World Trade Center

Page d'aide sur l'homonymie Pour la tour reconstruite, voir One World Trade Center. Pour les autres articles homonymes, voir World Trade Center (homonymie).
Tours 1 et 2 du World Trade Center
World Trade Center, New York City - aerial view (March 2001).jpg

Les « Twin Towers » en mars 2001.

Histoire
Architecte
Construction
1966- 1972 (tour Nord)
1966- 1973 (tour Sud) [1]
Ouverture
Fermeture
11 septembre 2001
Destruction
Usage
Bureaux, Restaurant
Architecture
Hauteur de lʼantenne
526,8 mètres (Tour Nord)
Hauteur du toit
417 mètres (Tour Nord)
415,3 mètres (tour Sud)
Hauteur du dernier étage
413 mètres (Tour Nord)
411 mètres (tour Sud)
Étages
110
Sous-sols
6 chacune
Superficie
400 000 m2 chacune
Nombre dʼascenseurs
99 chacune
Administration
Propriétaire
Géographie
Pays
Ville
Quartier
Coordonnées
Localisation sur la carte de New York
voir sur la carte de New York
Red pog.svg

Le World Trade Center de la ville de New York (abrégé WTC) est un complexe composé d'immeubles d'affaires situé dans le quartier de Lower Manhattan, aux États-Unis. Conçu par l'architecte Minoru Yamasaki et développé par la Port Authority of New York and New Jersey, il a été inauguré le mercredi .

Son nom est similaire à ceux d'autres World Trade Center, bien que celui de New York ait atteint une notoriété supérieure. Il signifie « centre de commerce mondial » ou « centre d'affaires international ».

Marquées par un incendie le puis par un attentat à la bombe le 26 février 1993, les tours jumelles ont été intégralement détruites par deux avions détournés le 11 septembre 2001. Leur position est depuis surnommée Ground zero (bien que les New-Yorkais préfèrent l'appellation World Trade Center site). Le site accueille aujourd'hui un mémorial sur l'emplacement des tours détruites et un nouveau complexe, dont le One World Trade Center est la plus haute tour.

Identifié par ses deux bâtiments les plus célèbres, les Twin Towers (tours jumelles), il était un symbole de la puissance américaine aux yeux du monde entier et une icône de New York, au même titre que l' Empire State Building et la statue de la Liberté.

Construction (1958-1973)

Article détaillé : Construction du World Trade Center.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis connurent une période dont la croissance économique fut rapide, ainsi qu'un développement du commerce international. À cette époque, le CBD (Central Business District) de Midtown Manhattan commença à concentrer toutes les activités alors que Lower Manhattan décroissait en importance. Pour aider à stimuler et développer le quartier, David Rockefeller, avec le soutien de son frère, le gouverneur de New York Nelson Rockefeller, proposa à la Port Authority d'y construire un « World Trade Center », un centre de commerce géant, symbolisant la puissance américaine [2]. Par une loi votée en 1946, cette idée se concrétisa [3].

Plans initiaux

Localisation du World Trade Center (zone rouge) ;
et celle du site originellement proposé (zone orangée).

En 1958, David Rockefeller établit la Downtown-Lower Manhattan Association (DLMA) qui confia au cabinet d'architectes Skidmore, Owings and Merrill la réalisation de plans devant revitaliser Lower Manhattan. Les plans initiaux furent rendus publics en 1960. Ils localisaient le World Trade Center le long de l' East River [2], de Old Slip à Fulton Street et entre Water Street et South Street, sur une superficie de 5,25 hectares [4], [5]. Ils prévoyaient un hall d'exposition de 275 mètres de long et un gratte-ciel de 50 à 70 étages, dont la partie supérieure aurait été un hôtel [6]. Les autres édifices incluaient un théâtre, des magasins et des restaurants [7], ainsi qu'un nouveau centre d'échange de valeurs mobilières, où la Downtown-Lower Manhattan Association désirait loger le New York Stock Exchange [5].

Selon David Rockefeller, la Port Authority était le meilleur choix pour prendre en main le projet [5], puisque le Trade Center faciliterait et ferait augmenter le volume de commerce international passant par le port de New York. Étant donné l'importance de la ville dans le commerce mondial, le directeur de la Port Authority, Austin J. Tobin, proposa de changer le nom du projet pour « the World Trade Center », et non pas seulement un « world trade center » [8]. Un an plus tard, le , la Port Authority accepta le projet proposé [9].

