Treize colonies

Treize colonies

1607 – 1776

Drapeau
Description de cette image, également commentée ci-après
Les Treize colonies en 1775 (en rouge).
Informations générales
StatutColonies (à chartes / de propriétaires / de la Couronne)
Flag of the United Kingdom.svg Empire britannique
CapitaleLondres
LangueAnglais
Démographie
Population2 100 000 d'hab. en 1770 [1]
Superficie
Superficie692 000 km2 en 1770 [2]
Histoire et événements
1607Fondation de Jamestown et de la première colonie : la Virginie.
1620Fondation de la ville de Plymouth et du Massachusetts.
1630Fondation de Boston, qui s’impose rapidement comme la capitale intellectuelle de la Nouvelle-Angleterre.
1651Commencement de la mise en place des Actes de Navigation pour assurer le monopole anglais avec les colonies.
1664La Nouvelle-Amsterdam passe sous contrôle anglais et est rebaptisée New York. La colonie du même nom est fondée.
1681Fondation de la ville de Philadelphie et de la colonie de Pennsylvanie.
1686L’Angleterre change de politique coloniale et supprime les chartes.
1732Fondation de la 13e colonie : la Géorgie.
1754Benjamin Franklin propose au congrès d'Albany un plan d'« Union » des colonies.
1768Création du secrétaire d'État aux colonies.
années 1760années 1770Le Parlement anglais impose de nouvelles taxes aux colons américains : Sugar Act, Stamp Act, Townshend Acts, Tea Act
Les batailles de Lexington et Concord marque le début de la guerre d'indépendance des États-Unis.
Déclaration d'indépendance des États-Unis. George Washington est le commandant des troupes américaines. Il faudra attendre leur victoire en 1783 pour que l'indépendance soit reconnue par l'Angleterre.

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les Treize colonies sont les colonies de l'Empire britannique en Amérique du Nord qui donnèrent naissance aux États-Unis d'Amérique. C'est ainsi que le royaume de Grande-Bretagne, notamment, les désigna avant la signature du traité de Paris de 1783 où elles sortirent du champ de sa souveraineté[3]. Elles sont situées sur la côte Est de l'Amérique du Nord, entre la Nouvelle-Écosse et la Floride et entre l'Atlantique et les Appalaches. Des colonies britanniques d'Amérique du Nord sont restées loyales à la Couronne (on parle de colonies loyalistes)[4].

Fondées entre 1607 (Virginie) et 1732 (Georgie), unies en 1775, elles signent la déclaration d'indépendance des États-Unis en 1776 et se séparent de la Grande-Bretagne. Ceci provoqua la guerre d'indépendance des États-Unis qui aboutit à l'indépendance des États-Unis.

L'histoire des Treize colonies est en partie liée à celle des colonies européennes et plus particulièrement britanniques de la côte atlantique. Différenciées quant à leur statut et leur origine politique, elles sont marquées par une grande hétérogénéité.

Fondation des colonies anglaises d'Amérique (XVIIe siècle)

