Varègues

Varègues
Image illustrative de l'article Varègues
Reconstitution de guerriers varègues dans les Beskides en 2013.

Période e siècle- e siècle
Ethnie Germains ; Scandinaves
Langue(s) Norrois ; certains adoptèrent le vieux Slave lors de leurs implantations en Russie et le grec pour ceux servant le basileus. Éventuellement anglais.
Religion Paganisme nordique
Christianisme
Région d'origine Rus de Kiev et auparavant Scandinavie. Constantinople pour la garde varègue.

Varègues ou Varanges ( vieux norrois : Væringjar ; grec : Βάραγγοι, Βαριάγοι) est le nom donné dans l' Empire byzantin et par les Slaves orientaux aux Vikings de Suède qui, entre le e et le e siècle, ont gouverné l’État médiéval de la Rus’ et, par la suite, forment la garde varègue des empereurs byzantins.

Selon la Chronique des temps passés, un groupe de Varègues fonda Novgorod en 862 sous la direction de Riourik. Marchands, mercenaires et pirates à l’occasion, ils menèrent des expéditions d’abord chez les Arabes en empruntant la route de la Volga, puis, par le Don, le Dniepr ou le Dniestr, à Constantinople par les « routes menant chez les Grecs ». Ils attaquèrent à plusieurs reprises les villes byzantines de la mer Noire et la capitale impériale elle-même, attaques qui, même repoussées, se soldèrent par des traités de paix leur concédant de nombreux avantages commerciaux. À la même époque, les Varègues commencèrent à servir dans les armées impériales où leur valeur, leur loyauté à la personne de l’ empereur et leur manque d’intérêt pour les intrigues de palais leur valurent de former la garde personnelle de l’empereur. Aux Varègues suédois des premiers temps s’ajoutent bientôt des Varègues danois et norvégiens dont le plus célèbre est Harald Siguðarsson. La conquête de l’Angleterre par les Normands causa l’émigration de nombre de nobles anglo-saxons qui s’enrôlèrent à leur tour et formèrent au XIIe siècle la majorité de la garde impériale byzantine, laquelle exista jusqu’à la chute de Constantinople aux mains des croisés en 1204.

Parmi les monarques ayant régné sur le peuple des Varègues, les plus renommés sont Riourik et Harald III de Norvège.

Ethnogenèse : Rus’ et Varègues

Carte montrant les principales routes varègues du VIIIe au XIe siècles : la route de la Volga (en rouge), la principale route vers les Grecs (en violet), les autres routes (en orange).

Le terme grec Βάραγγος [Várangos] transcrit le vieux norrois varęgŭ dérivé de væringi, mot composé à l’origine de vár (pl. várar) signifiant « promesse, serment de fidélité » et gengi « compagnon », signifiant « un ami juré, un fédéré ». Selon le professeur Adolf Stender-Petersen, le terme Vaeringjar qui donna naissance au terme Varègues devrait être compris comme « des hommes qui pactisent dans une relation de responsabilité mutuelle » pour engager les biens, armes et navires en leur possession, ainsi que leurs propres vies, afin d’en tirer un profit à partager. Ces marchands guerriers devaient par conséquent être bien armés et voyager en groupe [1].

Dès le Xe siècle, les sources étrangères (papales, germaniques) désignèrent la principauté de Kiev sous le terme de Rossia, alors que les sources slaves utilisaient le mot Rous’ , ce qui donna en grec médiéval Rhos et en arabe Rûs [2]. Ce nom vient du vieux norrois [N 1] róthr « ramer », roor « rameurs » et rodslagen « pays du gouvernail » [3], [4], [5].

Toutefois, le terme Rous’ peut porter à confusion, étant utilisé selon les auteurs dans trois sens différents, pour désigner :

  • les Vikings suédois ou Varègues passant la Volga, le Dniepr ou le Dniestr et prenant progressivement le contrôle des routes fluviales entre la Baltique et la mer Noire ;
  • à la fois aux Varègues et à leurs sujets ou alliés slaves orientaux ;
  • dans une connotation géographique, les territoires concernés, qui forment aujourd’hui les pays baltes, la Russie européenne, la Biélorussie, l’ Ukraine, ainsi que les marges orientales de la Pologne et de la Moldavie [6], d’où, dans les atlas historiques soviétiques et russes, la large étendue donnée à la notion de Rous', qui semble ainsi donner une assise historique ancienne à l’extension territoriale moderne de l’ Empire russe et de l’URSS, « légitimée » de la sorte aux yeux des lecteurs [6].
  • A noter qu'aujourd'hui encore en finnois, la Suède est nommée Ruotsi (alors que la Russie actuelle est désignée comme Venäjä) Pour les anciens Finnois ceux qui habitaient en Ruotsi avaient à voir avec la Rous'.

Quoi qu’il en soit, les Varègues constituent la branche suédoise des Vikings scandinaves, qui se dirigèrent vers l’est (Russie, Khaganat khazar), alors que les Danois se dirigèrent vers le sud ( France) et les Norrois vers l’ouest ( Angleterre, Écosse, Irlande et Islande) [7].

Other Languages
Afrikaans: Warangiërs
العربية: فارانجيون
azərbaycanca: Varyaqlar
беларуская: Варагі
български: Варяги
brezhoneg: Vareged
bosanski: Varjazi
català: Varegs
čeština: Varjagové
dansk: Væringer
Deutsch: Waräger
Ελληνικά: Βάραγγοι
English: Varangians
Esperanto: Varengoj
español: Varego
eesti: Varjaagid
euskara: Barego
فارسی: وارنگیان
suomi: Varjagit
galego: Varegos
עברית: ורנגים
हिन्दी: वरैंजियाई
hrvatski: Varjazi
Հայերեն: Վարյագներ
Bahasa Indonesia: Varangia
íslenska: Væringjar
italiano: Variaghi
ქართული: ვარიაგები
한국어: 바랑기아인
Кыргызча: Варягдар
Latina: Varegi
lietuvių: Variagai
Nederlands: Varjagen
norsk: Væring
polski: Waregowie
português: Varegues
română: Varegi
русский: Варяги
Scots: Varangians
srpskohrvatski / српскохрватски: Varjazi
Simple English: Varangians
slovenčina: Varjagovia
slovenščina: Varjagi
српски / srpski: Варјази
svenska: Varjager
Türkçe: Varegler
татарча/tatarça: Варяглар
українська: Варяги
oʻzbekcha/ўзбекча: Varyaglar
中文: 瓦良格人