Umberto Eco

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eco.
Umberto Eco

Linguiste italien e siècle

Portrait de Umberto Eco

Umberto Eco en .

Biographie
Naissance
à Alexandrie ( Italie)
Décès (à 84 ans)
à Milan ( Italie)
Nationalité Drapeau de l'Italie italienne
Conjoint Renate Ramge ( d) (à partir du ) Voir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université de Turin (jusqu'en ) Voir et modifier les données sur Wikidata
Profession Philosophe, romancier, essayiste ( d), pédagogue ( d), scénariste, traducteur ( en), professeur, sémioticien ( d), écrivain et critique littéraire ( d) Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université de Bologne Voir et modifier les données sur Wikidata
Intérêts Linguistique, sémiotique, herméneutique, épistémologie, esthétique, littérature
Idées remarquables Signe, encyclopédie, métaphore, lecteur modèle, les limites de l'interprétation
Œuvres principales Le Nom de la rose
Le Pendule de Foucault
Lector in fabula
Sémiotique et Philosophie du langage
Les Limites de l'interprétation
Membre de Collège de 'Pataphysique, Académie des Lyncéens, CICAP ( en), Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Académie américaine des arts et des lettres et International Association for Semiotic Studies ( en) Voir et modifier les données sur Wikidata
Auteurs associés
Influencé par Aristote, Abélard, Thomas d'Aquin, Guillaume d'Ockham, Charles S. Peirce, Karl R. Popper, Roland Barthes

Signature

Umberto Eco, né le à Alexandrie dans le Piémont et mort le à Milan, est un universitaire, érudit et écrivain italien. Reconnu pour ses nombreux essais universitaires sur la sémiotique, l’ esthétique médiévale, la communication de masse, la linguistique et la philosophie, il est surtout connu du grand public pour ses œuvres romanesques.

Titulaire de la chaire de sémiotique et directeur de l’École supérieure des sciences humaines à l’ université de Bologne, il en était professeur émérite depuis .

Biographie

Jeunesse

Fils de Giovanna Bisio et de Giulio Eco, employé aux chemins de fer, il a passé son baccalauréat au lycée Giovanna-Plan d'Alexandrie, sa ville natale [1].

Dans sa classe, il y avait un accordéoniste, Gianni Coscia  (it), qui a fait une carrière en accompagnant entre autres Astor Piazzolla. Ils se sont liés d'amitié et ont composé ensemble à l'école de petites revues musicales dont Umberto écrivait le livret. Amis d'enfance, ils ont continué à faire de la musique ensemble, Umberto Eco étant un très honorable flûtiste.

Dans sa jeunesse, il faisait partie des jeunes catholiques de l'action catholique. Au début des années cinquante, il en devint même un des principaux responsables nationaux italiens. En 1954, il abandonna son engagement en raison d'un désaccord avec Luigi Gedda  (it).

Études et carrière universitaire

Diplômé en philosophie en à l' université de Turin (avec une thèse sur l'esthètique de Saint Thomas d'Aquin), Umberto Eco s'intéresse dans un premier temps à la scolastique médiévale (Sviluppo dell'estetica medievale, 1959), puis à l' art d'avant-garde (L'Œuvre ouverte, 1962) et à la culture populaire contemporaine (Apocalittici e integrati ( it), 1964). Il rencontre un succès immédiat en Italie. Ce thème est récurrent et il y reviendra par la suite (De l'arbre au labyrinthe) [2].

Sa thèse universitaire sur Thomas d'Aquin lui fit mettre de la distance avec la Foi et l'église catholique : « Il [Thomas d'Aquin] m'a miraculeusement guéri de la foi », a-t-il déclaré ironiquement. Une extension de sa thèse fut publiée en 1956 et constitue sa première publication « Le problème esthétique de Saint Thomas » [3].

Carrière littéraire

Devenu ensuite un pionnier des recherches en sémiotique (La Structure absente, 1968, Trattato di semiotica generale, ), Umberto Eco développe une théorie de la réception (Lector in fabula ( it) ( 1959), Lector in fabula ou La Coopération interprétative dans les textes narratifs ( 1985)) qui le place parmi les penseurs européens les plus importants de la fin du e siècle.

Son premier roman, Le Nom de la rose ( 1980) connaît un succès mondial avec plusieurs millions d'exemplaires vendus et des traductions en quarante-trois langues, malgré un contenu dense et ardu. Umberto Eco met en application dans ce « policier médiéval » ses concepts sémiologiques et ses théories du langage, ceux-là mêmes qu'il enseigne à Turin. En , le quotidien La Repubblica le vend comme supplément au journal (tirage spécial à cette occasion : 2 millions d'exemplaires) [réf. nécessaire].

Son deuxième roman, Le Pendule de Foucault ( 1988) connaît également un énorme succès, quoique pour des raisons inverses : le public, guidé par Eco, part à la découverte de symboles énigmatiques ou prophétiques, à rebours de la dénonciation de l'ésotérisme qui est pourtant le propos de l'auteur. Mais celui-ci démontre par la même occasion que le lecteur est libre de ses interprétations (théorie qu'Eco continue de développer dans ses œuvres théoriques sur la réception, Les Limites de l'interprétation en ). Le livre tourne d'ailleurs en ridicule l'interprétation à outrance des faits avérés ou légendaires de l'histoire, en tirant avec un égal succès des dimensions d'un simple kiosque à journaux le même genre d'informations de portée cosmique que certains se croient fondés à lire dans celles de la pyramide de Khéops.

