Angers | urbanisme

Urbanisme

Morphologie urbaine

Tissu urbain

Plan d'Angers présentant les diverses époques de constructions par quartier.
Plan schématique des quartiers d'Angers selon le tissu urbain.
  •      Centre historique
  •      Faubourgs urbanisés au XIXe siècle
  •      Quartiers urbanisés au XXe siècle
  •      Quartiers urbanisés au XXIe siècle
  •      Limites des quartiers administratifs

Le centre-ville d’Angers est en rive gauche de la Maine. Composé principalement de petites artères, commerçantes pour la plupart, il est en grande partie piétonnier. On y rencontre la plupart des institutions (hôtel de ville, hôtel du département, bibliothèque ou encore la quasi-totalité des musées). Au sud-ouest de cet hyper-centre contemporain se trouve la Cité, petit ensemble médiéval perché sur un promontoire rocheux, organisé autour du château et de la cathédrale. C’est le quartier le plus ancien de la ville, structuré en petites ruelles et comprenant nombre d’hôtels particuliers et autres maisons médiévales. En rive droite se trouve le vieux quartier de La Doutre (d’outre Maine). On y trouve des maisons anciennes à colombages, un dédale de ruelles ainsi que l'ancien hôpital Saint-Jean, le théâtre du Quai et le port fluvial d'Angers. Ces trois quartiers constituent l’ancienne ville intra-muros. Cet ensemble historique est encore bien visible aujourd’hui puisqu’au début du XIXe siècle, les anciennes fortifications ont laissé place à une ceinture de boulevards[H 4].

Les anciens faubourgs sont aujourd’hui devenus les quartiers périphériques de ce centre-ville historique. Leur urbanisation prend forme avant le XVIIe siècle (faubourgs de Reculée, Bressigny, Saint-Serge (Saint-Samson), Saint-Jacques, Saint-Laud et Esvière)[CC 3]. Certains d'entre eux se développeront ensuite considérablement au cours du XIXe siècle car situés le long des grands axes de communication (anciennes routes de Paris, de Tours et de Nantes)[IN 1] : ce sont les actuels quartiers Saint-Serge au nord ; Madeleine et Saint-Léonard au sud-est ; Saint-Jacques à l’ouest. Ce sont des quartiers essentiellement résidentiels à l’exception toutefois du quartier Saint-Serge abritant un campus de l’université d'Angers ainsi que le marché d'intérêt national[A 12].

En périphérie actuelle de la commune se concentrent les nouveaux quartiers résidentiels, qu’ils soient pavillonnaires ou constitués de grands ensembles collectifs. Vers l’ouest se trouvent ainsi les quartiers de Belle-Beille (premier quartier suburbain constitué de grands ensembles[H 5]) et du Lac de Maine (petits collectifs et logements individuels). Ces quartiers occidentaux sont séparés du reste de la ville par de grands espaces verts, d’une part le parc de l’étang Saint-Nicolas et d’autre part le parc de Balzac et dans son prolongement la base de loisirs du Lac de Maine, en bordure de la rivière. À l’est se rencontrent ensuite les quartiers de Monplaisir (habitat collectif) et des Banchais (habitat mixte) ; au sud, le quartier de La Roseraie est à dominante collective, c'est aujourd’hui le quartier le plus habité de la ville[A 13]. Les horticulteurs et pépiniéristes, encore nombreux jusque dans les années 1980 dans la partie sud de la ville ont été progressivement évincés et ne subsistent principalement plus qu’en périphérie sud du quartier de la Roseraie[A 14].

Au début du XXIe siècle, l’urbanisation s’étend au sud de l’île Saint-Aubin, non urbanisée, sur les plateaux de la Mayenne et des Capucins : c’est le développement du quartier des Hauts-de-Saint-Aubin, au nord de la ville[A 15]. Aujourd’hui, le Loir, la Mayenne, la Sarthe au nord et la Loire au sud poussent l’espace métropolitain à se développer à l’est (Saint-Barthélemy-d’Anjou, Trélazé) et à l’ouest (Avrillé, Beaucouzé).

Occupation des sols en 2006.
Type d’occupation Pourcentage
Territoires artificialisés 70 %
Territoires agricoles 23 %
Forêts et milieux semi-naturels 1 %
Zones humides 0 %
Surfaces en eau 6 %
Source : Agence d’urbanisme de la région angevine (AURA)[45]

Quartiers

Plan d'Angers et des dix quartiers administratifs.
Plan des quartiers administratifs de la ville.
Article détaillé : Quartiers d'Angers.

Angers est composée de dix quartiers administratifs regroupant eux-mêmes plusieurs véritables quartiers tels qu'identifiés par les habitants. Il est possible de dénombrer une trentaine de quartiers au sein du territoire de la ville. La plupart font référence à la rue ou la place autour de laquelle ils se sont formés (comme la rue Bressigny ou la place de la Visitation) ou de lieux-dits (Orgemont par exemple). L'île Saint-Aubin bien que non habitée fait également partie d'une division territoriale de la commune.

