Virus

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Virus (homonymie).
Virus
Description de cette image, également commentée ci-après

Rotavirus.

Classification
Type Virus

Règne

Virus
— auteur incomplet —, date à préciser

Groupes de rang inférieur

Un virus est un agent infectieux nécessitant un hôte, souvent une cellule, dont il utilise le métabolisme et ses constituants pour se répliquer. On le considère de plus en plus comme faisant partie des acaryotes [1].

Les virus existent sous une forme extra- cellulaire (unité matérielle indépendante appelée alors virion ou, pour quelques formes, viroïde) ou intra-cellulaire (virus intégré sous forme dormante ou détournant activement la machinerie cellulaire au profit de sa réplication). Sous la forme intracellulaire (à l'intérieur de la cellule hôte), les virus sont des éléments génétiques qui peuvent se répliquer de façon indépendante par rapport au chromosome, mais non indépendamment de la cellule hôte. Sous la forme extracellulaire, les virus sont des objets particulaires, infectieux, constitués au minimum d'un acide nucléique englobé dans une capside de protéines.

Le débat sur la nature des virus (vivants ou pas) repose sur des notions complexes [2], [3] et reste aujourd'hui ouvert. Cependant, selon de nombreuses définitions [4] du vivant (entité matérielle réalisant les fonctions de relation, nutrition, reproduction), les virus ne seraient pas des êtres vivants.

La virologie est la science qui étudie les virus. Elle est étudiée par des virologues ou virologistes. Le substantif masculin virus est issu du latin virus, substantif neutre qui signifie «  suc, jus, humeur ; venin, poison ; mauvaise odeur, puanteur, infection » [5]. Se terminant par un s, il ne prend pas de marque particulière au pluriel en français [6].

Découverte

Les maladies virales comme la rage, la fièvre jaune ou la variole affectent les humains depuis des siècles. Des hiéroglyphes mettent en évidence la poliomyélite dans l' Égypte antique ; des écrits de l’Antiquité gréco- romaine et d’Extrême-Orient décrivent certaines maladies virales.

À la fin du e siècle, la conception d’agents infectieux qui ne fussent ni des bactéries, ni des champignons, ni des parasites, et qu'on ne pût déceler au microscope optique, était encore difficile. Le médecin testerin Jean Hameau avait fait un premier exposé sur les virus en 1837 devant la Société royale de médecine de Bordeaux, Réflexions sur les virus, puis devant l’ Académie nationale de médecine en 1843. Son Mémoire sur les virus est présenté en séance de l’Académie de médecine le 14 avril 1850 [7].

À cette époque, les scientifiques isolaient des agents infectieux à travers des filtres de porcelaine utilisés pour recueillir les bactéries. Entre 1887 et 1892, le botaniste russe Dimitri Ivanovski étudia une maladie végétale, la mosaïque du tabac, et montra que la sève des plantes malades contenait un agent infectieux qui n’était pas retenu par les filtres Chamberland conçus par le biologiste du même nom. Ivanovski pensait qu’il s’agissait d’une toxine ou bien d’une très petite bactérie. C’est le chimiste hollandais Martinus Beijerinck qui approfondit ces travaux et, en 1898, écarta non seulement l’hypothèse bactérienne mais aussi l'hypothèse toxinique : diluant la sève de plantes infectées il l'inocula à des plantes qui développèrent la maladie ; réitérant la manipulation il put transmettre la maladie de multiples fois et démontrer que la sève de la dernière plante infectée était aussi virulente que la première, effet qu'une toxine, après tant de dilutions n'aurait pu produire [8]. Beijerinck appela l'agent Contagium vivum fluidum (« germe vivant soluble »). À la même époque, le virus de la fièvre aphteuse est le premier virus identifié par Friedrich Löffler et Paul Frosch. Le virus de la fièvre jaune est le premier virus pathogène de l’Homme identifié entre 1900 et 1902. Louis Pasteur les nomma « infrabactéries », d'autres les qualifièrent de « virus filtrants » ou « virus ultrafiltrants ».

C’est pendant la Première Guerre mondiale que l’ anglais Frederick Twort et le microbiologiste franco- canadien Félix d'Hérelle mettent en évidence le phénomène de « lyse transmissible » observable par la lyse des bactéries cultivées en milieu solide. Ce phénomène est dû à un virus de bactéries que Félix d'Hérelle qualifia de bactériophage. Les virus des plantes, des animaux, de l’Homme et des bactéries étaient ainsi découverts et leurs listes ne cessèrent de s’allonger au cours du e siècle.

