Vassili Golitsyne

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Golitsyne.
Le prince Vassili Golitsyne (1643-1714)

Le prince Vassili Vassilievitch Golitsyne (en russe : Василий Васильевич Голицын), né en 1643 et mort le à Pinega, est un homme d'État russe du e siècle. Il est plus connu dans les ouvrages historiques en français sous le nom de Galitzine. Il est resté célèbre pour ses talents de politicien et pour avoir été l'amant de la régente Sophie. Homme politique russe, il fut membre du Prikaze Posolsky (département de la diplomatie) de 1682 à 1689.

Biographie

Vassili Vassilievitch Golitsyne fut une personnalité de grande stature à l'aimable visage. Doté d'une grande intelligence, possédant de grandes capacités, il fut un homme très raffiné. Les personnalités étrangères qui furent en contact avec lui furent surpris par son esprit vif. Il maîtrisa le latin et le polonais. Il prit exemple sur Louis XIV.

Ses débuts

Issu d'une famille d'ancienne noblesse (l'origine des Golitsyne remonte à Gediminas, fondateur du Grand-duché de Lituanie), il reçoit une éducation particulièrement complète pour l'époque et passe sa jeunesse à la cour du tsar Alexis où il accède progressivement au rang de boyard. Il monte lentement en grade dans la bureaucratie de l'État durant les années 1660. En 1676, il est suffisamment connu des Romanov pour que le nouveau tsar, Fédor III, en fasse son principal conseiller et le responsable des affaires publiques de 1676 à 1682. La même année éclate un conflit avec la Turquie et Golitsyne assiste aux opérations militaires de Chyhyryn. Lors de cette campagne, il acquiert la conviction de l'incompétence de certains bureaucrates dans les hautes fonctions de l'État et de l'armée. Il persuade le tsar que le mestnitchestvo, le droit de préséance des boyards sur les plus hautes charges gouvernementales, est devenu désuet et qu'il doit être aboli. La suppression du mestnitchestvo sera entérinée par un zemski sobor en 1682.

Vassili Golitsyne voit cependant plus large et envisage une réforme générale de l'État. Son programme, en avance sur son temps, comprend une ouverture à l'Occident, le développement du commerce et de l'industrie, la création de voies de communication avec la Sibérie, la mise sur pied d'une armée régulière et la colonisation des marches de la Russie. Il espère également légiférer sur la liberté complète de conscience et de confession et voudrait libérer la paysannerie du servage.