Timothy Findley

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Findley.
Timothy Findley
Nom de naissance Timothy Irving Frederick Findley
Naissance
Toronto, Ontario, Drapeau du Canada  Canada
Décès (à 71 ans)
Brignoles, Var, Drapeau de la France  France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais canadien
Genres

Timothy Findley, né le à Toronto, et mort le en France, à Brignoles, dans le Var, en Provence, est un homme de théâtre, un scénariste et un écrivain canadien de langue anglaise.

D'abord acteur dans son pays natal, il a participé régulièrement au festival shakespearien de Stratford, en Ontario, dont il était membre fondateur depuis 1953, avant de fréquenter les scènes américaines et européennes. Il s'est ensuite surtout consacré avec succès à l'écriture de romans et de pièces de théâtre. Son œuvre a d'abord été saluée au Canada où il a reçu deux fois le Prix du Gouverneur général, en 1977 pour son roman The Wars (trad. Guerres) et, en 2000, pour sa pièce Elizabeth Rex (trad. Élizabeth, roi d'Angleterre) , avant d'être reconnue internationalement, en particulier aux États-Unis et en France où il a été fait Chevalier de l' Ordre des Arts et des Lettres en 1996, avec des romans comme The Last of the Crazy People (1967 - trad. Le Dernier des fous) ou Famous Last Words (1981 - trad. Le Grand Elysium Hôtel). Il termine sa vie en France, à Cotignac, où il est inhumé.

Biographie

Né à Toronto, en Ontario, où il fait ses études, il veut d'abord être danseur avant de devenir acteur de 1953 à 1957. Il participe à la création du festival shakespearien de Stratford, toujours en Ontario, et se produit aux États-Unis et en Europe avant de s'installer provisoirement à Hollywood en 1957-1958. Il commence à écrire et réussit avec difficultés à faire publier à Londres ses premiers romans refusés par les éditeurs canadiens. En 1967, The Last of the Crazy People (Le Dernier des fous, 1994), puis The Butterfly Plague en 1969. Il travaille en même temps dans le milieu du théâtre et devient, de 1974 à 1975, dramaturge en résidence au Centre national des Arts d' Ottawa. Il est ensuite écrivain en résidence à l' Université de Toronto de 1979 à 1980. Il obtient enfin son premier grand succès avec son troisième roman The Wars (Guerres), publié à Toronto en 1977. Il collabore également à l'écriture de scénarios pour le cinéma et la télévision, notamment The National Dream en 1974, une évocation de la construction du chemin de fer transcanadien, ou The Whiteoaks of Jalna (1971-1972, version française : Les Whiteoaks de Jalna), tenant même parfois quelques petits rôles dans les films de ses amis.

Timothy Findley s'est imposé comme un des écrivains marquant de la littérature de langue anglaise au Canada avec ses pièces de théâtre et ses romans qui sont traduits dans de nombreuses langues, et principalement en français. Écrivain reconnu, il a reçu de nombreux prix et distinctions au Canada comme le Prix du Gouverneur général par deux fois, le Prix de la Canadian Authors Association  (en), l' Ordre de l'Ontario, le Prix Trillium de l'Ontario et les titres d' Officier de l'Ordre du Canada et, en 1996, de Chevalier de l' Ordre des Arts et des Lettres de France.

La vie privée de Timothy Findley, « Tiff » comme l'appelaient ses amis, est centrée sur William Whitehead, le compagnon avec lequel il a parfois collaboré dans son activité de scénariste. Il écrivait ses textes à la main et à l'encre et son ami William les tapait à la machine [1]. Ils partageaient leur vie entre le Canada, y résidant l'été, en particulier dans une ferme près de Toronto aménagée en résidence secondaire qu'ils appelaient « Stone Orchard », et le Sud de la France où ils passaient l'hiver dans un petit village de Provence appelé Cotignac.