Zone euro

Zone euro

  •      Zone euro
  •      État de l'UE faisant partie du MCE II, qui n'est pas obligé de rejoindre la zone euro, débat en cours (Danemark)
  •      État de l'UE qui n'est pas obligé de rejoindre la zone euro (Royaume-Uni)
  •      États de l'UE qui sont obligés de rejoindre la zone euro
  •      Micro-états utilisant l'euro avec l'accord de l'UE
  •      Pays qui ont adopté l'euro unilatéralement
Description Zone monétaire
Création 1999
Membres
Gouvernance
Origine Drapeau de l’Union européenne  Union européenne
Base(s) légale(s) Traité sur l'Union européenne
Statistiques
Population 340 millions d'habitants (2016) [1]
PIB 2 708 milliards d'euros (2016) [2]
Compléments
Site internet eurozone.europa.eu

La zone euro, parfois appelée eurozone, est une zone monétaire qui regroupe les États membres de l' Union européenne qui ont adopté l' euro (EUR, €) comme monnaie ; sur les vingt-huit États membres de l'UE, dix-neuf utilisent l'euro. Ces dix-neuf pays représentent plus de 340 millions d'habitants [1] en 2017 pour un PIB cumulé de 11 886 milliards d'euros [2] et un taux de chômage moyen de 4,80 % de la population active qui est cependant plus fort chez les moins de 25 ans, proche des 20 % [3]. La zone euro a été créée en 1999 par onze pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, rejoints par la Grèce en 2001, par la Slovénie en 2007, par Chypre et Malte en 2008, par la Slovaquie en 2009, par l' Estonie en 2011, par la Lettonie en 2014 et par la Lituanie en 2015.

Les billets et les pièces circulent depuis le 1er janvier 2002 [4], [5] mais sont fabriqués depuis le 1er janvier 1999 dans les onze pays fondateurs. Plusieurs critères sont nécessaires pour rejoindre la zone euro : un déficit public inférieur à 3 % du PIB, une dette publique ne dépassant pas 60 % du PIB, une inflation maîtrisée, une indépendance de la banque centrale du pays et une devise nationale stable pendant au moins deux ans au sein du MCE MCE II.

Le taux directeur refi de la zone euro, fixé par la Banque centrale européenne, est de 0 % depuis le 10 mars 2016 (il est publié sur le site de la Banque centrale européenne) [6]. À partir du début de l'année 2010, avec le déclenchement de la crise de la dette publique grecque, puis de la crise irlandaise, la zone euro entre dans une période de turbulences. Au cours de nombreuses réunions du Conseil européen et de nombreux sommets européens, l'architecture globale de la zone euro va connaître de profondes évolutions.

Historique et origine

L' UEM de l' Union européenne :
  •      pays de la zone euro
  •      pays membres de l'UE et du MCE II sans faire partie de la zone euro
  •      pays membres de l'UE hors MCE MCE II
  •      autres pays utilisant l'euro comme monnaie

Avant Maastricht

L'euro n'est pas la première monnaie à vocation européenne (et internationale). En effet, l' Union latine, née en 1865 à l'initiative de Napoléon Napoléon III, marque une union monétaire ou supranationale signée et partagée par la France, la Belgique, la Suisse, l' Italie, la Grèce, plus tard l' Espagne et le Portugal, suivis de la Russie et de certains pays d'Amérique latine. La Première Guerre mondiale (1914-1918) a mis fin à ce projet d'unification monétaire.

Le projet de créer une monnaie unique naît dans les années 1970 avec les turbulences du régime agri-monétaire depuis la mise en œuvre de la Politique agricole commune en 1962 et l'impossibilité de mettre en place un système de taux de change contrôlable [7].

Négociations de Maastricht

La décision de créer l'euro a été officialisée lors du traité de Maastricht. Lorsque s'engagent les négociations les responsables savent qu'économiquement la constitution de la zone euro est un défi. En effet, les économistes savent depuis les travaux de Robert Mundell des années cinquante que pour que des pays aient intérêts à avoir une même monnaie ils doivent [8]:

  • être intégrés économiquement
  • ne pas avoir des économies qui réagissent trop différemment aux chocs économiques
  • avoir des mécanismes aptes à remédier aux divergences existantes ou pouvant apparaître. Parmi ces mécanismes, Jean Pisani-Ferry [8] cite les « migrations en réponse à des écarts de salaire, (les) mouvements de capitaux en cas d'écarts de rendement, ou simplement (la) flexibilité interne du système de prix en réponse aux variations de la demande ».

Lorsque la monnaie unique est créée, les décideurs savent que si les asymétries entre pays européens ne sont pas plus grandes qu'entre États américains malgré tout, les pays du cœur de l'Europe Allemagne, France, et quelques autres présentent des divergences moins marquées que celles qu'on peut trouver avec les pays de la périphérie. Ils savent aussi que les mécanismes d'ajustement sont faibles. Par ailleurs, Paul Krugman souligne alors que l'intégration va favoriser le regroupement des industries dans les mêmes régions économiques ce qui creusera les divergences entre les pays au lieu de les réduire [9].

