Wallonie

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la région culturelle et historique. Pour la région politique, voir Région wallonne. Pour les autres significations, voir Wallonie (homonymie).
Wallonie
Blason
Blason
Drapeau
Drapeau
La Wallonie
La Wallonie
Administration
Pays Drapeau de la Belgique  Belgique
Statut Région historique et culturelle
Provinces Liège
Hainaut
Namur
Luxembourg
Brabant Wallon
Villes principales Namur, Liège, Charleroi, Mons
Démographie
Gentilé Wallons, Wallonnes
Population 3 610 089 hab. (01/01/17)
Densité 214 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° nord, 5° est
Superficie 16 844 km2
Point culminant Signal de Botrange (694 mètres)
Divers
Langues officielles Français
Allemand
Des facilités linguistiques sont en outre accordées aux habitants néerlandophones des communes wallonnes citées à l'article 8 de la loi sur l'emploi des langues en matière administrative du 18 juillet 1966.
Langues locales et patois Wallon
Gaumais
Picard
Champenois
Luxembourgeois
Flamand occidental
Flamand oriental
Limbourgeois
Symboles Le coq hardi
La gaillarde

La Wallonie (Walonreye en wallon) est une région culturelle et historique occupant le sud de la Belgique. Elle appartient principalement au domaine linguistique roman, par opposition au domaine linguistique germanique du nord. Ce concept de « terre romane » inventé vers 1886 [1], [2] est la base des revendications du mouvement wallon [3]. Elle se concrétise politiquement par la création en 1970 de la région de langue française et de la Région wallonne qui deviendra en 1980 l'institution politique gouvernant la Wallonie. Elle a pour capitale Namur.

Étymologie

Article détaillé : Histoire du terme Wallon.

Le mot Wallonie vient du terme Wallon, lui-même venant de Walh, un très ancien mot germanique utilisé pour désigner les populations celtophones ou romanes.

La première apparition reconnue du mot Wallonie est en 1842 dans l'Essai d'étymologie philosophique d'un philologue et anthropologue namurois, l'abbé Honoré Chavée qui l'utilise pour désigner le monde roman en opposition à l'Allemagne. Son « sens véritable », selon Albert Henry [4], arrive deux ans plus tard sous la plume de François-Charles-Joseph Grandgagnage qui par ce mot désigne « cette fois, plus ou moins nettement, la partie romane du jeune État unitaire Belgique. » [5] C'est en 1886 qu'avec l'écrivain et militant wallon Albert Mockel le mot prend « son sens politique d'affirmation culturelle régionale » [6], en opposition au mot Flandre utilisé par le Mouvement flamand.

Other Languages