Umberto Eco donne ensuite plusieurs conférences sur ses théories de la narration en littérature : Six promenades dans les bois du roman et d'ailleurs (), sur la traduction, Experiences in translation ( 2000) et sur la littérature, De la littérature (). Il est alors associé au courant de la «  Génération des années trente », dont, bien que tardivement inclus, il devient l'un des membres les plus connus.

Tout au long de sa carrière, il écrit régulièrement, dans des quotidiens et des hebdomadaires, des chroniques sur des sujets de l'heure, avec un souci de « débusquer du sens là où on serait porté à ne voir que des faits ».

Plusieurs recueils, dont seulement certains ont été traduits, regroupent les textes les plus amusants, Pastiches et Postiches ( 1988) (Diario minimo( it), 1963) et Comment voyager avec un saumon ( 1998) (Il secondo diario minimo ( it), 1992). Certains autres recueils regroupent des textes plus polémiques : Croire en quoi ( 1998), Cinq questions de morale ( 2000) et Islam et occident ( 2002).

Parmi ses activités les moins connues, Umberto Eco a été membre du Forum international de l' Unesco (), de l'Académie universelle des cultures de Paris (), de l' Académie américaine des arts et des lettres (), Satrape du Collège de 'Pataphysique et a été nommé au conseil de la Bibliotheca Alexandrina (). Il a assuré en - un cours à la chaire européenne du Collège de France sur le thème « La quête d'une langue parfaite dans l'histoire de la culture européenne ». Il fut en un des signataires du manifeste de l'association Sinistra per Israele (« Gauche pour Israël ») [4].

Timbre du Collège de ’Pataphysique dédié au Satrape Umberto Eco. Par Jean-Max Albert Rt, 2001.

Fin , Umberto Eco propose l'ouvrage Vertige de la liste qui est traduit par Myriem Bouzaher. Il est récompensé la même année de la médaille d'or du Círculo de Bellas Artes [5].

Il est élu membre associé de l’ Académie royale de Belgique (Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques) le [6].

En , il est récompensé du prix Alphonse-Allais pour l'ensemble de son œuvre [7]. En , il quitte les éditions Bompiani pour fonder à Milan La nave di Teseo, une nouvelle maison d'édition, qui publie posthume en février 2016, Pape Satàn Aleppe, un recueil de courts essais.

Umberto Eco meurt le d'un cancer [8], [9].

Other Languages
Afrikaans: Umberto Eco
Alemannisch: Umberto Eco
aragonés: Umberto Eco
العربية: أومبرتو إكو
asturianu: Umberto Eco
Aymar aru: Umberto Eco
azərbaycanca: Umberto Eko
žemaitėška: Umberts Ekos
беларуская: Умберта Эка
беларуская (тарашкевіца)‎: Умбэрта Эка
български: Умберто Еко
brezhoneg: Umberto Eco
bosanski: Umberto Eco
català: Umberto Eco
čeština: Umberto Eco
Чӑвашла: Умберто Эко
Cymraeg: Umberto Eco
Deutsch: Umberto Eco
Ελληνικά: Ουμπέρτο Έκο
English: Umberto Eco
Esperanto: Umberto Eco
español: Umberto Eco
euskara: Umberto Eco
estremeñu: Umberto Eco
furlan: Umberto Eco
Gaeilge: Umberto Eco
galego: Umberto Eco
hrvatski: Umberto Eco
hornjoserbsce: Umberto Eco
magyar: Umberto Eco
Հայերեն: Ումբերտո Էկո
Bahasa Indonesia: Umberto Eco
íslenska: Umberto Eco
italiano: Umberto Eco
Basa Jawa: Umberto Eco
ქართული: უმბერტო ეკო
Kurdî: Umberto Eco
Lëtzebuergesch: Umberto Eco
lumbaart: Umberto Eco
lietuvių: Umberto Eco
latviešu: Umberto Eko
Malagasy: Umberto Eco
македонски: Умберто Еко
кырык мары: Эко, Умберто
Napulitano: Umberto Eco
Nederlands: Umberto Eco
norsk nynorsk: Umberto Eco
norsk bokmål: Umberto Eco
occitan: Umberto Eco
polski: Umberto Eco
Piemontèis: Umberto Eco
português: Umberto Eco
Runa Simi: Umberto Eco
română: Umberto Eco
armãneashti: Umberto Eco
русский: Эко, Умберто
саха тыла: Умберто Эко
sicilianu: Umbertu Ecu
srpskohrvatski / српскохрватски: Umberto Eco
Simple English: Umberto Eco
slovenčina: Umberto Eco
slovenščina: Umberto Eco
српски / srpski: Умберто Еко
svenska: Umberto Eco
Türkçe: Umberto Eco
татарча/tatarça: Umberto Eko
українська: Умберто Еко
Tiếng Việt: Umberto Eco
Winaray: Umberto Eco
Yorùbá: Umberto Eco