Agriculture biologique | impact économique

Impact économique

Consommation : Le marché du bio

En 2014 le marché alimentaire bio atteint 82,6 milliards de $, soit 68,0 milliards d'euros.

Le marché alimentaire bio mondial a plus que quadruplé en 13 ans, atteignant 70,1 milliards $ en 2012, soit 53,2 milliards €[233]. En Europe, le marché des produits bio s’est élevé à 31,7 milliards $ (24 milliards €) en 2012, soit 45 % du marché bio mondial, dont 29 milliards $ (22 milliards €) dans l’Union européenne (41 % du marché bio mondial). L’Allemagne est en deuxième place au plan mondial avec 13 % du marché bio en 2012.

En France, la part du marché de l'alimentation bio dans l'alimentation totale a atteint 2 % en 2010[234].

En 2009, la consommation de produits alimentaires bio dans l'Union européenne a été estimée à 17,3 milliards d’euros, dont un tiers en Allemagne. 72 % des produits bio (en valeur) sont consommés dans quatre pays : l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie. En moyenne, les budgets alloués par les ménages pour les achats de produits bio sont les plus élevés au Danemark (139  en 2009 et 150  en 2010) et en Autriche (104  en 2009). En 2009, la part des achats de produits bio dans l’ensemble des achats alimentaires était de 8 % en Autriche et de 7,2 % au Danemark (7,9 % en 2010)[235].

En 2001, la valeur du marché des produits biologiques certifiés a été estimée à 20 milliards de dollars. En 2002, elle était de 23 milliards de dollars et en 2007 de plus de 46 milliards de $[236].

Marché Produits Biologiques Certifiés (en milliards de dollars)[233],[237]
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
15,2 17,9 20,4 22,4 24,7 27,8 32,2 38,6 43,9 48,9 52,6 58,8 63,1 70,1 81,0 82,6 84,8 (est)

En Afrique

En Afrique, le marché bio est généralement très peu développé. En revanche la production se développe à un rythme rapide[233].

En Amérique Latine

En Amérique latine, le marché bio est encore modeste. Une forte proportion de la production bio est exportée. Le Brésil est le premier marché bio d'Amérique latine. Il connaît une croissance importante depuis plusieurs années. Il a atteint 752 millions $ en 2012 (570 millions €). Un marché domestique pour les produits bio se développe dans un certain nombre de pays d'Amérique latine, notamment au Mexique, au Pérou, en Uruguay, en Argentine, au Chili, au Costa Rica, au Panama, en Bolivie et en Équateur[233].

En Amérique du Nord

Au Canada

Le marché bio est en croissance au Canada, le marché canadien des produits bio est le cinquième plus important au monde avec 4,7 milliards de dollars en 2016 (contre 1,1 milliard en 2006) ; sur ce total, 3,5 milliards de dollars correspondent à la vente d'aliments biologiques, d'alcools et de boissons.

20 millions de Canadiens (56 %) achètent des produits bio chaque semaine. 59 % des Canadiens croient que l’agriculture biologique est meilleure pour un environnement sain[238].

Aux États-Unis

La valeur des ventes totales du secteur biologique (alimentaire et non-alimentaire) représentait 35,1 milliards $ en 2013, dont 32,3 milliards $ pour les produits alimentaires, soit une part de marché d'un peu plus de 4 % et une progression de 11 % par rapport à 2012[233].

En Asie

Le marché bio asiatique a connu une forte progression ces dernières années (estimé à 4,2 milliards $ en 2012). Les 4 principaux marchés d'Asie pour les produits bio sont le Japon, la Chine, la Corée du Sud et Taïwan. Hormis la Chine, ces marchés sont fortement dépendants des importations. Le marché bio japonais a été estimé à 1,8 milliard $ en 2012 (1,36 milliard €)[233].

Le marché bio indien a été évalué à 190 millions $ pour 2012 (144 millions €).

