Thomas de Celano

Thomas de Celano
Tommasodacelano.jpg
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Celano Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Étape de canonisation

Thomas de Celano, né vers 1190 à Celano et mort vers 1260 à Tagliacozzo en Italie, est un religieux franciscain et le premier hagiographe de François d'Assise et de Claire d'Assise.

Ses œuvres constituent une source fondamentale pour la connaissance du franciscanisme primitif.

François et Claire, initiateurs de la spiritualité franciscaine, dont Thomas de Celano composa les biographies

Biographie

D'Italie en Allemagne

Thomas est né vers 1190, à Celano, dans les Abruzzes. En 1215, il est reçu dans l'ordre des frères mineurs par le fondateur, François d'Assise. En 1221, il est chargé d'une mission de prédication en Allemagne, à l'occasion de laquelle il fonde plusieurs couvents, avant d'être mis à la tête de la custodie de Rhénanie, qui comprenait les maisons franciscaines de Cologne, Worms, Spire et Mayence [1]. C'est ainsi qu'en 1227, il accompagne le provincial d'Allemagne, Albert de Pise, au chapitre général tenu à la Portioncule (Assise) [2].

Hagiographe officiel de l'ordre

Il assiste, en 1228, à la canonisation de François (mort en 1226) et, revenu vivre en Italie, se trouve chargé par le pape Grégoire IX de rédiger la biographie officielle du nouveau saint : cette Vita prima, il affirmera l'avoir écrite sur base des souvenirs de François lui-même et du témoignage de ses proches [3]. Il faut y ajouter les informations et les consignes du frère Elie de Cortone. Sur ordre de ce dernier, devenu ministre général de l'ordre, Thomas abrège, à des fins liturgiques, sa Vita, ce qui donne la Vie de notre bienheureux père François, dont la fortune sombra avec la déposition brutale du général en 1239. À la même époque, et toujours pour répondre à des besoins liturgiques, il compose une Legenda ad usum chori. Ces deux textes bénéficieront d'un certain regain d'intérêt en 1244, dans le cadre d'un renouveau liturgique initié dans l'ordre franciscain par Aymon de Faversham, les lectures de l'office pour la fête de saint François devant désormais couvrir une semaine [4]. De plus, la même année, le chapitre général de Gênes demande aux frères de consigner par écrit et d'envoyer au ministre général, Crescent de Jesi, tous les témoignages concernant la vie ou les miracles du Pauvre d'Assise, à l'intention des plus jeunes religieux qui réclamaient un complément d'information. Franciscains de la première heure, les FF. Léon, Ange et Rufin se mettent à la tâche ; Thomas assure l'harmonisation stylistique de leur compilation ; cette nouvelle version est approuvée par le chapitre général de Lyon en 1247. Intitulée Memoriale in desiderio animae, elle est connue sous le nom de Vita secunda [5]. Seulement, étant donné qu'elle reflète les conceptions des trois compagnons, pour lesquels les miracles sont négligeables par rapport à la sainteté de vie, le ministre général Jean de Parme a demandé à Celano d'écrire, en 1253, un Tractatus de miraculis, cinquième et ultime ouvrage consacré par Thomas à François, sorte de complément qui met à jour les miracles accomplis après la mort du saint [6]. Entre la Vita prima et la Vita secunda, l'évolution de la figure de François d'Assise est sensible : personnage singulier dans la première (« vir dissimilens omnibus » : 1, 57, 19), il est au contraire ramené dans la deuxième à des modèles traditionnels [7]

Avec les clarisses

Le 15 août 1255 a lieu la canonisation de sainte Claire. Le pape Alexandre IV remet à Thomas les documents du procès, afin qu'il rédige l'hagiographie officielle de la fidèle amie de François. Ce sera, en 1256, la Legenda S. Clarae Virginis, et la dernière œuvre de Celano en tant qu'hagiographe officiel de l'ordre [8]. Devenu aumônier des clarisses de Val de'Varri, il décède en 1260. D'abord enterrés au monastère des clarisses, ses restes sont transférés, en 1516, dans l'églises des franciscains conventuels de Tagliacozzo [9]. Il faut encore souligner que Thomas est l'auteur de la séquence (= poème liturgique) Sanctitatis nova signa sur les Stigmates de saint François; on lui attribue également le Dies irae de la Messe des morts, mais cette attribution est controversée [8].

Other Languages