Vandales

Bijouterie vandale en or, IIIe siècle ou IVe siècle.

Les Vandales sont un peuple germanique oriental séparé en deux branches, les Hasdings et les Sillings. Ils conquirent successivement la Gaule, la Galice et la Bétique (Sud de l'Espagne), et enfin l'Afrique du Nord et les îles de la Méditerranée occidentale lors des grandes invasions, au Ve siècle[1]. Ils fondèrent également le « Royaume vandale d'Afrique » (439-534), centré sur Carthage, sa capitale.

Les écrivains de la Renaissance ont qualifié les Vandales de barbares « pillant et razziant » Rome. Cela a conduit bien plus tard à l'utilisation en langue française du terme «vandalisme » pour décrire toute forme de destruction insensée. Cependant, les historiens modernes ont tendance à considérer les Vandales, pendant la période de transition de l'Antiquité tardive au début du Moyen Âge, comme des agents perpétuateurs, et non pas destructeurs, de la culture romaine[2].

Origines : du Ier au Ve siècle

Répartition des peuples germaniques au Ier siècle apr. J.-C.

Les Vandales, mentionnés pour la première fois par l'historien Tacite[3]. ont une origine scandinave : pour les Sillings, du Nord du Jutland, pour les Hasdings, du golfe d'Oslo, qu'ils quittèrent pour le Jutland également.

Entre le Ier et le IIIe siècle, ils sont établis en Germanie orientale, dans une région située entre la Vistule et l'Oder, au bord de la mer Baltique. Alors très proches d'autres populations, comme les Goths, les Gépides et les Burgondes, ils partagent une langue commune, le gotique. Le nom de Vandale, qui a pu désigner plusieurs peuples barbares[4], est bientôt porté par deux peuples frères : les Sillings, qui donnèrent leur nom à la Silésie, et les Hasdings, qui gagnent la Slovaquie actuelle : il est possible que le nom de « Hasdings » n'ait été alors porté que par la famille royale[5]. L'historien byzantin Procope indique que les Goths, les Gépides, et les Vandales étaient physiquement et culturellement identiques, suggérant une origine commune[6].

Quoi qu'il en soit, les Vandales installés au cours du IIIe siècle en Slovaquie, au nord du Danube, face à la Pannonie et l'Illyrie des Romains, sont en contact durant près de deux siècles avec d'autres peuples non germaniques, comme les Sarmates. C'est au cours de cette période de séjour dans les steppes russes que les Vandales deviennent, comme les Goths, un peuple de cavaliers renommé. Ils s'associent aux Sarmates, nation nomade d'origine iranienne, et notamment à leur principale tribu, celle des Alains. À partir du milieu du IIIe siècle, les Vandales deviennent une composante de la pression des peuples qui migrent dans les régions du Danube. Coalisés avec leurs voisins Goths et Sarmates, ils lancent à partir de 248 de nombreuses attaques sur les provinces romaines danubiennes.

En 271, l'empereur romain Aurélien bat les Goths et les Vandales sur le Danube, et passe un traité avec les Vandales pour la fourniture de 2 000 cavaliers, servant comme troupes auxiliaires des légions.

Des groupes de Vandales s'établissent ainsi dans l'Empire, recevant l'autorisation de s'installer sur des terres abandonnées, moyennant la fourniture de contingents de soldats auxiliaires. Ce procédé explique qu'un des derniers grands généraux de l'Empire, Stilicon, soit d'origine vandale. Mais l'antigermanisme des milieux dirigeants romains mène à son exécution en 408.

Dans la seconde moitié du IVe siècle, les Vandales et les Alains, influencés par les Goths, se convertissent à l'arianisme, un courant théologique identifié par certains comme une hérésie dès le premier concile de Nicée (en 325), mais qui subsistera bien plus longtemps (jusqu'au VIIe siècle).

Other Languages
Afrikaans: Vandale
Alemannisch: Wandalen
aragonés: Vandalos
العربية: وندال
مصرى: فاندال
asturianu: Pueblu vándalu
azərbaycanca: Vandallar
беларуская: Вандалы
български: Вандали
brezhoneg: Vandaled
bosanski: Vandali
català: Vàndals
کوردی: ڤەندال
corsu: Vandali
čeština: Vandalové
Чӑвашла: Вандалсем
Cymraeg: Fandaliaid
dansk: Vandalere
Deutsch: Vandalen
Ελληνικά: Βάνδαλοι
English: Vandals
Esperanto: Vandaloj
español: Vándalos
eesti: Vandaalid
euskara: Bandalo
فارسی: وندال‌ها
suomi: Vandaalit
Frysk: Fandalen
galego: Vándalos
𐌲𐌿𐍄𐌹𐍃𐌺: 𐍅𐌰𐌽𐌳𐌰𐌻𐍉𐍃
עברית: ונדלים
हिन्दी: वैन्डल
hrvatski: Vandali
magyar: Vandálok
Հայերեն: Վանդալներ
Bahasa Indonesia: Vandal
íslenska: Vandalar
italiano: Vandali
ქართული: ვანდალები
қазақша: Вандалдар
한국어: 반달족
kurdî: Vandal (gel)
Кыргызча: Вандалдар
Latina: Vandali
lietuvių: Vandalai
latviešu: Vandaļi
македонски: Вандали
മലയാളം: വാൻഡൽ ജനത
Bahasa Melayu: Vandal
Mirandés: Bándalos
Plattdüütsch: Wandalen
Nederlands: Vandalen
norsk nynorsk: Vandalar
norsk: Vandaler
occitan: Vandals
polski: Wandalowie
português: Vândalos
română: Vandali
русский: Вандалы
sardu: Vàndalos
sicilianu: Vànnali
Scots: Vandals
srpskohrvatski / српскохрватски: Vandali
Simple English: Vandals
slovenčina: Vandali
slovenščina: Vandali
shqip: Vandalët
српски / srpski: Вандали
svenska: Vandaler
Kiswahili: Wavandali
Türkçe: Vandallar
українська: Вандали
oʻzbekcha/ўзбекча: Vandallar
Tiếng Việt: Người Vandal
中文: 汪达尔人
粵語: 汪達爾人