Israël est le principal marché bio du Moyen-Orient. Le marché bio se développe également en Arabie saoudite, dans les Émirats arabes unis et au Koweït.

Le Bhoutan a mis en place un programme national biologique. En 2012, il s'est fixé comme objectif de tendre vers une agriculture 100 % biologique[239], afin que les habitants vivent en harmonie avec la nature (conformément à la pensée bouddhiste). L'utilisation de produits phytosanitaires a démarré dans les années 1960. En 2015, environ 60 % des paysans n'utilisent ni engrais chimiques, ni pesticides[240][réf. insuffisante].

En Europe

En Suisse

Le marché bio suisse est le cinquième d'Europe (1,5 milliard € en 2012 et 1,69 milliard € en 2013). Il a quasiment doublé entre 2006 et 2013. La grande distribution est le principal circuit de distribution des produits bio en Suisse. En 2013, les œufs bio avaient une part de marché de 21 % en valeur et le pain frais bio de 20 % (contre 16 % en 2006 pour chacun). Celle du lait bio approchait les 19 % et celle des légumes était de 15 %[233].

Le bio se développe[241], en grande partie grâce aux grandes surfaces. Le label le plus connu est le « Bourgeon ». Les productions sont contrôlées uniquement par Bio.inspecta (un organisme indépendant) depuis le . Ce label est réputé pour être un des plus stricts d'Europe.

Les Suisses ont dépensé en moyenne 160 francs suisses en 2005[242], ce qui fait d'eux les plus gros consommateurs mondiaux de produits biologiques. En 2006, environ 11 % des exploitations agricoles sont certifiées « bio »[243]. Le marché biologique a commencé à stagner pour la première fois en 2005. On explique ce recul par un cahier des charges trop strict ou encore par les baisses de prix dans les grandes surfaces[244]. Malgré cela, les responsables du Bourgeon sont restés optimistes lors des 25 ans de Bio Suisse le et pensent que la qualité est supérieure et en rapport avec leur prix.

Dans l'Union européenne

L'estimation provisoire du marché Bio est de 32,6 milliards. Le marché des produits bio dans l'Union européenne s'est élevé à 29,1 milliards € pour 2015 (+12,4 % par rapport à 2014). 68 % des produits bio (en valeur) étaient consommés dans quatre pays en 2015 : Allemagne (30 %), France (20 %), Italie (9 %) et Royaume-Uni (9 %)[245].

En Allemagne

L'Allemagne représente le premier marché de produits biologiques en Europe. En 2016, les ventes de produits bio en Allemagne ont augmente de 9,9 %, atteignant 9,48 milliards €[246].

Fin 2007, le chiffre d'affaires des produits issus de l'agriculture biologique s'élevait à presque 4 milliards d'euros[247].

En France

Fin 2016, le marché du bio en France est estimé à 6,9 milliards d'euros, avec une augmentation de 20 % pour le premier semestre 2016 par rapport au premier semestre de l'année 2015[248].

En 2015, le marché du bio en France atteint 5,5 milliards d'euros, une augmentation de 10 % par rapport à 2014. Près de 9 français sur 10 ont consommé des produits bio en 2015, 65 % des Français ont consommé bio au moins une fois par mois en 2015 (37 % en 2003). 93 % des consommateurs bio ont l'intention de maintenir ou augmenter leurs achats bio dans les 6 mois à venir[249].

La consommation d'aliments issus de l'agriculture biologique a progressé de près de 10 % en moyenne par an entre 1999 et 2005, puis de 30 % entre 2006 et 2010, pour représenter 3,38 milliard d'euros en 2010 selon l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique (Agence bio)[250]. En 2010, le poste le plus important étant celui de l'épicerie et des boissons qui totalise 828 millions d'euros. L'ensemble des produits vendus aux rayons crèmerie – produits laitiers (269 millions d'euros), lait (249 millions) et œufs (209 millions) – représentent eux-mêmes 21,5 % de la consommation des aliments bio, avec un total de 727 millions d'euros[251].

