeçage partiel de la province

Lors de la Révolution française, les institutions de l'Ancien Régime sont mises à bas. Les territoires et domaines des anciennes provinces françaises, fiefs de dynasties de comtes et de ducs vont être démantelés afin de pouvoir laisser la place à la Nation républicaine.

La création des départements français répond à cet objectif politique et sera effectif le 4 mars 1790, en application de la loi du 22 décembre 1789. La province d'Anjou se retrouvera divisée et répartie sur sept départements (par ordre alphabétique) : Indre-et-Loire, Loire-Inférieure, Mayenne, Mayenne-et-Loire (devenue très vite Maine-et-Loire), Sarthe, Deux-Sèvres, Vienne. Le cœur de l'Anjou constituant le département de Mayenne-et-Loire (renommé par la suite Maine-et-Loire), le Nord de l'Anjou constituant la partie méridionale du département de la Mayenne sous le nom de Mayenne angevine ; une autre partie constituant le Sud du département de la Sarthe et dénommé parfois Maine angevin ; enfin la partie orientale de l'Anjou rattachée au département d'Indre-et-Loire et surnommé la Touraine angevine.

Régions naturelles

L'Anjou se divise traditionnellement en quatre régions naturelles : le Baugeois, le Haut-Anjou (ou le Segréen), les Mauges et le Saumurois. D’autres découpages en cinq régions naturelles existent reprenant les quatre précédentes à laquelle se rajoute une cinquième région plus petite centrée sur Angers ou suivant la vallée de la Loire de part en part du département[11].

Le Baugeois occupe la partie orientale de Maine-et-Loire, s'étendant sur sa partie nord-est. Ce territoire est délimité au sud par la vallée de l'Authion et celle de la Loire, et à l'ouest par la vallée de la Sarthe[12],[13]. Son relief est principalement constitué d'un plateau, aux terrains sablonneux, siliceux ou calcaires[13]. C'est la région la plus boisée du département, qui abrite l'essentiel des forêts de Maine-et-Loire. Ses particularismes architecturaux inclus de nombreuses églises romanes ainsi qu'un certain nombre de clochers tors.

Le Haut-Anjou occupe la partie nord du département de Maine-et-Loire et le tiers sud du département voisin de la Mayenne, dite Mayenne angevine. Il couvre les régions situées en amont des rivières Mayenne et Sarthe ainsi que leurs affluents, en faisant la région la plus drainée du département. Son relief armoricain en fait une région de crêtes et de vallées peu élevées, dont le sous-sol est constitué de schistes et de grès formant les principales matières premières de son architecture. Paysage de bocage, son histoire est lié à la chouannerie et à l’exploitation ardoisière.

Les Mauges correspondent au sud-ouest du département. C'est un pays de bocage sur des terrains anciens, composés de schistes et de granites, et sillonné de vallées encaissées, en particulier celles de l'Èvre et de la Sèvre nantaise. Son relief plus marqué y provoque une accentuation des précipitations par rapport au reste du département[14]. Les mémoires et le patrimoine local des Mauges ont été marqués par le soulèvement vendéen et la répression qui s'en est suivie, à partir de 1793.

Enfin, le Saumurois s'étend au sud-est du département. Situé à l'extrémité sud-ouest du bassin parisien, il se constitue en un vaste plateau aux sols à dominante calcaire. Incluse dans le val de Loire, le fleuve creuse dans le plateau de nombreuses corniches et falaises de tuffeau et de calcaire qui ont été percés de nombreux habitats troglodytes. Le climat y est plus continental, les nuages ayant perdu une partie de leur humidité et donnant moins de précipitations sur cette partie du département[13]. Cette particularité climatique et géologique permet le développement de nombreuses pépinières (roseraies de Doué-la-Fontaine) ainsi que d'un des plus vastes vignobles du val de Loire (appellations Saumur-champigny, Saumur, Coteaux du Layon).

Other Languages
aragonés: Anchú
Ænglisc: Angeow
العربية: أنجو
беларуская: Анжу (вобласць)
български: Анжу
brezhoneg: Anjev
Cebuano: Anjou
čeština: Anjou
Cymraeg: Anjou
dansk: Anjou
Deutsch: Anjou
Ελληνικά: Ανζού
English: Anjou
Esperanto: Anĵuo
español: Ducado de Anjou
euskara: Anjou
suomi: Anjou
galego: Anjou
עברית: אנז'ו
Ido: Anjou
íslenska: Anjou
italiano: Angiò
日本語: アンジュー
한국어: 앙주
lietuvių: Anžu
македонски: Анжу
Plattdüütsch: Anjou
Nederlands: Anjou (provincie)
norsk nynorsk: Anjou
norsk: Anjou
occitan: Anjau
polski: Andegawenia
português: Anjou
română: Anjou
sicilianu: Angiò
Scots: Anjou
srpskohrvatski / српскохрватски: Anjou
Simple English: Anjou
slovenčina: Anjou (provincia)
slovenščina: Anjou (grofija)
српски / srpski: Анжу
svenska: Anjou
українська: Анжу (область)
اردو: اونژو
oʻzbekcha/ўзбекча: Anju
中文: 安茹