Vers 1925, un virus [9] était défini comme un « agent responsable d'une maladie infectieuse, parasite, de nature particulaire et de taille comprise entre 0,01 et 0,3 micromètre [10]. »

L’apparition de la microscopie électronique dans les années 1930 permit l’observation des virus, mais on ne savait toujours pas à cette époque ce qu’ils étaient réellement. Le biochimiste américain Wendell Stanley cristallisa le virus de la mosaïque du tabac sous forme de cristal protéique en 1935. L'année suivante, des études complémentaires montrèrent que ce cristal contenait également de l’ ARN. Les études ultérieures montrèrent que selon les virus étudiés, ceux-ci étaient composés soit de protéines et d’ARN, soit de protéines et d’ADN. C’est en 1957 qu' André Lwoff proposa une définition [11] claire et moderne des virus.

À partir des années 1960, le développement des cultures cellulaires, de la microscopie électronique, puis de la biologie moléculaire, permirent aux scientifiques de progresser dans la compréhension des mécanismes de réplication des virus, dans la réalisation de diagnostics fiables et dans l’élaboration de vaccins.

Other Languages
Afrikaans: Virus
Alemannisch: Virus (Medizin)
አማርኛ: ቫይረስ
aragonés: Virus
Ænglisc: Clēofanwyrm
العربية: فيروس
مصرى: فيروس
অসমীয়া: ভাইৰাছ
asturianu: Virus
azərbaycanca: Viruslar
تۆرکجه: ویروس
башҡортса: Вирустар
žemaitėška: Vėrosos
беларуская: Вірусы
беларуская (тарашкевіца)‎: Вірус
български: Вируси
বাংলা: ভাইরাস
brezhoneg: Virus
буряад: Вирус
català: Virus
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Bâng-dŭk
کوردی: ڤایرۆس
čeština: Virus
kaszëbsczi: Wirus
Cymraeg: Firws
Deutsch: Viren
ދިވެހިބަސް: ވައިރަސް
Ελληνικά: Ιός
English: Virus
español: Virus
eesti: Viirused
euskara: Birus
فارسی: ویروس
suomi: Virukset
føroyskt: Virus
Nordfriisk: Wiiren
Gaeilge: Víreas
galego: Virus
Avañe'ẽ: Víru
客家語/Hak-kâ-ngî: Phiang-thu̍k
עברית: נגיף
हिन्दी: विषाणु
hrvatski: Virusi
Kreyòl ayisyen: Viris
magyar: Vírus
Հայերեն: Վիրուսներ
interlingua: Virus
Bahasa Indonesia: Virus
Ilokano: Birus
Ido: Viruso
íslenska: Veira
日本語: ウイルス
Basa Jawa: Virus
ქართული: ვირუსები
Gĩkũyũ: Virus
қазақша: Вирустар
ಕನ್ನಡ: ವೈರಾಣು
한국어: 바이러스
Кыргызча: Вирустар
Limburgs: Virus
Ligure: Virus
lingála: Vilúsu
lietuvių: Virusas
latviešu: Vīruss
македонски: Вирус
മലയാളം: വൈറസ്
монгол: Вирус
मराठी: विषाणू
Bahasa Melayu: Virus
မြန်မာဘာသာ: ဗိုင်းရပ်စ်
नेपाली: विषाणु
नेपाल भाषा: भाइरस
Nederlands: Virus (biologie)
norsk nynorsk: Virus
norsk: Virus
occitan: Virus
ਪੰਜਾਬੀ: ਵਿਸ਼ਾਣੂ
Kapampangan: Virus
polski: Wirusy
پنجابی: وائرس
پښتو: ویروس
português: Vírus
Runa Simi: Añaw
Kirundi: Virus
română: Virus
русский: Вирусы
русиньскый: Вірус
саха тыла: Вирус
Scots: Virus
سنڌي: وائرس
srpskohrvatski / српскохрватски: Virus (biologija)
සිංහල: වෛරස
Simple English: Virus
slovenčina: Vírus
slovenščina: Virusi
Soomaaliga: Fayrus
shqip: Virusi
српски / srpski: Вирус
Basa Sunda: Virus
svenska: Virus
Kiswahili: Virusi
తెలుగు: వైరస్
ไทย: ไวรัส
Tagalog: Birus
Türkçe: Virüs
татарча/tatarça: Вируслар
тыва дыл: Вирус
українська: Вірус
اردو: وائرس
oʻzbekcha/ўзбекча: Viruslar
Tiếng Việt: Virus
walon: Virûsse
Winaray: Birus
ייִדיש: ווירוס
Yorùbá: Èràn
Vahcuengh: Binghdoeg
中文: 病毒
Bân-lâm-gú: Pēⁿ-to̍k
粵語: 病毒