Thersite

Dans la mythologie grecque, Thersite (en grec ancien Θερσίτης / Thersítês), fils d'Agrios, est un guerrier achéen de la guerre de Troie.

Dans l‘Iliade, Homère le décrit comme un démagogue hideux, persifleur, méprisé des héros, de manière générale détesté et sans succès. Ces particularités font de lui une apparition unique et exceptionnelle parmi les guerriers homériques. Il est repoussant aussi bien à cause de son apparence physique qu'à cause de sa manière de penser. Cette caractérisation tout à fait négative a donné cours à maintes spéculations à propos de son origine, de son rang, de son rôle dans le camp grec et de sa signification comme personnage littéraire.

Représentation dans l’Iliade

Thersite apparaît dans un seul passage de l‘Iliade[1]. Après la dispute entre Agamemnon, commandant des armées grecques, et Achille, le meilleur de ses guerriers, Agamemnon veut mettre à l'épreuve les Grecs et leur volonté de combattre ; à cette fin, il propose à l'assemblée des chefs grecs d'arrêter la guerre, qui jusque-là est restée vaine. Agamemnon est raillé par Thersite pour avoir eu moult liaisons féminines ; jaloux que les tentes regorgent de bronze, mais aussi de femmes de choix que les Achéens, lui ont offert en tant que roi. Le projet échoue, car plutôt que de résister comme attendu, les Grecs se précipitent aux navires pour rentrer chez eux. C'est avec peine qu'Ulysse, qui a attrapé le sceptre d'Agamemnon, les ramène au camp, convainquant les chefs, frappant les simples soldats avec le sceptre. L'assemblée se poursuit. Thersite, dont le poète dépeint la malformation, tient un discours médisant, suggérant que la guerre ne se poursuit qu'à cause de l'arrogance d'Agamemnon et de sa soif de butin. Il invite les soldats à désobéir et à rentrer dans leur patrie. Ulysse se met résolument en travers de sa route[2], l'insulte, le menace et l'accuse d'agir par jalousie envers Agamemnon. Finalement, il lui assène un puissant coup de sceptre dans le dos et les épaules. Thersite n'est pas en mesure de résister ; il se recroqueville de douleur, fond en larmes et s'assoit. L'armée se moque de lui et loue l'action d'Ulysse qui, grâce à cet épisode et à d'autres discours, réussit à rendre aux guerriers réunis leur ancienne disposition au combat.

Other Languages
català: Tersites
Deutsch: Thersites
Ελληνικά: Θερσίτης
English: Thersites
español: Tersites
euskara: Tersites
فارسی: ترسیتس
suomi: Thersites
italiano: Tersite
한국어: 테르시테스
Latina: Thersites
Nederlands: Thersites
polski: Tersytes
português: Térsites
русский: Терсит
srpskohrvatski / српскохрватски: Tersit
slovenčina: Thersites
српски / srpski: Терзитес
svenska: Thersites
українська: Терсіт