William Klein

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Klein.
William Klein
William Klein à la Cinémathèque française-cropped.jpg

William Klein à la Cinémathèque française le

Naissance
Nationalités
Activités
Formation
Université de Paris (en)
City College of New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Œuvres réputées

William Klein[N 1], né le 19 avril 1928 à Manhattan[N 2], New York, est un peintre, plasticien, photographe, graphiste et réalisateur de films documentaires, publicitaires, et de fictions. Citoyen américain, il vit et travaille à Paris.

Artiste pluridisciplinaire, il a notamment révolutionné certains domaines de la photographie comme la photographie de mode et de la photographie de rue[1].

Ses ouvrages sur les grandes capitales mondiales (New York, Rome, Moscou, Tokyo, Paris) ont concouru à faire de lui, avec Robert Franck, l’un des photographes les plus illustres et influents de sa génération [2].

Biographie

Fils d'immigrés juifs hongrois, William Klein, après des études de sociologie au prestigieux City College of New York [N 3] où il avait été admis à l'âge de 14 ans, effectue, de 1946 à 1948, deux ans de service militaire dans l'armée américaine, comme opérateur radio à cheval [N 4]dans la 2e division blindée en Allemagne et en manoeuvres dans le cadre de l'Otan dans l'est de la France.

En 1947, il se rend pour la première fois à Paris, puis, dans le cadre de la loi G.I. Bill d'aide aux vétérans, reprend des études de sociologie à la Sorbonne, en plein Quartier latin, en 1948.

Il se joint à un groupe d'Américains démobilisés comme lui dont le peintre Ellsworth Kelly [N 5].

La même année, il tombe amoureux de Jeanne Florin, qu’il épouse et avec laquelle il vit et travaille pendant plus de cinquante ans[3].

Peintre et graphiste

Méditerranée d'Ellsworth Kelly (1952), un bon exemple de peinture Hard-edge.

Il fréquente quelque temps l'atelier d'André Lhote[N 6] puis entre dans celui de l’artiste Fernand Léger, « peintre fantastique, anti-coups de pinceau, qui n'a rien à faire des modes, des galeries et des collectionneurs ».

Au début des années 50, William Klein s’intéresse à la sculpture et à l’art cinétique ; il se rend à Milan et collabore avec l’architecte italien Angelo Mangiarotti à la création de peintures murales géométriques de style Hard-edge. À la même époque, il s’essaie à diverses expérimentations photographiques et créations abstraites (dessins lumineux, solarisations, photogrammes…) qui seront pour certaines publiées en couverture de la revue italienne Domus (1952-61) ou utilisées pour des pochettes de disques vinyles.

Il s’essaie aussi à la conception de maquettes de livres et réalise par exemple les illustrations d’une version rare du Moby Dick d’Herman Melville (1955).

Photographie de mode

En 1954, William Klein, peintre abstrait, expose au Salon des Réalités Nouvelles. Alexander Liberman, directeur artistique de l'édition américaine de Vogue, de passage à Paris pour la Fashion Week, visite l'exposition, remarque son travail, le rencontre et lui propose un contrat et des moyens financiers pour poursuivre son travail à Paris et à New York.

À côté de Richard Avedon et Henry Clarke, il devient l'un des photographes attitrés du magazine de mode, pour l'édition française[N 7] duquel il réalise des photographies originales et innovantes et s’impose comme un véritable metteur en scène. Il compose au grand angle et au téléobjectif, s’inspire de ses expériences picturales passées et initie des performances de poses loin des studios, en faisant descendre les mannequins dans la rue.

New York

Dans sa ville natale, William Klein effectue ce qu’il appelle un « journal photographique », qu’il parvient à publier en 1956 aux Éditions du Seuil, grâce au soutien de Liberman et à l’appui de son ami Chris Marker.

Ce premier livre « coup de poing » titré Life Is Good and Good For You in New York: Trance Witness Revels devient incontournable, contrastant radicalement avec l’ancienne école. Grâce à sa vision novatrice, Klein obtient en France le prix Nadar en 1957, mais son style provocateur, brutal et accidenté le rend relativement impopulaire aux États-Unis.