Carte du Nord-Est de l'Amérique vers 1775.
Les territoires octroyés par Jacques Ier aux compagnies.
Les 13 colonies anglaises d'Amérique du Nord[5]
Fondation
en
Fondateur Principales villes Devenue colonie
royale en
Virginie 1607 Virginia Company Richmond, Virginia Beach, Norfolk, Williamsburg, Chesapeake, Newport News, Hampton, Alexandria, Portsmouth, Roanoke, Lynchburg, Jamestown 1624
Massachusetts 1620 Dissidents anglais du Mayflower Boston, Worcester, Springfield, Lowell, Cambridge, Brockton, New Bedford, Fall River, Lynn, Quincy, Plymouth, Salem, Lexington, Concord 1691
New Hampshire 1623 John Mason Concord, Manchester, Nashua, Derry, Rochester, Salem, Dover, Errimack, Londonderry, Hudson 1679
Maryland 1632 George Calvert, baron de Baltimore Annapolis, Baltimore, Frederick, Gaithersburg, Bowie, Rockville, Hagerstown 1688-1715[6]
Connecticut v. 1635 Thomas Hooker Hartford, New-Haven, Bridgeport, Stamford, Waterbury, Norwalk, Danbury, New Britain, Greenwich _
Rhode Island 1636 Roger Williams Providence, Warwick, Cranston, Pawtucket, Woonsocket, Coventry, Cumberland, Portsmouth, Newport 1663
Delaware 1664 Sir Robert Carr Dover, Wilmington, Newark, Milford, Seaford, Middletown, Elsemere, Smyrna, New Castle, Georgetown _
Caroline du Nord 1653 Virginiens Raleigh, Charlotte, Greensboro, Durham, Greensboro, Winston-Salem, Fayetteville, Cary, High Point, Wilmington, Asheville 1729
Caroline du Sud 1663 8 nobles Columbia, Charleston, Greenville, Rock Hill, Mount Pleasant, Sparanburg, Sumter, Hilton Head Island, Florence 1729
New Jersey 1664 Lord Berkeley,
Lord Carteret
Trenton, Princeton, Newark, Jersey City, Paterson, Elizabeth, Edison, Woodbridge, Dover, Hamilton, Camden 1702
New York 1664 Jacques, duc d'York (futur Jacques II d'Angleterre) Albany, New York, Buffalo, Rochester, Yonkers, Syracuse, New Rochelle, Mount Vernon, Schenectady, Utica 1685
Pennsylvanie 1681 William Penn Harrisburg, Philadelphie, Pittsburgh, Allentown, Erie, Upper Darby, Reading, Scranton, Bethlehem _
Géorgie 1732 James Edward Oglethorpe Atlanta, Augusta, Savannah, Columbus, Athens, Macon, Roswell, Albany 1752

À la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle, l'Angleterre se lance dans une politique de conquêtes coloniales. Les rivalités avec la France et l'Espagne, la volonté de devenir une puissance maritime et de découvrir le passage du Nord-Ouest vers l'océan Pacifique encouragent Londres à explorer puis coloniser l'Amérique du Nord.

Fondation de la colonie de Virginie

Articles détaillés : Histoire de la Virginie et Colonie de Virginie.

En 1584, Sir Walter Raleigh (15541618) explore les côtes de la Virginie, qu'il baptise en l'honneur de la reine Élisabeth Élisabeth Ire[7]. En 1585, une colonie est fondée sur une île de la côte Est, mais elle disparaît dans des conditions non élucidées. Le mathématicien Thomas Harriot qui l'accompagne, dresse une première carte de la région et rédige le premier ouvrage d'importance sur l'Amérique du Nord.

Le roi Jacques Ier (1603 – 1625) hérite du territoire compris entre le 34e et le 45e degré de latitude, qu'il partage entre la London Company (en) et celle de Plymouth (en)[8]. Ces dernières espèrent découvrir des mines d'or et d'argent. C'est finalement la pêche à la morue au nord et la culture du tabac au sud qui deviennent les bases de l'économie coloniale. La fertilité du sol attire de nouveaux colons, et l'émigration anglaise est favorisée par les troubles politiques et religieux. La ville de Jamestown est fondée en 1607 par les envoyés de la Virginia Company sur les terres d'un chef potomac, Powhatan : elle compte à cette époque une centaine d’habitants. L’agriculture et les conditions de vie sont mauvaises pour les colons, car les terres sont insalubres.

