Transport

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Transport (biologie)
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant .

La police française utilise plusieurs types de transports lors de ses déplacements.

Le transport de quelque chose est le déplacement de celle-ci, objets, marchandises, ou d'individus (humains ou animaux) d'un endroit à un autre. Les modes de transport incluent l' aviation, le chemin de fer, le transport routier, le transport maritime, le transport par câble, l'acheminement par pipe-line et le transport spatial. Le mode dépend également du type de véhicule ou d' infrastructure utilisé. Les moyens de transport peuvent inclure l' automobile, la moto, le scooter, la bicyclette, la trottinette, le bus, le métro, le tramway, le train, le camion, la marche à pied, l' ascenseur, l' hélicoptère, ou l' avion, etc. Le type de transport peut se caractériser par son appartenance au secteur public ou privé.

En France en 2014, selon l' ADEME, les transports sont responsables de « 32 % de la consommation d’ énergie finale, de 35 % des émissions de CO2 ; "83 % du trafic voyageur se fait en voiture particulière » (bien qu'elle soit « le mode de déplacement le moins efficace d’un point de vue énergétique »). « Lors d’une 'journée normale', 72 % des déplacements se font en voiture ; la façon dont on achète et on utilise les véhicules » a changé (ex : le poids moyen du véhicule a augmenté de « 330 kg en 30 ans » [1]).

Définition

Le mode de transport le plus ancien est le transport à dos d'homme (ici un sherpa portant des planches), limité par le poids ou l'encombrement des objets ou personnes à transporter, et source de diverses pathologies quand les charges sont trop lourdes.

Le déplacé peut être : quelque chose de nombrable, dénombrable ou discret (ex : des containers) ; quelque chose de continu (ex. : matériau extrudé ou fluide) ; ou un animal, quelqu'un ou un groupe d'individus (morts ou vivants). Lors du parcours, le point départ et d'arrivée peut-être choisi ou imposé par un prestataire du transport. Pour l'arrivée, le mot («  destination ») est plus précis et utilisé quasi uniquement dans ce secteur.

Un mobile-support-contenant de transport est le plus souvent nécessaire : véhicule - sauf dans les tuyaux de transports. Des infrastructures lourdes sont toujours nécessaires (port, gares, routes, canaux, ligne de chemin de fer, circuit, piste, etc.). On peut les séparer en catégories: infrastructures de voies de communication, infrastructures de destination, infrastructures de triage et d' intermodalité. Le pilotage peut être individuel, automatique, centralisé, semi-automatique. Le parcours peut-être figé / captif ou prisonnier d'une voie / libre (bateau, avion). Il peut également être uni-séquentiel ou multi-séquentiel (suppose alors des temps imposés d'attente). L'énergie consommée peut être contenue dans le mobile (autonomie énergétique continue ou partielle), semi-autonome, ou dépendant énergétiquement de l'extérieur (cabines de téléphérique, trains électriques, etc). Les combinaisons sont aussi de mise. L'apport énergétique nécessite un réseau énergétique d'approvisionnement.

Dans un même mobile de transport, plusieurs sources d'énergie peuvent être utilisées de manière simultanée (conjointes), séquentielle, alternative, transitoire (accélérations, décélérations). L'énergie cinétique peut faire l'objet de récupérations partielles. L'énergie interne n'est pas toujours utilisable sous forme primaire. Elle nécessite alors un système de conversion d'énergie (exemple: moteur diesel). L'interface entre voie et mobile est souvent constituée d'une ou de plusieurs roues. Le secteur du transport est une composante économique majeure. Il engloutit à lui seul 32% de l'énergie totale consommée en France en 2011 [2].

Par assimilation, des actions de déplacement et de conduction ont été dénommées « transports », comme le transport d'électricité (qui s'effectue sur des réseaux de câbles électriques), de gaz, de pétrole (au travers de conduites, les pipelines). En ce qui concerne le « transport » d' informations et les télécommunications, il vaut mieux utiliser le mot « transmission » [3].

L'article qui suit concerne par conséquent, non seulement le transport per se, mais aussi ce qui conduit ( oléoducs, gazoducs, câbles électriques), transmet (les courants forts ou les courants faibles tels que les signaux, messages, informations…), fournit et approvisionne (gaz, électricité, eau, pétrole…).
Les voies de communication font partie des infrastructure et réseaux de transport, comme les ouvrages d'art (ponts, tunnels ..) et les bâtiments (gares, parkings…) associés. Elles contribuent au phénomène dit de fragmentation écopaysagère que la Trame verte et bleue cherche à compenser en France. Le transport motorisé est par ailleurs une des sources majeures de pollution ; par exemple, en France, il représente environ 30 % des émissions de gaz à effet de serre [4]