Appliquant à la lettre le précepte de Robert Capa « Si tes photos ne sont pas bonnes, c'est parce que tu n'es pas assez près », Klein joue avec les cadrages, manie le flou, force le grain, valorise le bougé et favorise les contrastes extrêmes. La rue, les enfants, l’interaction avec les foules, les panneaux publicitaires, les néons lumineux, l’émulation… et sa perception graphique des paysages urbains, font sa signature.

Cette véritable révolution photographique est rapidement systématisée par les séries qu’il entreprend sur les autres grandes capitales du monde, toutes publiées : Rome en 1959, Moscou et Tokyo en 1964 et, beaucoup plus tard, Paris, en 2002.

Films

En 1958, Klein tourne Broadway by Light, premier film pop et pure expérience visuelle et sonore.

Au milieu des années 60, il abandonne momentanément la photographie pour le cinéma, se rapproche d’Alain Resnais et de Chris Marker. Si son film Qui êtes-vous, Polly Maggoo ?, sorti en 1966, n’a pas un retentissement immédiat, il devient cependant une œuvre culte, dans laquelle l’artiste présente une satire moderne et délirante du milieu de la mode, des médias et de la télévision. Suivent de nombreux documentaires et longs métrages de fiction parmi lesquels Mister Freedom (1968), Grands Soirs et Petits Matins (1968), Muhammad Ali The Greatest (1964-74), Le Couple Témoin (1977), The Little Richard Story (1980), The French (1981) et Le Messie (1999). Sa carrière de cinéaste est marquée par l'engagement, notamment auprès de la cause noire dont il soutient les luttes, avec le documentaire Festival Panafricain d’Alger 1969, mais aussi à travers les personnages de Muhammad Ali, Little Richard ou Eldridge Cleaver.

En 1989, William Klein est à l’origine de l’idée de la série Contacts (Arte), succession d’émissions de treize minutes où les photographes sont invités à parler de leurs travaux par le prisme de leurs planches-contacts.

Contacts peints

Puisant dans ce même concept, William Klein pousse l’expérimentation jusqu’à produire, dès la fin des années 80, ce qu'il appelle des contacts peints, synthèse remarquable entre ses travaux de photographie, de peinture et de cinéaste. Ainsi, il se réfère à ses propres techniques de sélection d’images et décide d’explorer la dimension créative de ses interventions en agrandissant des extraits de ses planches-contacts (pellicule photo ou film) pour venir peindre directement sur l’image. En résulte un langage plastique propre, qui met en lumière sa méthode de travail et la dimension tout à la fois protéiforme et résolument graphique de son oeuvre.

Publications

Dans ces mêmes années, il renoue avec la photographie, exposant dans le monde entier et publiant une dizaine de livres pour lesquels il continue de soigner graphisme, mise en page et impression : Close Up (1989), Mode In & Out (1994), une réédition de New York (1995), puis celle de Rome, retitrée Rome+Klein (2009). Pour ces deux derniers livres, l’artiste fait refaire les tirages et repense entièrement la mise en page. Tokyo, est également réédité en 2013, dans sa forme quasi initiale.

Grâce à l’édition, William Klein rend accessible certains autres de ses travaux artistiques. Alors que l’ouvrage Films (1998) explore son répertoire cinématographique, Contacts (2008) est un recueil de ses contacts peints, et Paintings, etc. (2012) montre pour la première fois certaines de ses photographies abstraites et ses peintures de jeunesse. Black and Light (2015) est une publication inédite des travaux expérimentaux entrepris dans les années 50. Klein considère la forme imprimée comme l’aboutissement final du travail photographique et conçoit lui-même les maquettes de ses livres, afin de créer à chaque fois un « nouvel objet visuel ». Il s’affranchit des lignes éditoriales classiques et préfère traiter ses images sans légende et sans marge, séquencées en pleine plage et double-page, modernisant ainsi la lecture et poussant le lecteur à explorer son univers visuel comme s’il regardait un film.

Il est représenté en France par la Galerie Polka, Paris.

Other Languages