Fondation de la province de la baie du Massachusetts

En 1620, une centaine de dissidents anglais débarquent du Mayflower et fondent Plymouth (Massachusetts). Le mode d'organisation de la colonie a été discuté à bord du bateau : c'est le Mayflower Compact. Les Pères pèlerins nouent des relations de voisinage distant avec les indigènes qui leur permettent de survivre, en leur donnant du maïs, des potirons et des dindons. Les querelles religieuses en Angleterre renforcent l’arrivée de puritains dans cette région à partir de 1630. Mais il y a aussi de nombreux protestants allemands qui fuient la misère et les persécutions religieuses ; on compte ainsi 10 000 germanophones avant l’Indépendance. Les puritains de Boston et Providence se lancent dans le commerce triangulaire. Ils achètent des esclaves en Afrique et les revendent en Virginie, au Maryland ou sur les marchés antillais. Au milieu du XVIIe siècle, Boston est devenue, avec ses 3 000 habitants, le centre de la Nouvelle-Angleterre. Des missionnaires tentent d’évangéliser les Indiens. De nouveaux groupes de protestants arrivent en Nouvelle-Angleterre : anabaptistes et quakers qui sont persécutés au Massachusetts et qui s’établissent dans des colonies voisines.

Fondation de New York et des colonies du centre

D'abord exploré par Giovanni da Verrazano pour le compte de la France en 1524[9], le site de New York est ensuite reconnu par Henry Hudson en 1609. Le navigateur britannique reconnaît la baie de New York puis le fleuve baptisé en sa mémoire, l'Hudson[9]. Les Hollandais occupent ensuite la Nouvelle-Amsterdam dès 1614 et fonde la Nouvelle-Néerlande. En 1626, le directeur de la colonie Pierre Minuit achète l’île de Manhattan aux Amérindiens. En 1664, le roi Charles II d'Angleterre offre la Nouvelle-Amsterdam à son frère, le Duc d'York[9]. Les Anglais s'emparent de New York au cours de la même année.

Les fondations se multiplient dans les années 1630 : Sir George Calvert (Lord Baltimore) crée la colonie du Maryland en 1632 ; elle accueille les catholiques persécutés en Angleterre. Le Rhode Island apparaît en 1638 par l'action d'Anne Hutchinson.

En 1664, les Anglais s’emparent de New York et de sa région, chassant les colons hollandais et suédois qui avaient tenté de s'implanter sur ces côtes.

Fondation de la province de Pennsylvanie

Plus au sud, l’exploration de la vallée du Delaware commence au début du e siècle. Les premiers colons suédois, hollandais et anglais revendiquent tour à tour les rives du fleuve : la Nouvelle-Suède, fondée en 1638, est annexée à la Nouvelle-Néerlande en 1655. Puis la région passe définitivement dans le giron britannique en 1674.

En 1681, le roi d’Angleterre Charles II octroie une charte au quaker William Penn (16441718), en échange de l’annulation d’une dette que le gouvernement devait à son père. Par ce document, la colonie de Pennsylvanie est officiellement fondée[10].

Suppression des chartes

À partir de 1686, l’Angleterre change de politique coloniale et supprime les chartes octroyées aux colons d’Amérique. La Nouvelle-Angleterre devient dominion de la couronne, administrée par un gouverneur nommé et révocable par le roi. La glorieuse révolution en Angleterre provoque des soulèvements parmi les colons américains qui ne reconnaissent pas la nouvelle dynastie en Angleterre. Le Connecticut garde sa charte royale jusqu'en 1818[11].

En 1700, douze des treize colonies ont été fondées. La Géorgie rejoint les possessions britanniques en 1733.

Other Languages
Alemannisch: Dreizehn Kolonien
azərbaycanca: On üç koloniya
भोजपुरी: तेरह उपनिवेश
Esperanto: Dek tri Kolonioj
español: Trece Colonias
interlingua: Dece-Tres Colonias
Bahasa Indonesia: Tiga Belas Koloni
italiano: Tredici colonie
日本語: 13植民地
한국어: 13개 식민지
Lingua Franca Nova: Des-tre Colonias
Bahasa Melayu: Tiga Belas Jajahan
Mirandés: Treze Quelónias
Nederlands: Dertien koloniën
norsk nynorsk: Dei tretten koloniane
português: Treze Colônias
srpskohrvatski / српскохрватски: Trinaest kolonija
Simple English: Thirteen Colonies
slovenčina: Trinásť kolónií
српски / srpski: Тринаест колонија
Türkçe: On Üç Koloni