Voix (musique classique)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voix, Voix (instrument) et Voix (polyphonie).

D'abord unique instrument de la musique profane, la voix, instrument à part entière, est intégrée comme telle dans les œuvres de musique classique.

Pendant la plus grande partie du Moyen Âge, celle-ci est tout d'abord présente, de manière quasiment exclusive, dans le répertoire du chant grégorien. À partir de cette origine, de nombreux genres musicaux dédiés à la musique vocale se développeront au cours des siècles suivants  : le motet, la cantate, l'opéra, la mélodie, etc.

Au cours de la Renaissance, une différenciation s'amorce entre d'une part la voix du choriste et d'autre part la voix du soliste.

La voix soliste

Depuis la période baroque, la spécialisation et la virtuosité des voix de solistes n'ont jamais cessé de progresser au cours des siècles. Les chanteurs solistes sont principalement classés selon la hauteur relative de leur voix, comparée à celle des autres typologies vocales.

Les qualités d'une voix, son agilité, son volume, sa vélocité, dépendent moins des aptitudes reçues à la naissance, que du travail et des exercices d'entraînement accomplis par le chanteur.

On aura soin de distinguer, d'une part, la tessiture, qui désigne l'ensemble des notes aisément réalisées par un chanteur, d'autre part, l'ambitus, qui désigne l'étendue totale d'une voix, comprenant, outre la tessiture, un certain nombre de « notes exceptionnelles », dans l'aigu ou dans le grave, que le chanteur peut émettre au prix d'un effort particulier.

Les voix de femmes et d'enfants

Chez les femmes et les enfants, il existe trois catégories vocales principales :

Les voix d'hommes

Chez les hommes, on distingue quatre catégories :

  • les contreténors, utilisant la technique du fausset ou falsetto dans des répertoires spécifiques, principalement dans la musique baroque. Cette catégorie se subdivise, sur le principe de la classification féminine, en sopraniste et contraltiste ;
  • les ténors, voix masculines les plus aiguës en voix de poitrine. Dans le répertoire baroque français, on appelle haute-contre un ténor qui utilise occasionnellement la voix de tête ou de fausset pour les aigus ou suraigus. De nos jours, les termes de « haute-contre » et de « contreténor » sont fréquemment confondus ; cependant, si l'étendue de ces deux types vocaux se rejoignent bien souvent, leurs techniques vocales respectives sont différentes ;
  • les barytons, à la tessiture médium. Il s'agit d'un type de voix très répandu car c'est le plus proche de la voix parlée ;
  • les basses, voix masculines les plus graves et donc, les plus graves toutes familles confondues.

Il existait jusqu'au commencement du XXe siècle une cinquième catégorie : les castrats. Cette pratique, courante à la période baroque — surtout en Italie — ayant été interdite par la suite, les emplois sont maintenant désormais tenus par des chanteuses travesties ou des contreténors.

Théories de la voix et du chant

Verdhurt, Garcia, Fauré, Crosti, etc. distinguent trois parties, trois registres dans la division de chaque voix, quelle que soit sa nature[1] :

  • la voix de poitrine, registre au timbre clair, ouvert, se subdivisant en voix de poitrine proprement dite et en voix palatale ;
  • la voix de tête, registre au timbre sombre, couvert, se subdivisant en voix de tête proprement dite et en voix de fausset ;
  • la voix mixte, registre médian formé de voix de tête et de voix palatale diminuée.

Pour Crosti, il n'y a pas que la voix de poitrine et la voix de tête; il y a une sorte d'émission intermédiaire qu'il appelle voix palatale, et qui est une légère modification de la voix de poitrine. La voix palatale est produite au niveau de la glotte suivant le même mécanisme que la voix de poitrine proprement dite (cordes vibrant dans toute leur longueur), mais elle diffère de cette dernière en ce sens que la résonance, au lieu de se faire Surtout dans le thorax, vient prendre son appui sous la voûte palatine grâce à une disposition appropriée du pharynx, du voile du palais. Le souffle vocal, envoyé vers les sinus frontaux et frappant directement les parois supérieures du palais, y contracte la rondeur, la majesté et le moelleux auxquels les cavités nasales qu'il traverse, sans les mettre, en vibration toutefois, ajoutent (encore de la sonorité. C'est également dans ce registre qui se produisent les sons les plus riches d'un organe. Aussi, faut-il en soigner l'émission, car il constitue en outre le médium, partie de la voix dans laquelle sont écrits généralement les morceaux à chanter.