Logements

En 2012, le nombre total de logements à Angers était de 84 817, alors qu'il était de 80 765 en 2007. Parmi ces logements, 90,6 % étaient des résidences principales, 1,7 % des résidences secondaires et 7,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 22,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 75,6 % des appartements[Insee 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 31,9 %, stable par rapport à 2007 (30,9 %). La part de logements HLM loués vides était de 28,7 % contre 31 % en 2007, leur nombre étant en légère baisse (22 074 contre 23 414)[Insee 2].

En 2012, 19,6 % des résidences principales ont été construites avant 1946, 59,3 % de 1946 à 1990 et 21,1 % depuis 1991[Insee 3].

Architecture

Exemple de bâtiments du centre ville le long de la montée Saint-Maurice.

L'architecture de la ville peut se résumer à ses matériaux, le schiste et le tuffeau, qui font d'Angers alternativement une ville noire ou blanche[46] : monuments médiévaux en schiste, toitures d’ardoises, demeures Renaissance ou XIXe siècle ayant célébré la pierre de tuffeau, etc. Elle est parfaitement résumée par Armand Lanoux[Note 6] : « Du chemin de ronde du château, on voit s'étaler la ville, si caractéristique avec ses cheminées de briques sur le fond bleu des toits, la ville qui mêle maintenant au matériau le plus tendre, le tuffeau, l'un des plus résistants, le schiste. »

L'ancienne ville intra-muros voit se concentrer la majorité des édifices historiques : la Cité est le quartier le plus ancien de la ville, structuré en petites ruelles comprenant nombre de maisons du Moyen Âge ; le quartier de La Doutre en rive droite est le plus riche en constructions médiévales et Renaissance ; le centre-ville compte quant à lui de nombreuses demeures érigées de la fin du Moyen Âge au XIXe siècle. Il comprend d'ailleurs une majorité d’édifices du XIXe siècle, notamment des immeubles de rapport, parfois de style haussmannien. En dehors des boulevards ceinturant l’hyper-centre se rencontrent également des immeubles de rapport, notamment près des places. L’architecture des faubourgs consiste néanmoins principalement en maisons de ville à un étage sous combles. Elles présentent parfois un aspect d'architecture en série. L’architecture récente est le plus souvent celle de zones pavillonnaires ou d’ensembles collectifs, parfois en contradiction avec l’ensemble ancien (voir par exemple l’immeuble sis 16-26 boulevard du Maréchal-Foch)[CC 3].

Projets d'aménagements

Le développement de la ville s'appuie sur plusieurs grands projets urbains, parmi lesquels :

  • Réhabilitation des berges de la Maine

La mise en service du contournement autoroutier permet à la ville d’envisager de réaffecter la voie rapide Paris-Nantes qui traverse la ville au bord de la Maine. Ancienne rocade en milieu urbain datant des années 1960, les voies sur berges étaient considérées comme une séparation entre les deux rives, empêchant notamment les habitants de profiter de la rivière. Le premier projet de réhabilitation des berges de Maine (« Rives nouvelles ») a été abandonné à la suite du changement de municipalité en 2014. Un second (« Angers cœur de Maine »), plus modeste, est cependant mis en place dans cette optique. Il prévoit notamment la couverture d’une partie des voies sur berges, du château à la place Molière, avec aménagement d’espaces publics et paysagers et passage du tramway[A 17]. Le deuxième volet concerne le quartier Saint-Serge. Les anciens locaux EDF et de la gare de marchandises seront réaffectés : y seront notamment construits la nouvelle patinoire, des logements, la chambre des métiers et son centre de formation[47].

  • Deuxième ligne de tramway

En , les élus communautaires ont approuvé le projet de deuxième ligne de tramway pour relier les quartiers de Belle-Beille, à l’ouest, et de Monplaisir, à l’est. D’une longueur de 9,9 km, la ligne partirait du campus pour rejoindre le cœur du quartier de Monplaisir (place de l’Europe) via la Doutre. Le tramway desservirait notamment les berges de la Maine, le campus de Saint-Serge et le Centre des Congrès. Près de 50 000 habitants habitent à moins de 500 m des stations projetées. En sus, un tronçon de quelques centaines de mètres entre l'actuelle station Foch-Maison bleue et la place Mendès-France est à l’étude afin de faire fonctionner une troisième ligne en maillage, entre Belle-Beille et la Roseraie. Le commencement des travaux est attendu au plus tôt début 2016 pour une mise en service fin 2019[CC 4].