Controverses et accords

Plan du site du World Trade Center

Cependant le projet devait obtenir le soutien des États de New York et du New Jersey pour être officiellement lancé, étant donné leur rôle dans la Port Authority. Le gouverneur du New Jersey Robert B. Meyner critiqua ce projet de 335 millions de dollars dans la mesure où il allait accroître la puissance de New York au détriment du New Jersey [2]. À la fin de 1961, les négociations atteignirent une impasse. Un élément nouveau permit néanmoins de modifier la situation. En effet la compagnie New Jersey's Hudson and Manhattan Railroad (H&M) était en situation de faillite. Son nombre d'usagers était passé de 113 millions en 1927 à 26 millions en 1958, à la suite de l'ouverture de nouveaux tunnels et ponts au trafic automobile sur l' Hudson. En , Tobin rencontra le nouveau gouverneur du New Jersey, Richard J. Hughes, et lui proposa de déplacer le projet du WTC au niveau de l'Hudson Terminal sur le West Side [10]. En acquérant la Hudson & Manhattan Railroad, la Port Authority obtiendrait également le Terminal et les édifices obsolètes situés alentour. Le les deux États conclurent un accord : ils autorisèrent la Port Authority à gérer la ligne de chemin de fer et à construire le World Trade Center à l'emplacement de l'Hudson Terminal, site plus favorable pour le New Jersey.

Cependant ce site était occupé par Radio Row, un quartier comprenant de nombreux commerces et approximativement 100 habitants [2]. Le projet du WTC impliquait la destruction de ces bâtiments et la relocalisation de leurs occupants, ce qui engendra des protestations. En juin 1962 un groupe représentant approximativement 325 magasins et 1 000 autres commerces fit une injonction, et l'affaire fut portée à la New York Court of Appeals en , qui considéra que le projet était d'utilité publique et devait être poursuivi [11], [12]. Le la Cour suprême des États-Unis refusa de se lancer dans ce procès [13], [14]. La Port Authority fut obligée par la loi de l'État d'assister les propriétaires à trouver de nouveaux locaux, mais ces derniers considérèrent pour la plupart que les endroits proposés par la Port Authority étaient inadéquats [15].

D'autres voix s'élevèrent pour critiquer le projet, notamment dans le secteur de l'immobilier ; dont celle de Lawrence A. Wien, le propriétaire de l' Empire State Building, bâtiment qui perdrait son titre de plus haut gratte-ciel du monde une fois le WTC achevé [16]. Il organisa un groupe nommé « Committee for a Reasonable World Trade Center » dont la principale demande, consistant à diminuer la taille du projet [17], fut sans suite. En l'État de New York signa un accord et réserva un espace pour des bureaux administratifs dans le World Trade Center [18]. Il fut suivi par plusieurs banques [19] et sociétés durant le printemps et l'automne de cette même année, puis par le United States Customs Service en 1965 [20].

Le dernier soutien à obtenir était celui du maire de New York, John Lindsay, et du New York City Council. Ils critiquèrent le fait que la Ville avait été peu entendue lors des négociations et des délibérations. Les négociations entre la Port Authority et New York furent centrées sur la question des impôts, puis un accord final eut lieu le .

Plans finaux

Schéma d'un étage (partie gauche) ;
et système d'ascenseurs d'une tour (partie droite).

Le , la Port Authority annonça les sélections de Minoru Yamasaki comme architecte principal et Antonio Brittiochi and Emery Roth & Sons comme architectes associés [21]. Yamasaki proposa dès le début le concept de tours jumelles, néanmoins il envisagea tout d'abord deux bâtiments comprenant seulement 80 étages. Il remarqua que « l'alternative évidente, un groupe de plusieurs grands bâtiments, aurait ressemblé à un projet immobilier » [22]. Yamasaki dut changer le nombre d'étages pour faire correspondre le projet à la demande de la Port Authority : celle-ci désirant 930 000 m2 d'espace de bureaux, il fallait que chaque tour comprenne 110 étages.

Cependant, le facteur limitant majeur de la taille d'un gratte-ciel était le problème des ascenseurs. En effet, plus un immeuble est haut, plus il a besoin d'ascenseurs, et plus il perd d'espace à cause de ces derniers [23]. Yamasaki et son équipe d'ingénieurs décidèrent d'utiliser un nouveau système, celui des sky lobbies. Il s'agit d'étages où les utilisateurs peuvent passer d'un ascenseur express à grande capacité, qui dessert uniquement les sky lobbies, à un ascenseur local qui dessert chaque étage d'une section. Les ascenseurs locaux utilisant tous la même cage d'ascenseur, le taux d'espace utilisable à chaque étage passa de 62 à 75 %, du fait du moindre nombre de cages d'ascenseur. Les sky lobbies, qui étaient situés au 44e et 78e étages de chaque tour, rendirent la gestion des ascenseurs plus efficace [24]. Les tours jumelles furent les seconds gratte-ciel à utiliser ce système, après le John Hancock Center de Chicago [25]. Le système fut inspiré par le réseau du métro de New York, dont les lignes incluent des stations locales où s'arrêtent les rames locales, et des stations express où tous les trains s'arrêtent [26].

La maquette originale du World Trade Center,
actuellement exposée au Skyscraper Museum à New York.

Les plans définitifs de Yamasaki furent dévoilés au public le sous la forme d'une maquette d'environ 2,5 mètres de haut [27]. Les tours étaient des carrés d'approximativement 63 mètres de côté [28]. Les bâtiments étaient conçus avec des fenêtres étroites, larges de seulement 45 centimètres, qui reflétaient l' acrophobie de l'architecte et son désir de faire en sorte que les occupants des tours se sentent en sécurité [29]. Les plans donnaient pour matériau aux façades des bâtiments un alliage d' aluminium [30].

