Valeur de la biodiversité

Plusieurs types et modes d'estimation sont utilisées depuis les années 1980/1990 par les économistes pour estimer la valeur économique de la biodiversité ou des services écosystémiques fournis par la biodiversité, la valeur de la biodiversité en tant que bien public ou bien commun, ou pour la comparer avec des indices tels que le PIB (produit intérieur brut) ou la richesse d'un pays ou d'une région.

Fou à pieds bleus, îles Galápagos. Depuis la fin du XXe siècle, on cherche à donner une valeur économique à la biodiversité et aux fonctions remplies par les espèces au sein des écosystèmes en supposant que cela aidera à mieux la protéger. Se développe ainsi la notion de services écosystémiques assurés par la biodiversité.
.

Dans le monde, l'estimation demandée par la commission européenne et l'office national de l'environnement allemand à un groupe de travail piloté par l'économiste Pavan Sukhdev pour le Sommet de la Terre de Nagoya (2010), a montré que les services actuellement mesurables fournis par la biodiversité représentaient environ 23 500 milliards d'euros par an (50 % du PIB mondial)[1],[2].

En France, la FRB a publié en 2012 un rapport[3] sur l'état et la dynamique de la recherche française autour des valeurs de la biodiversité, qui précise les dynamiques en cours d’« un champ de recherche en pleine évolution ». Ce travail sera suivi d'un second volet sur les « valeurs de la biodiversité considérées par les acteurs de la société »[3]. La Caisse des dépôts et consignations a créé en 2012 une « Mission économie de la biodiversité » dont le pilotage a été confié à sa filiale, la Société forestière [4], dotée d'un budget de 3 millions d’euros pour trois ans, pour soutenir des recherches, études et prototypes[4].

Other Languages