  • Gare+, quartier d’affaires à proximité de la gare d'Angers Saint-Laud

Ce projet vise à construire 70 000 m2 de bureaux et 25 000 m2 de logements et commerces sur les anciennes friches industrielles situées au sud de la gare TGV ainsi que les anciens entrepôts de la Sernam. Près de 3 000 emplois sont attendus sur le site au cours des prochaines années[48].

  • Coulée verte et « végétalisation » du centre-ville

La municipalité souhaite « végétaliser » le centre-ville en créant notamment une coulée verte de l’avenue Jeanne d’Arc ainsi rénovée, à la promenade du Bout du Monde réaménagée près du château. Elle devrait passer par la place Lorraine, l’ancien hôtel de ville, la place du Ralliement d’ici 2019[49].

Risques naturels et technologiques

Angers est concernée par six risques majeurs[50] : l'inondation, la sismicité (risque faible)[51], le retrait-gonflement des argiles (risque faible)[52], le transport de matières dangereuses[53], l’effondrement minier[54] et la tempête.

Risque d'inondation

Le risque d'inondation est lié aux crues de la Maine et de ses affluents, mais aussi de la Loire, plus en aval. La faible longueur du cours de la Maine, court exutoire d’un vaste bassin hydrographique composé des trois rivières principales que sont le Loir, la Sarthe et la Mayenne, provoque une très forte dépendance hydrologique entre Loire, Maine et section aval de ses affluents[9]. Les berges de la rivière ayant été urbanisées, notamment depuis le XIXe siècle, de nombreux quartiers sont sensibles aux crues : principalement la Doutre, Thiers-Boisnet et Saint-Serge. Le nombre d’habitants concernés a été évalué[9]. À l’échelle de la commune, ce chiffre est faible. Si elles ne touchent que peu d’habitants, les crues fréquentes ont en revanche des conséquences importantes en termes d’infrastructures de transport (fermeture des voies sur berges et paralysie du tramway)[11].

Sur le plan urbanistique, Angers est concerné par deux plans de prévention du risque inondation (PPRI) qui s'imposent au plan local d'urbanisme : le PPRI « Confluence de la Maine », en amont du pont de la Basse-Chaîne, approuvé en 2009, avec prescription de travaux à réaliser sur les constructions et habitations existantes dans les zones les plus vulnérables, et le PPRI « Val du Louet-Confluence de la Maine et de la Loire » approuvé en 2002, sans mesures obligatoires sur les constructions et habitations déjà existantes[55].

Other Languages
Acèh: Angers
Afrikaans: Angers
Alemannisch: Angers
አማርኛ: አንዤ
العربية: أنجيه
asturianu: Angers
azərbaycanca: Anje
تۆرکجه: آنژو
Boarisch: Angers
Bikol Central: Angers
беларуская: Анжэ
беларуская (тарашкевіца)‎: Анжэ
български: Анже
Bislama: Angers
brezhoneg: Añje
català: Angers
Cebuano: Angers
corsu: Angers
qırımtatarca: Anje
čeština: Angers
Cymraeg: Angers
dansk: Angers
Deutsch: Angers
dolnoserbski: Angers
Ελληνικά: Ανζέ
English: Angers
Esperanto: Angers
español: Angers
eesti: Angers
euskara: Angers
فارسی: آنژه
suomi: Angers
føroyskt: Angers
arpetan: Angers
Gagauz: Angers
galego: Angers
עברית: אנז'ה
hornjoserbsce: Angers
Kreyòl ayisyen: Anje
magyar: Angers
հայերեն: Անժե
Bahasa Indonesia: Angers
italiano: Angers
日本語: アンジェ
ქართული: ანჟე
kalaallisut: Angers
한국어: 앙제
Latina: Andecavis
lietuvių: Anžė
latviešu: Anžē
Malagasy: Angers
मराठी: अँजी
кырык мары: Анже
Bahasa Melayu: Angers
مازِرونی: آنژو
Nederlands: Angers
norsk nynorsk: Angers
norsk: Angers
occitan: Angieus
polski: Angers
Piemontèis: Angers
پنجابی: اینگرز
Ποντιακά: Ανζέ
português: Angers
Runa Simi: Angers
română: Angers
русский: Анже
Scots: Angers
srpskohrvatski / српскохрватски: Angers
Simple English: Angers
slovenčina: Angers
slovenščina: Angers
shqip: Angers
српски / srpski: Анже
Seeltersk: Angers
svenska: Angers
Kiswahili: Angers
ślůnski: Angers
Türkçe: Angers
татарча/tatarça: Анже
Twi: Angers
українська: Анже
اردو: آنژہ
oʻzbekcha/ўзбекча: Anje
vèneto: Anzier
Tiếng Việt: Angers
West-Vlams: Angers
Volapük: Angers
Winaray: Angers
中文: 昂热
Bân-lâm-gú: Angers
粵語: 昂謝