En Océanie

Les deux principaux marchés bio d'Océanie sont l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Le marché australien connaît un important développement. D’après Biological Farmers of Australia, 60 % des ménages australiens ont acheté des produits bio en 2010, contre 40 % en 2008. Le marché bio australien s'est élevé à 1,2 milliard $ en 2012 (927 millions €). Le marché bio néo-zélandais est également en croissance. Il a été estimé à 108 millions $ en 2012 (82 millions €)[233].

Production

Carte mondiale de l'agriculture bio (hectares)[252].
Surface cultivée bio par continent (2000-2008).

Fin 2014, la surface mondiale cultivée suivant le mode biologique a été estimée à plus de 43,6 millions d’hectares. 2,2 million d’exploitations agricoles certifiées bio ont été enregistrées en 2014[237].

Chiffres du bio dans le monde fin 2014[237]

Océanie

Europe

Amérique du Sud

Asie

Amérique du Nord

Afrique

Surface cultivée en bio (millions d'hectares) 17,3 11,7 6,8 3,5 3,1 1,3
Part de la SAU du continent en bio 4,1 % 2,4 % 1,1 % 0,3 % 0, 8 % 0,1 %
Nombres de fermes bio 22 115 339 044 387 062 901 207 17 875 593 035

La surface mondiale cultivée suivant le mode biologique (certifiée et en conversion) a été estimée à plus de 37,7 millions d’hectares fin 2012. Elle représentait 0,9 % de l’ensemble du territoire agricole des 164 pays enquêtés. 1,9 million d’exploitations agricoles certifiées bio ont été enregistrées en 2012[233].

Surface cultivée bio par continent (en millions d'hectares, en 2012)[233]

Océanie

Europe

Amérique du Sud

Asie

Amérique du Nord

Afrique

12,2 10,4 6,8 3,2 3,0 1,1

En Afrique

En Tunisie

La surface cultivée en bio atteint 370 000 ha début 2018, le nombre d'opérateur est de 7400 (contre 3700 en 2016). Selon Samia Maamer, directrice générale de l’agriculture biologique au ministère de l’Agriculture de Tunisie, « l’agriculture bio a réalisé un chiffre record en matière d’exportation (430 millions de dinars), l’huile d’olive biologique a représenté plus de 46 % des exportations en matière d’huile d’olive »[253]. Elle précise ainsi que « le secteur de l’agriculture biologique en Tunisie est un secteur prometteur et à grand potentiel (2 millions d’hectares de cultures biologiques, dont un million d’hectares d’oliveraies Bio). Sur les 1,8 million d’hectares d’oliveraies que compte actuellement, le pays, 5 % seulement sont traités par des produits chimiques, ce qui fait que 95 % de ces oliveraies pourraient être converties en oliveraies biologiques »[254].

En Amérique du Nord

Au Canada

La surface cultivée en bio atteint 983 000 ha avec 3 780 fermes biologiques. Le blé bio est la plus grande culture bio au Canada avec 203 000 acres en 2012. 11 167 personnes sont employées par des fermes biologiques au Canada. Tandis que le nombre total de fermes au Canada a diminué de 17 % depuis 2001, le nombre de fermes biologiques a, quant à lui, augmenté de 66,5 %. Il existe 4 980 fermes, transformateurs et manutentionnaires certifiés bios à l’échelle nationale[238].

La Saskatchewan possède le plus de fermes biologiques au pays (27 %) suivi du Québec (26 %), de l'Ontario (18 %) et de la Colombie-Britannique (12,7 %).

L’agriculture biologique attire la future génération d’agriculteurs. Seulement 8 % des agriculteurs au Canada ont moins de 35 ans, alors que ce pourcentage s'élève à 12 % chez les agriculteurs bio. 11 167 travailleurs agricoles sont employés par des fermes biologiques au Canada[238].

