Tissu végétal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir tissu.

Un tissu végétal est un groupement de cellules végétales ayant une même origine embryologique et qui se sont semblablement différenciées dans le but de remplir une fonction déterminée. Les tissus végétaux sont le sujet d'étude de l' histologie végétale. Bien que moins nombreux que les tissus animaux, ils peuvent se diviser en plusieurs catégories structurales ou fonctionnelles.

Il existe pour chacun de ces tissus un code graphique permettant la représentation schématique d'une coupe histologique.

Il existe deux types de tissus :

  • les tissus simples : constitués de cellules identiques (tissus de revêtements, sécréteurs, soutiens, de remplissage).
  • les tissus complexes : constitués de différents types cellulaires (tissus conducteurs, soutiens, remplissage).

Méristèmes

Chez les végétaux supérieurs, toute cellule est issue d'un méristème c'est-à-dire d'un centre de divisions cellulaires intense, en perpétuel cloisonnement. Ce sont des tissus composés de cellules peu ou pas différenciées, capables de produire des cellules aux destins différents. Véritables «  cellules-souches » végétales, elles sont d'autant plus fondamentales qu'aucune croissance n'est plus possible après rigidification de la paroi.

Certains méristèmes ont une durée de vie limitée (méristèmes foliaires et floraux en particulier), d'autres permettent une croissance indéfinie (méristèmes apicaux).

Ils peuvent être de deux types : on considère classiquement que les méristèmes primaires sont organogènes (ils fabriquent des tiges, des feuilles...) tandis que les méristèmes secondaires ne sont que histogènes (ils fabriquent des tissus, mais pas d'organes).

Primaires

Les méristèmes primaires apicaux (caulinaire et racinaire), présents chez toutes les plantes, assurent la croissance en longueur. Ils sont situés à l'extrémité des tiges et des racines, qu'ils engendrent.

  • apical caulinaire
  • apical racinaire
  • axillaire
  • foliaire
  • internodal (monocotylédones)
  • floral

Secondaires

Les méristèmes secondaires effectuent une croissance en épaisseur chez certaines plantes seulement (notamment pas chez les monocotylédones). Ils ne se mettent en place que chez toutes les Gymnospermes et chez certaines Angiospermes dicotylédones. D'un fonctionnement plus tardif, ils se constituent au sein d'un organe existant déjà et permettent l'acquisition des caractéristiques de végétal ligneux (par opposition à herbacé), en particulier rigidification, port érigé, et formation de bois « véritable » (xylème secondaire). L'appellation « arbre » implique la présence de méristèmes secondaires.

Les méristèmes secondaires (cambium et phellogène) se présentent sous la forme de fine assise indifférenciée, produisant alternativement des couches de cellules vers le centre (xylème et phelloderme respectivement) et vers la périphérie (phloème et suber respectivement) :

  • cambium : ou zone libéro-ligneuse, génératrice des tissus de conduction, xylème secondaire ou bois pour la (sève brute) et phloème secondaire ou liber pour la sève élaborée.
  • phellogène : zone subéro-phellodermique, génératrice des tissus de protection, suber ou liège ou phellème et phelloderme (Pas toujours présent).
Other Languages
português: Tecidos vegetais
română: Țesut vegetal
slovenčina: Pletivo (bunky)