Virgile

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Virgil et Virgyl.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Virgile (homonymie).
Virgile
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait présumé de Virgile. Gravure de F. Huot dans l'édition des Œuvres de Virgile par l'abbé Des Fontaines (Paris, Billois, 1802).

Nom de naissance Publius Vergilius Maro en latin
Naissance
Andes, République romaine
Décès (à 50 ans)
Brindes, Empire romain
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Latin
Genres

Œuvres principales

Virgile, en latin Publius Vergilius Maro (né vers le 15 octobre 70 av. J.-C. à Andes, dans l'actuelle Lombardie et mort le 21 septembre 19 av. J.-C. à Brindes dans le Sud), est un poète latin contemporain de la fin de la République romaine et du début du règne de l'empereur Auguste.

Biographie

Selon la tradition [1], Virgile naît à Andes [2] (qui porte aujourd'hui le nom de Virgilio en son honneur), près de Mantoue, en Gaule cisalpine, sous le consulat de Crassus et de Pompée, dans une famille modeste [2]. Les historiens actuels considèrent plutôt qu'il est issu d'une famille bourgeoise, sa mère Polla Magio étant la fille d'un riche marchand et son père Vergilius Maro, dont le praenomen n'est pas connu [3], étant un petit propriétaire terrien de Mantoue vivant de l'apiculture, de l'agriculture et de l'élevage et qui veille scrupuleusement à ses études [4].

Crassus et Pompée sont à nouveau consuls lorsque le jeune homme revêt la toge virile, le jour même où disparaît Lucrèce. Tout un symbole, sans doute, bien que l’empreinte de l’auteur du De rerum natura sur l’œuvre de Virgile soit probablement moins forte que celle de Catulle, son voisin de Vérone, dont il y a tout lieu de supposer qu’il le connut personnellement, ainsi que d’autres poètes en vue, qu’il salue dans les Bucoliques, tels que Aemilius Macer (est-ce le Mélibée des Bucoliques ?), C. Helvius Cinna, du cercle de Catulle, L. Varius Rufus, futur éditeur de l’Enéide [5], et Q. Horatius Flaccus (Lycidas dans la Buc. 9 ?). Mais c'est Horace qui devient son ami le plus intime, au point que ce dernier l'appellera animae dimidium meae, « la moitié de mon âme » [6].

De même, il se lie très tôt d'amitié avec Quintilius Varus, le futur grand critique [7], et Cornelius Gallus, le fondateur de la poésie élégiaque romaine. Il fait des études approfondies dans les domaines les plus divers, lettres, philosophie, droit, médecine, mathématiques en particulier, d’abord à Crémone [2], puis à Milan [2], ensuite à Rome [2], et enfin à Naples, ville de culture grecque où il suit les cours de professeurs de rhétorique et de philosophie grecque, notamment de maîtres prestigieux comme Siron et Philodème, l’un et l’autre de sensibilité épicurienne [4].

C’est sans doute durant la guerre civile (elle éclata quand il avait vingt ans) qu’il entre en relation avec Asinius Pollion, homme de lettres qui appartient au cercle de Catulle et des « poètes néotériques », mais aussi figure politique importante et chef militaire qui prendra parti pour Marc Antoine dans la rivalité qui opposera celui-ci à Octave, petit-neveu et héritier de Jules César. Pollion commande plusieurs légions en Cisalpine lorsque Octave, au lendemain de la victoire de Philippes (-42), entreprend de déposséder en masse les paysans italiens afin de récompenser les légionnaires césariens. La guerre fait rage de nouveau, mais le parti des spoliateurs prend le dessus, et Pollion, en infériorité, doit se replier. Le domaine paternel de Virgile est, semble-t-il, confisqué, et ses légitimes propriétaires manquent même d'y laisser la vie [8]. Cependant, les interprétations des Bucoliques varient.

Selon la tradition, après trois années passées à se documenter en Asie Mineure et en Grèce pour composer l’Énéide, il est victime d'une insolation près de Mégare, interrompt son voyage de documentation et meurt peu après son retour à Brindes en -19 [9]. Bien que Virgile ait demandé à ses amis et exécuteurs testamentaires Lucius Varius Rufus et Plotius Tucca de brûler après sa mort l’Énéide inachevé, donc imparfait, Auguste s'y oppose et fait publier l'œuvre par L. Varius Rufus [5].