Au Québec

Un nombre croissant[255] d'agriculteurs au Québec se tournent vers l'agriculture biologique pour répondre à la demande des consommateurs. Plusieurs organismes de certification agissent officiellement au Québec, l'organisme Québec Vrai[256], Garantie bio/Écocert, Letis S.A., Organic Crop Improvement Association (OCIA), Pro-Cert Organic Systems Ltd et Quality Assurance International (QAI).

Depuis quelques années, l'agriculture biologique au Québec est en croissance. Fin 2015, il y a 1250 fermes bios au Québec, mais environ 250 fermes sont en transition, ce qui soutiendra une croissance très forte pour quelques années[257].

Entre 2006 et 2013, le nombre de fermes certifiées biologiques est passé de 855 à 1 003, soit une augmentation de 17 %. Les superficies en culture biologique ont également augmentés de manière significative : 41 629 ha en 2006 à 52 697 ha en 2013, soit une hausse de 26 %[258].

Malgré cette croissance, l'agriculture biologique occupe toujours une part modeste au Québec. Elle ne représente qu'entre 2 et 3 % de la production alimentaire du Québec. En 2012, seuls 30 % des produits biologiques consommés au Québec étaient issus de la production locale.

Au Québec, les fermes spécialisées en agriculture biologiques sont réparties de la manière suivante :

  • 637 entreprises horticoles, qui cultivent plus de 125 variétés de fruits, légumes, légumineuses, fines herbes, noix, engrais verts et plantes ornementales ;
  • 371 érablières représentant 6 780 000 arbres entaillés en 2013 ;
  • 231 entreprises en production de céréales et oléagineux ;
  • 199 fermes qui produisent 21 types de produits issus de l'élevage biologique (œufs, volailles et viandes) ;
  • 114 fermes laitières qui ont produit 37,2 millions de litres de lait en 2012. Le Québec est la principale province productrice de lait bio, avec 38 % de la production canadienne, suivie de l'Ontario avec 28 %.

Aux États-Unis

9 140 fermes certifiées bio ont été recensées par le département de l'Agriculture des États-Unis en 2011. Plus d'une sur cinq se trouvait en Californie. Ces fermes certifiées bio avaient une surface totale de 1,5 million hectares dont 660 000 ha de prairies. Près d'un hectare bio sur cinq se trouvait dans le Wyoming et près d'un sur six en Californie[233].

D'après l'Organic Trade Association, en 2010, les fermes bio des États-Unis étaient 35 % plus rentables que la moyenne des fermes. Par ailleurs, le secteur bio a, en moyenne, un contenu en emploi supérieur de 21 % au secteur conventionnel. Le secteur de l'agriculture biologique a généré 500 000 emplois aux États-Unis en 2010. 94 % des opérateurs bio ont prévu de maintenir ou d'augmenter leur nombre de salariés en 2012[233].

En Europe

En Suisse

La Politique agricole 2011 devra permettre à une exploitation de bénéficier d'un label bio, même si les parcelles ne sont pas toutes cultivées en bio. Bio suisse, qui détient le label Bourgeon, conteste cet assouplissement[259].

En 2013, 6 308 exploitations bio suisses cultivaient de l'ordre de 130 000 ha. Environ les deux tiers des surfaces bio suisses sont en zone de montagne. Les prairies naturelles représentent 80 % des surfaces bio suisses[233].

En 2013, plus de 6 % du lait collecté en Suisse était bio. Il s'agit essentiellement de lait de vache. En 2012, 10 % du cheptel de bovins étaient élevés en bio. En 2012, le quart du cheptel de chèvres était élevé en bio et un cinquième de celui de moutons[233].

