Université de technologie de Compiègne

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UTC.
Université de technologie de Compiègne
Technische Universität Compiègne Logo.svg

Logo de l'UTC

Histoire et statut
Fondation
Type
Fondateur
Président
Directeur
Philippe Courtier (2017)[1]
Localisation
Localisation
Pays

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Point carte.svg
Chiffres-clés
Étudiants
4 400 élèves ingénieurs (en 2016)
Effectif
850Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
450 enseignants dont 90,3% enseignants-chercheurs (en 2016)
Divers
Devise
Donnons un sens à l'innovation
Membre de
Site web

L’université de technologie de Compiègne (UTC) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche situé à Compiègne dans la région Hauts-de-France en France, c’est l'une des 207 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[4].

Elle est également habilitée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour ses formations licence professionnelle, master et doctorat.

C’est une des trois universités de technologie françaises. Elle est membre de la communauté d'universités et établissements Sorbonne Universités et de la Conférence des grandes écoles.

Histoire

L'UTC vue de l'extérieur (centre Benjamin Franklin)

L'UTC a été fondée à l'initiative de Guy Deniélou, officier de marine et ingénieur chercheur au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). En 1972, il quitte son poste de chef du département des réacteurs à neutrons du CEA pour fonder l'UTC la même année[5] et en devient président de 1974 à 1987[6]. En 1981, l'établissement acquiert son statut de grande école.

Une antenne de l'UTC est ouverte à Sévenans en 1985 (qui deviendra l'Institut polytechnique de Sévenans en 1991). L'Institut de génie technologique de Troyes, autre antenne de l'UTC ouvre ses portes en 1993, celle-ci deviendra l'UTT (Université de Technologie de Troyes) l'année suivante. Une troisième université de technologie voit le jour en 1999 : l'Institut Polytechnique de Sévenans et de l'Ecole Nationale d'Ingénieurs de Belfort (ENIBe) fusionnent sous le nom d'université de technologie de Belfort-Montbéliard. En 2002, le réseau des universités de technologie est créé. L'université de technologie sino-européenne de l'université de Shanghai est créée en 2005.

En 2006, l'UTC se voit attribuer le label Carnot pour ses activités de recherche partenariale (et création de l'Institut Carnot UT regroupant les laboratoires de l'UTC et de l'UTT). Le premier collegium français est créé en 2009 et fédère l'ensemble des laboratoires de l'UTC. En 2012, l'UTC rejoint le pôle de recherche et d'enseignement supérieur Sorbonne Universités, en qualité de membre fondateur non initial. La même année, l'UTC ouvre le cursus « Humanités & technologie » de trois ans permettant aux bacheliers des sections S, ES et L spé maths d'intégrer un cycle ingénieur au niveau BAC+3 (ou de continuer vers un master soit à l'UTC, soit parmi les partenaires de l'UTC au sein du PRES Sorbonne Universités). En 2013, création du Groupe UT. En 2014, un nouveau bâtiment pour recherche et l'innovation technologique des transports est inauguré à l'UTC.