Translittération des hiéroglyphes

Des hiéroglyphes du temple de Kôm Ombo.

En égyptologie, la translittération est le processus permettant de transcrire un texte écrit en hiéroglyphes ou en hiératique en utilisant des symboles alphabétiques, de telle sorte qu'à chacun de ces symboles corresponde un hiéroglyphe — ou son équivalent en hiératique ou en démotique — et vice versa. Ce processus facilite la publication de textes et la compréhension des écrits, par exemple lorsque l'on ne peut pas inclure des dessins ou des photographies, ou que les caractères sont rarissimes.

Différence entre transcription et translittération d'un texte

La transcription tente de reproduire la prononciation des mots alors que la translittération retranscrit fidèlement le texte à l'aide des symboles d'un autre système d'écriture. Par exemple, le nom du fondateur de la XXIIe dynastie égyptienne est translittéré « ššnq » mais transcrit Sheshonq en français, Shoshenq en anglais, Sjesjonk en néerlandais et Scheschonq en allemand.

Nos connaissances sur la phonétique de l'ancien égyptien étant très lacunaires, la plupart des transcriptions de cette langue sont de nature très théorique. Les égyptologues s'appuient donc généralement sur la translittération pour les publications scientifiques à but non linguistique.