Dans l'Union européenne
Surface bio et en conversion et Exploitations en Europe en 2016[245]
Pays Surface (ha) Part SAU Exploitations
Espagne 2 018 802 8,66 % 36 207
Italie 1 796 363 14,50 % 64 210
France 1 538 047 5,70 % 32 364
Allemagne 1 251 320 7,51 % 27 132
Pologne 536 579 3,72 % 22 435
Royaume-Uni 507 900 2,90 % 3 559
Autriche 571 585 21,90 % 21 820
Suède 553 054 18,20 % 5 578
République tchèque 488 591 11,70 % 4 271
Grèce 342 584 7,05 % 20 197
Roumanie 226 309 1,73 % 10 083
Portugal 248 953 6,84 % 4 313
Finlande 240 600 10,00 % 4 415
Lettonie 259 146 13,80 % 4 145
Danemark 216 794 8,10 % 3 173
Slovaquie 187 011 9,84 % 431
Lituanie 221 665 7,75 % 2 539
Estonie 184 754 8,20 % 1 753
Hongrie 129 735 nd 1 971
Belgique 78 249 5,80 % 1 923
Pays-Bas 61 765 3,10 % 1 831
Irlande 76 701 1,55 % 1 767
Bulgarie 163 281 3,26 % 6 964
Croatie 93 593 5,96 % 3 546
Slovénie 43 579 8,97 % 3 518
Luxembourg 4 274 3,26 % 93
Chypre 5 550 3,26 % 1 174
Malte 24 0,22 % 14

Fin 2016, 291 326 exploitations agricoles cultivaient plus de 12,0 millions d'hectares en bio dans l'Union européenne. Entre 2015 et 2016, le nombre de fermes et la surface bio de l'UE ont progressé de 8,4 % et 7,6 %[245].

Le bio représentait environ 6,2 % de la surface agricole utile (SAU) européenne.

  • 64 % des surfaces cultivées en bio étaient localisés dans 6 pays (Espagne 17 %, Italie 15 %, France 13 %, Allemagne 10 %, Autriche 5 % et Suède 5 %).
  • 70 % des exploitations bio étaient situés dans 6 pays (Italie 22 %, Espagne 12 %, France 11 %, Allemagne 9 %, Pologne 8 % et Autriche 8 %).

La part du bio dans le territoire agricole a atteint 21,9 % en Autriche et a dépassé les 10 % en Suède, en Estonie, en Lettonie, en Italie et en République tchèque.

Fin 2015, 268 665 exploitations agricoles cultivaient plus de 11,2 millions d'hectares en bio dans l'Union européenne à 28[246].

4,7 % de la superficie agricole utilisée de l'UE-27 fin 2009 (8,6 millions d'hectares, 209 111 exploitations agricoles) était consacrée à l'agriculture biologique, mais avec de fortes variations de surface selon les pays.

Pourcentage de la surface agricole utilisée[235] : l'Autriche était en 2009 en tête avec 18,5 %, suivie de laSuède (12,5 %), l'Estonie avec 10,5 %. Les taux les plus faibles étaient mesurés à Malte (0,25 %), en Bulgarie (0,4 %) et en Irlande (1,2 %).

Surface moyenne des exploitations bio dans l'UE-27, en 2007[260] : elle est supérieure à celle d'une exploitation moyenne conventionnelle. 38 ha par exploitation certifiée biologique, contre 13 ha par exploitation moyenne.

Évolution : la part des cultures cultivées en bio est passée de 3,2 % à la de fin 2001 (UE-15) à 4,7 % à la fin de 2009. La part de la surface en cours de conversion dans le total des surfaces cultivées en bio, varie fortement, de moins de 10 % au Danemark (1 %), aux Pays-Bas (4 %), en Finlande (8 %) et en Suède (9 %) à plus de 80 % à Malte (100 %), Chypre (87 %) ou en Lettonie (83 %), pays où le développement de la certification bio est plus récent.

Évolution de l'agriculture biologique en Europe
1993 2002 2005 2009 2012 2013
Surface (en millions d'ha)[261] 0,8 5,8 6,8 8,6 10,2 10,3
Nombre d'exploitations[262] 36 080 142 348 139 930 209 111 254 086 257 323
En Allemagne

Fin 2011, le cap du million d'hectares a été franchi, avec 7,5 % des exploitations agricoles allemandes et 6,1 % de la SAU certifiées bio (22 506 fermes sur 1 022 718 ha de SAU); les 2/3 des exploitations bio sont dans le Sud du pays (Bavière et Baden-Württemberg). 33 905 producteurs, transformateurs et importateurs bénéficiaient d'une certification bio fin 2011[263].