Incinéré, ses cendres sont conformément à son désir transportées à Pouzzoles. C'est à l'entrée de la grotte de Pouzzoles, appelée Crypta Neapolitana, qu'est située une grande ruine que la tradition honore comme le tombeau présumé de Virgile sur lequel une épitaphe rappelle sa vie résumée en un distique qu'il aurait composé à ses derniers moments [10] :

« Mantua me genuit, Calabri rapuere, tenet nunc (Mantoue m'a donné la vie, la Calabre me l'a ôtée, et maintenant)
Parthenope. Cecini pascua, rura, duces. (Naples garde mon corps. J'ai chanté les pâturages, les campagnes, les héros.) »

— Épitaphe de Virgile

Other Languages
Аҧсшәа: Вергили
адыгабзэ: Вергилий
Afrikaans: Vergilius
Alemannisch: Vergil
አማርኛ: ዌርጊሊዩስ
aragonés: Virchilio
العربية: فيرجيل
مصرى: فيرجيل
asturianu: Virxiliu
azərbaycanca: Vergili
تۆرکجه: ویرژیل
башҡортса: Вергилий
Boarisch: Vergil
žemaitėška: Vergėlėjos
беларуская (тарашкевіца)‎: Вэргіліюс
български: Вергилий
भोजपुरी: वर्जिल
Bislama: Virgil
বাংলা: ভের্গিল
བོད་ཡིག: བིར་སྒྲེལ།
bosanski: Vergilije
буряад: Вергили
català: Virgili
нохчийн: Вергилий
کوردی: ڤێرجیل
Cymraeg: Fyrsil
Deutsch: Vergil
Zazaki: Vergilius
Ελληνικά: Βιργίλιος
emiliàn e rumagnòl: Virgilio
English: Virgil
Esperanto: Vergilio
español: Virgilio
eesti: Vergilius
euskara: Virgilio
estremeñu: Vergíliu
فارسی: ویرژیل
suomi: Vergilius
Võro: Vergilius
furlan: Virgjili
Frysk: Fergilius
Gaeilge: Veirgil
贛語: 衛吉
galego: Virxilio
客家語/Hak-kâ-ngî: Vergilius
עברית: ורגיליוס
हिन्दी: वर्जिल
Fiji Hindi: Virgil
Հայերեն: Վերգիլիոս
interlingua: Vergilio
Bahasa Indonesia: Publius Vergilius Maro
Ilokano: Virgilio
íslenska: Virgill
Patois: Virgil
Basa Jawa: Virgil
ქართული: ვერგილიუსი
Qaraqalpaqsha: Vergilius
Адыгэбзэ: Вергилий
Kabɩyɛ: Virgile
қазақша: Вергилий
ភាសាខ្មែរ: វឺជីល
Ripoarisch: Vergil
Kurdî: Vergilius
Lëtzebuergesch: Publius Vergilius Maro
lumbaart: Virgili
lietuvių: Vergilijus
latviešu: Vergilijs
मैथिली: वर्जिल
Malagasy: Virgil
македонски: Вергилиј
മലയാളം: വിർജിൽ
монгол: Вергилий
मराठी: व्हर्जिल
Bahasa Melayu: Virgil
Malti: Virġilju
Mirandés: Bergílio
မြန်မာဘာသာ: ဗာဂျီ
مازِرونی: ویرژیل
Plattdüütsch: Vergil
नेपाल भाषा: भर्जिल
Nederlands: Vergilius
norsk nynorsk: Vergil
norsk: Vergil
occitan: Virgili
Livvinkarjala: Vergilius
ਪੰਜਾਬੀ: ਵਰਜਿਲ
Picard: Virgile
polski: Wergiliusz
Piemontèis: Virgili
پنجابی: ورجل
português: Virgílio
русский: Вергилий
русиньскый: Верґілій
саха тыла: Вергилиус
sardu: Virgiliu
sicilianu: Virgiliu
Scots: Virgil
srpskohrvatski / српскохрватски: Vergilije
Simple English: Virgil
slovenčina: Vergílius
slovenščina: Vergilij
Gagana Samoa: Virgil
shqip: Virgjili
српски / srpski: Вергилије
svenska: Vergilius
Kiswahili: Vergilio
தமிழ்: வேர்ஜில்
Tagalog: Virgil
татарча/tatarça: Вергилий
тыва дыл: Вергилий
удмурт: Вергилий
українська: Вергілій
اردو: ورجل
oʻzbekcha/ўзбекча: Vergiliy
vèneto: Virgilio
vepsän kel’: Vergilii
Tiếng Việt: Vergilius
Winaray: Virgilio
მარგალური: ვირგილიუსი
ייִדיש: ווערגיל
Yorùbá: Virgil
Zeêuws: Virgil
中文: 维吉尔
Bân-lâm-gú: Vergili
粵語: 維吉爾