Le concept reçut plusieurs critiques au niveau de l'esthétique de la part de l' American Institute of Architects et d'autres groupes [31], [30]. Lewis Mumford, auteur de The City in History and other works on urban planning, critiqua le projet et déclara à propos des autres nouveaux gratte-ciel que c'étaient just glass-and-metal filing cabinets [32]. Les radiodiffuseurs et les chaînes de télévision s'inquiétèrent d'une éventuelle interférence dans la réception de la télévision à New York qui serait causée par le nouveau complexe [33]. En réponse, la Port Authority promit de fournir de nouveaux équipements de transmission dans le WTC [34]. La Société linnéenne de l' American Museum of Natural History s'opposa également au projet, constatant que les bâtiments pouvaient se révéler dangereux pour les oiseaux migrateurs [35].

Édification

Vue du 107e étage du World Trade Center, éléments architecturaux.

Le travail de construction démarra le et fut assuré par Ajax Wrecking and Lumber Corporation [36]. La première pierre fut posée le . Treize blocs de Radio Row, dont certains dataient d'avant la Guerre de Sécession, furent rasés pour permettre la construction. L'excavation des fondations du complexe, surnommées The Bathtub, fut rendue particulièrement difficile par la présence de deux voies du métro de New York à proximité, qui devaient être protégées et ne pas subir d'interruption de service. Un sous-sol de six niveaux fut construit. L'excavation de 760 000 m3 de terre et de roche permit la construction de Battery Park City, une extension de Manhattan sur l'Hudson de 93 000 m2 située près du WTC. Otis Elevator Company fut la société qui installa les ascenseurs. La construction fut achevée en 1970 pour le One World Trade Center qui accueillit ses premiers occupants en décembre 1970. Two World Trade Center fut ouvert le janvier 1972. Lorsque les deux tours furent achevées, le coût total de la construction avait atteint 900 millions de dollars pour la Port Authority [37]. La cérémonie d'inauguration eut lieu le [38].

Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Informations diverses

Vue du World Trade Center, 1992.
  • Les travaux de constructions débutent le et sont officiellement achevés six ans, sept mois et trente jours plus tard, le .
  • Pour permettre leur construction, 164 immeubles (16 blocs de la ville) ont été rasés.
  • 1 200 000 m3 de terre ont été extraits du sol.
  • 200 000 tonnes d'acier et 425 000 m3 [réf. nécessaire] de béton ont été utilisés.
  • 10 000 personnes ont travaillé sur le chantier, 60 y ont trouvé la mort.
  • Chaque tour comprenait 110 étages soit une superficie totale de 400 000 m2 pour chacune d'entre elle.
  • 50 000 personnes travaillaient dans les tours [39] et 200 000 visiteurs y passaient.
  • Le complexe était si grand qu'il possédait son propre code postal : 10048.
  • Le coût de la construction a été de 900 millions de dollars

Occupation des tours

Les deux tours ne réussirent pas à attirer la clientèle attendue. Elles furent occupées durant leurs premières années par des organisations gouvernementales variées, dont l'État de New York. Cette situation était due à la crise financière qui secoua New York dans les années 1970. Ce ne fut que dans les années 1980 que des sociétés privées s'installèrent dans le complexe, dont de nombreuses firmes financières liées à Wall Street. Toutefois, le World Trade Center ne devint jamais une adresse de prestige.

En parallèle, les tours accédèrent rapidement au statut de symboles de New York. Le le funambule Philippe Petit utilisa un fil tendu pour traverser le vide situé entre les sommets des deux tours [40]. George Willig, un alpiniste de Queens, escalada en trois heures et demie la tour Sud le 26 mai 1977 [41]. Ces événements, qui reçurent une importante couverture médiatique, contribuèrent à la renommée internationale du World Trade Center.

Le , un incendie se déclencha au onzième étage de la tour Nord. Il se répandit dans la moitié de cet étage, puis atteignit d'autres niveaux en passant par les ouvertures du plancher utilisées par les câbles téléphoniques. Le feu fut éteint presque immédiatement pour ces étages, mais il fallut plusieurs heures pour venir à bout du feu principal. La structure de la tour ne fut pas touchée et les dégâts furent relativement limités. L'eau utilisée pour stopper l'incendie endommagea néanmoins plusieurs étages. Cet événement mena à l'installation d'un système d'extincteurs dans les deux tours.

Other Languages
客家語/Hak-kâ-ngî: Sṳ-kie Mo-yi Chûng-sîm
Bahasa Indonesia: World Trade Center
Lëtzebuergesch: World Trade Center
Bahasa Melayu: World Trade Center
Napulitano: World Trade Center
português: World Trade Center
Runa Simi: Awacha turrikuna
srpskohrvatski / српскохрватски: Svjetski trgovački centar
Simple English: World Trade Center
slovenščina: World Trade Center
West-Vlams: WTC-toorns
ייִדיש: World Trade Center
Bân-lâm-gú: World Trade Center