En Belgique

En 2010, la taille moyenne des exploitations biologiques était de 40,5 ha/exploitation, à comparer à une taille moyenne de 30,8 ha/exploitation (bio et non-bio)[264]. La part belge de la superficie européenne cultivée en bio était de elle était de 41 354 ha[264].

En 2008, la part belge de la superficie européenne cultivée en bio était de 36 000 ha, soit 0,5 % de la superficie totale consacrée à l'agriculture biologique[265].

En 2007, la part de la superficie en cours de conversion dans la superficie totale consacrée à l'agriculture biologique était de 14,0 %[note 2].

En France
Article détaillé : Agriculture biologique en France.
Agence Bio - Chiffres clés édition 2011

Fin 2017, 1 777 727 ha étaient engagés en bio, soit une croissance de l’ordre de +15,6 % par rapport a 2016. Ainsi, 6,59 % de la surface agricole utile des exploitations sont conduits selon le mode de production biologique. Parmi ces surfaces, 1 259 464 ha étaient certifiées bio, une hausse de +19,4 % relativement a 2016. Cette forte hausse résulte de l’entrée en production bio des surfaces, notamment de grandes cultures et fourragères, converties en 2015. Les surfaces en conversion totalisent 518 263 ha, une progression de +7 % par rapport a 2016[266].

  • 36 691 producteurs (+13,7 % par rapport au 31 décembre 2016), portant la part des exploitations françaises engagées dans l’agriculture biologique à 8,3 %.
  • 17 353 opérateurs, transformateurs, importateurs et distributeurs (soit +17 % par rapport au 31 décembre 2016).
  • 54 044 opérateurs (+14,7 % par rapport au 31 décembre 2016).

En termes d'emplois en 2017, l'agriculture bio représente 134 500 emplois directs, dont 88 400 emplois (+13,7 % en 1 an) dans les fermes (près de 12,5 % de l'emploi agricole), 15 000 emplois dans la transformation, 2 200 emplois dans les services et 28 900 emplois pour la distribution de produits bio. De 2012 a 2017, l'emploi dans le secteur bio a connu un croissance annuelle moyenne de 9,5 %[266].

Prix

Les aliments biologiques sont souvent plus chers que ceux produits par l'agriculture conventionnelle. Une méta-analyse portant sur 55 cultures à travers les 5 continents montre que l'élévation du prix est de 29 à 32 % mais que l'agriculture biologique resterait rentable avec une augmentation de prix de seulement 5 à 7 %[267]. Une analyse de la recherche de 2000 à 2014 montre que les consommateurs sont prêts en moyenne à payer un supplément de 30 % (et allant de 0 à 105 %) pour des aliments biologiques[268].

Other Languages
العربية: زراعة عضوية
অসমীয়া: জৈৱিক কৃষি
български: Биоземеделие
हिन्दी: जैविक खेती
Bahasa Indonesia: Pertanian organik
日本語: 有機農業
한국어: 유기농
മലയാളം: ജൈവകൃഷി
Bahasa Melayu: Pertanian organik
မြန်မာဘာသာ: အော်ဂဲနစ်
नेपाली: जैविक खेती
ਪੰਜਾਬੀ: ਜੈਵਿਕ ਖੇਤੀ
srpskohrvatski / српскохрватски: Organska poljoprivreda
Simple English: Organic farms
slovenščina: Ekološko kmetijstvo
српски / srpski: Organska poljoprivreda
Türkçe: Organik tarım
Tiếng Việt: Nông nghiệp hữu cơ
吴语: 有機農業
中文: 有機農業
Bân-lâm-gú: Iú-ki lông-gia̍p