Union sacrée (mouvement)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Union sacrée.

L'Union sacrée est le nom donné au mouvement de rapprochement politique qui a soudé les Français de toutes tendances (politiques ou religieuses) lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le terme fut utilisé pour la première fois à la Chambre des députés le 4 août 1914, par le Président de la République, Raymond Poincaré, dans son message aux Assemblées. Cela fut le cas immédiatement car l’ensemble des organisations syndicales et politiques de gauche, essentiellement la CGT et la SFIO, se rallièrent au gouvernement. Un mouvement analogue se produisit chez l'ensemble des belligérants comme en Angleterre, en Russie ou en Allemagne, lorsque le Parti socialiste d'Allemagne, le SPD, votera l’entrée en guerre en août 1914, lançant le mouvement qui prit le nom de Burgfrieden.

Les origines de l’Union sacrée

Au début du e siècle, les Français apparaissaient politiquement très divisés. Ce mouvement unanimiste, qui tient plus du pacte républicain et patriotique, que d'un quelconque parti politique, est donc difficile à comprendre aujourd'hui sans qu'une analyse rétrospective en soit ici entreprise.

Il prend sa source dans le concept historique de « patrie en danger », institué sous la Révolution française, le .

Les tensions internationales et la Triple-Entente

La Triple-Entente est une alliance militaire réunissant la France, le Royaume-Uni et l'Empire russe et qui s'oppose à la Triple-Alliance conclue entre l'Empire allemand, l'Empire austro-hongrois et le Royaume d'Italie.

Articles détaillés : Triple-Entente et Triplice.

Le pacifisme et la loi des trois ans

Manifestation du 25 mai 1913 au Pré-Saint-Gervais contre la loi des trois ans - discours de Jean Jaurès.

La Loi des trois ans est votée le 19 juillet 1913. Elle instaure un service militaire de trois ans en vue de préparer l'Armée française dans l'éventualité d'une guerre avec l'Allemagne.

Les socialistes, menés par Jaurès, se sont battus sans succès contre cette montée revancharde, qui inclut une course aux armements et une vaste campagne de propagande belliciste.

La CGT et le pacifisme

Depuis sa création, la CGT s'oppose à la guerre.

Le 24 novembre 1912, elle tient un congrès extraordinaire sur le thème de l'action préventive contre la guerre.

Le 25 février 1913, la CGT publie un manifeste antimilitariste. La même année, elle participe avec la plupart des syndicats européens à la constitution de la Fédération syndicale internationale qui élit à sa tête l'allemand Carl Legien, déjà secrétaire du Secrétariat syndical international (SSI). L'objectif en est l'action internationale.

Lorsque la tension internationale s'accroit brutalement en juillet 1914, elle organise des manifestations syndicales contre la guerre, dont une massive sur les Grands boulevards à Paris, le 27 juillet.

Other Languages