« Ne respirez pas en levant les épaules, outre que c'est pénible à exécuter, c'est fort désagréable, à voir, et de plus ce moyen, peu rapide, ne vous permet pas de respirer à fond et de prendre la dose intégrale d'air qui constitue une respiration complète. Respirez du thorax comme lorsque vous êtes couché sur le dos. Allongez-vous sur un lit et étudiez alors quel est le travail qui s'accomplit lorsque vous respirez. Vous verrez que vos épaules ne bougent pas, que seul votre thorax fonctionne. Eh bien, une fois debout, faites en sorte de vous habituer à prendre votre respiration comme vous la preniez l'instant d'avant, lorsque vous étiez couché sur le dos. Il sera très important de s'habituer à prendre la respiration par le nez, sans ouvrir la bouche. Par ce moyen, outre qu'on prend autant d'air qu'en ouvrant la bouche, on a l'avantage de ne pas se dessécher la gorge. Quand vous aurez contracté cette habitude, peu difficile à acquérir d'ailleurs, vous vous étudierez à garder, dans votre poitrine, le plus profondément possible, la respiration que vous aurez prise, et ce, en obligeant votre thorax par un léger effort, une légère pression, à rester dilaté, position qu'il devra garder, autant que possible, tant que vous chanterez, afin que votre poitrine, qui est votre caisse d'harmonie, soit toujours dans son plus grand développement. Respirez donc bien à fond (comme il faut toujours le faire, n'aurait-on qu'un mot à dire) et appuyez constamment, mais légèrement sur votre respiration, d'abord pour l'empêcher de remonter trop tôt, et pouvoir ainsi ne la dépenser qu'avec la plus grande parcimonie et ensuite pour forcer votre poitrine à rester dilatée et offrir ainsi au son le plus grand centre de développement possible. J'ajoute que cette façon de respirer vous permettra de prendre une rapide et copieuse respiration. »

— Eugène Crosti. Le gradus du chanteur, 1893[2],[3]


Autres classements possibles

Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

D'autres distinctions, variant selon les pays, les époques, les compositeurs ou les répertoires, viennent parfois s'ajouter au classement ci-dessus.

Selon l'agilité et le timbre, on pourra classer les voix en trois grandes sous-catégories :

  • les « voix légères », les plus claires et les plus aptes à la vélocité ;
  • les « voix lyriques », sous-catégorie intermédiaire entre la précédente et la suivante ;
  • les « voix dramatiques », les plus sombres et les plus corsées, mais les moins agiles.

Il est fréquent que les voix légères disposent de quelques notes supplémentaires dans l'aigu, tandis que les voix dramatiques bénéficient souvent d'une extension de leur registre vers le grave. Ces subdivisions sont couramment employées chez les sopranos, les mezzo-sopranos et les ténors.

On dira par exemple, que le rôle du comte Almaviva dans l'opéra Le Barbier de Séville de Rossini nécessite une voix de « ténor léger » celui de Don José dans Carmen de Bizet une voix de « ténor lyrique » et celui de Florestan dans Fidelio de Beethoven une voix de « ténor dramatique » (ou « fort ténor »).

D'autres caractéristiques peuvent entrer en ligne de compte dans la classification des types vocaux :

  • la couleur (voix « claires » et voix « sombres ») ;
  • le volume (ou puissance) ;
  • l'épaisseur ;
  • le mordant[réf. nécessaire].

Selon la puissance relative, on pourra classer les voix de la manière suivante, par intensité croissante :

  • les « voix de micro » : moins de 80 décibels ;
  • les « voix de salon » : de 80 à 90 décibels ;
  • les « voix d'opérette » : de 90 à 100 décibels ;
  • les « voix d'opéra-comique » : de 100 à 110 décibels ;
  • les « voix d'opéra » : de 110 à 120 décibels ;
  • les « voix de grand opéra » : plus de 120 décibels[réf. nécessaire].
Other Languages
Afrikaans: Stemomvang
العربية: مدى صوتي
dansk: Stemmeleje
English: Vocal range
한국어: 성악 음역
Limburgs: Zangsjtum
Nederlands: Zangstem
português: Extensão vocal
Simple English: Vocal range
Tiếng Việt: Âm vực