Totem

Icône de paronymieCet article possède un paronyme ; voir : TOOTEM.
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Le nom totem peut revêtir des significations très différentes selon le contexte.

Étymologie

Le mot « totem » est emprunté à l’ojibwa, langue algonquine parlée sur le pourtour des Grands Lacs nord-américains. Il a été introduit en occident par J. Long en 1791 et c’est à J.-F. Mac Lennan (1869-1870) que l’on doit le concept anthropologique correspondant. Un Ojibwa entend « totem » dans le sens de relation d’ordre purement sociologique (apparemment d’amitié) entre deux personnes. Ototeman est l’une des premières versions du terme, dans lequel otem, possessif vient du morphème grammatical ote. Le mot, pour les Ojibwas, précise à la fois une relation collective (parenté entre germains, plus généralement dans un groupe exogame), et traditionnelle. La forme aoutem relevée en Arcadie en 1609 ne s’est pas répandue en France. Certains groupes ojibwa sont organisés en clans patrilinéaires exogames, lesquels ont pour éponymes le nom d’espèces animales. Le terme sert parfois à énoncer son appartenance clanique : makwa nitotem « l’ours est mon clan ». Il s’agit en fait d’une formule abréviatique qui recouvre la signification suivante « je suis apparenté avec celui qui appartient au clan dont l’éponyme est l’ours, donc j’appartiens à ce clan » (Bonte et Izard, 1995). Il a été introduit dans la littérature, à ce qu’il paraît, par J. Long, interprète indien du siècle dernier, qui l’orthographiait totam. Le R.P. Peter Jones, indien Ojibeway, écrit Toodaim ; Warren dodaim ; Morgan adopte cette dernière orthographe en la considérant comme une variante de la précédente. Francis Assikinak, indien Ottawa écrit Ottotam. Selon l’abbé Thavent, le mot est proprement « ote » : « famille, tribu », dont la forme passive est otem, avec l’adjectif passif on a nind otem, ma famille, kit otem, ta famille (Frazer, 1898 : 3).

Other Languages