Pour Jean Pisani-Ferry, les responsables politiques des pays décident de passer outre pour trois raisons :

  1. ils n'aiment pas les changes flottants comme le montre la création dans les années soixante-dix du serpent monétaire européen pour du Système monétaire européen ;
  2. la libéralisation des capitaux les obligent soit à adopter des politiques monétaires similaires soit à laisser flotter leur monnaie ce qu'ils ne veulent pas faire comme on l'a vu au point un,
  3. pour des raisons politiques [10].

En effet, la France qui à partir du tournant vers la rigueur de 1983 a dû suivre la politique monétaire allemande, aimerait participer au pilotage d'une monnaie européenne d'autant que selon Jean Pisani-Ferry [11] «  François Mitterrand, qui a abandonné ses ambitions de transformation sociale, veut placer son second septennat sous le signe de l' Europe ». Par ailleurs, le chancelier allemand Helmut Kohl, un européen fervent, comprend que l'adoption de l' euro permettra de lever les craintes des autres européens à propos de la réunification de l'Allemagne [12]. Le Deutsche Mark était alors une des trois grandes monnaies mondiales avec le dollar et le yen [13], [14].

Deux visions se sont opposées. D'un côté celle qui a prévalu, d'un pacte de stabilité avec une surveillance multilatérale assez faible, reposant sur l'idée que si chacun gérait bien ses finances publiques et son économie les choses iraient bien [15]. D'un autre côté, certains (tels Jacques Delors) prônaient le respect du pacte au sein d'une zone euro plus pro active [15], s'inscrivant dans le cadre d'une « coopération renforcée ». La zone euro, dans cette optique, aurait notamment participé à l'établissement « d'un calendrier de long terme pour des réformes structurelles, telles que celles de l'allongement des durées de vie au travail » [15]. La position de la France n'était pas forcément celle, fédéraliste, de Jacques Delors, En effet, d'après Jean Pisani-Ferry [16], lors des négociations François Mitterrand s'oppose avec succès à l'Union politique qui sous-tend le projet fédéral. Par ailleurs l'idée des fédéralistes français qui sous le vocable de gouvernement économique entendent surtout réaffirmer le lien entre monnaie et État s'oppose à celle des allemands pour qui la monnaie n'est pas tant celle d'un État que d'une communauté [17].

Passage à l'euro

La zone euro est une des principales étapes de l'intégration économique au sein de l' Union européenne. Il était prévu à la création de l' Union économique et monétaire que tous les pays de l'UE l'intègrent à terme.

À sa création, en 1999, la zone euro comprenait onze des quinze pays [18] que l'UE comptait alors, essentiellement les pays fondateurs ou historiques. À leur entrée, ils étaient censés respecter les critères du pacte de stabilité et de croissance. L' Italie et l' Espagne ont fait des efforts budgétaires importants pour respecter ces critères. Certains pays (Italie, Belgiqueetc.) ont intégré la zone malgré une dette publique supérieure à 100 % du PIB.

Other Languages
العربية: منطقة اليورو
azərbaycanca: Avrozona
беларуская: Еўразона
беларуская (тарашкевіца)‎: Эўразона
български: Еврозона
বাংলা: ইউরোজোন
bosanski: Eurozona
català: Zona euro
čeština: Eurozóna
Cymraeg: Ardal yr ewro
dansk: Eurozonen
Deutsch: Eurozone
Ελληνικά: Ευρωζώνη
English: Eurozone
Esperanto: Eŭrozono
español: Eurozona
eesti: Euroala
euskara: Eurogunea
estremeñu: Zona Euru
suomi: Euroalue
arpetan: Zona erô
Nordfriisk: Eurozone
Frysk: Eurosône
galego: Eurozona
עברית: גוש האירו
hrvatski: Eurozona
magyar: Eurózóna
Հայերեն: Եվրագոտի
interlingua: Zona euro
Bahasa Indonesia: Zona Euro
íslenska: Evrusvæðið
italiano: Zona euro
日本語: ユーロ圏
Basa Jawa: Zona Euro
ქართული: ევროზონა
қазақша: Еуроаймақ
한국어: 유로존
Lëtzebuergesch: Eurozon
lietuvių: Euro zona
latviešu: Eirozona
Malagasy: Faritra euro
македонски: Еврозона
മലയാളം: യൂറോസോൺ
Bahasa Melayu: Zon euro
Nederlands: Eurozone
norsk nynorsk: Eurosona
norsk: Eurosonen
Nouormand: Ûrozône
occitan: Zona Èuro
polski: Strefa euro
português: Zona Euro
română: Zona euro
русский: Еврозона
саха тыла: Эурозона
sicilianu: Euruzzona
Scots: Eurozone
srpskohrvatski / српскохрватски: Eurozona
Simple English: Eurozone
slovenčina: Eurozóna
slovenščina: Evroobmočje
shqip: Eurozona
српски / srpski: Еврозона
Seeltersk: Euro-Soone
svenska: Euroområdet
தமிழ்: ஐரோ வலயம்
Türkçe: Euro bölgesi
українська: Єврозона
Tiếng Việt: Khu vực đồng euro
吴语: 欧元区
ייִדיש: אייראזאנע
中文: 欧元区
粵語: 歐元區