Tchad

Tchad

جمهورية تشاد (ar)

Jumhuriat Tashad (ar)

République du Tchad (fr)

Drapeau
Drapeau du Tchad.
Blason
Armoiries du Tchad.
Description de l'image Chad (orthographic projection).svg.
Devise nationale "Unité - Travail - Progrès" ( "الوحدة - العمل - التقدم" )
Hymne national La Tchadienne
Administration
Forme de l'État République
Président de la République Idriss Déby Itno
Premier ministre Albert Pahimi Padacké
Langues officielles arabe et français
Capitale N'Djaména

12° 07′ N, 15° 03′ E

Géographie
Plus grande ville N'Djaména
Superficie totale 1 284 000 km2
( classé 21e)
Superficie en eau 1,9 %
Fuseau horaire UTC +1
Histoire
Indépendance 11 août 1960
Démographie
Gentilé Tchadien
Population totale (2015) 11 631 456 hab.
( classé 77e)
Densité 10 hab./km2
Économie
IDH ( 2012) en augmentation 0,340 [1] (faible  ; 184e)
Monnaie Franc CFA ( XAF​)
Divers
Code ISO 3166-1 TCD, TD​
Domaine Internet .td
Indicatif téléphonique +235
Tchad carte.gif

Le Tchad, en forme longue la République du Tchad, en arabe جمهورية تشاد, est un pays d' Afrique centrale sans accès à la mer, situé au sud de la Libye, à l'est du Niger, Nigeria, et du Cameroun et au nord de la République centrafricaine et à l'ouest du Soudan. Sa capitale est N'Djaména. Géographiquement et culturellement, le Tchad constitue un point de passage entre l' Afrique du Nord et l' Afrique noire. D'une superficie de 1 284 000 km2, c'est le cinquième pays le plus vaste d'Afrique.

Le Tchad se divise en trois grands ensembles géographiques : du nord au sud, on trouve successivement une région désertique, un espace semi-aride, puis la savane soudanaise. Le lac Tchad, qui donne son nom au pays, est son principal plan d'eau ; le point culminant du pays est l' Emi Koussi, dans le massif du Tibesti.

Différents États et empires se sont succédé dans la partie centrale du pays depuis la fin du Ier millénaire Ier millénaire av. J.-C., tentant de contrôler le commerce transsaharien. De la fin du e siècle au début du e siècle, la France affirme progressivement sa souveraineté sur l'ensemble du territoire du Tchad actuel, qu'elle incorpore à l' Afrique-Équatoriale française en 1920. Le pays obtient son indépendance en 1960, avec pour premier chef d'État François Tombalbaye ; il conserve néanmoins une relation privilégiée avec l'ancien colonisateur qui est depuis lors intervenu militairement à plusieurs reprises. Le pays est le théâtre de troubles presque-permanents, liés à des dissensions internes, et plus récemment au débordement du conflit du Darfour.

En 2003, le pays est devenu un pays exportateur de pétrole, alors que son économie reposait principalement sur la production de coton, d'arachide et de bœuf ; cela a considérablement accru les ressources financières de l'État tchadien, dont le chef actuel est Idriss Déby. le Tchad occupe en 2015 la troisième place de l'Africa Performance Index (API), outil de notation et de classement des institutions du secteur public en Afrique [2].

Selon le dictionnaire de l'origine des noms et surnoms des pays africains [3] d'Arol Ketchiemen, le Tchad est surnommé « le cœur mort de l’Afrique » en raison de son enclavement au centre du continent et de son climat particulièrement désertique.

Histoire

Articles détaillés : Histoire du Tchad et Histoire postale du Tchad.

L' État du Tchad dans ses frontières actuelles est une création de la colonisation européenne, ses frontières résultant de négociations entre Français et Allemands dans les années 1880. Mais l'espace tchadien possède une histoire riche et relativement bien connue. Il est sans doute un des berceaux de l'Humanité (découverte récente de «  Toumaï »). Il a été le siège de trois grands royaumes sahéliens : le Kanem-Bornou, le Baguirmi et le Ouaddaï.

Considéré comme protectorat français à partir de 1900, le Tchad fut érigé en colonie en 1920 dans le cadre de l'AEF ( Afrique-Équatoriale française). Sous l'impulsion du gouverneur Félix Éboué, il fut la première colonie française à se rallier à la France libre en 1940.

Devenu république autonome en 1958, le Tchad accède à l'indépendance le sous la présidence de François Tombalbaye. Celui-ci doit bientôt faire face à la révolte de peuples du Nord, en majorité musulmans, ce qui l'amène à solliciter l'aide des troupes françaises en 1968. Après l'assassinat de Tombalbaye en 1975, le pouvoir échoit au général Félix Malloum, qui doit céder la place à Goukouni Oueddei à la suite de la première bataille de Ndjamena en 1979. En 1980, la seconde bataille de Ndjamena permet à Goukouni Oueddei d'évincer son rival, Hissène Habré, avec l'aide décisive du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

Article détaillé : Conflit tchado-libyen.

Après l'échec d'un projet de fusion entre le Tchad et la Jamahiriya arabe libyenne en 1981, les troupes libyennes se retirent dans le cadre d'un accord conclu avec le gouvernement français. En 1982, Goukouni Oueddei est renversé à son tour par Hissène Habré, qui doit faire appel l'année suivante au soutien des forces françaises pour l'aider à contenir une nouvelle invasion libyenne ( Opération Manta). En 1987, une contre-offensive des forces tchadiennes contraint finalement les troupes libyennes à évacuer le pays, à l'exception de la bande d'Aozou qui est restituée au Tchad seulement en 1994.

En 1990, Hissène Habré est renversé du pouvoir par Idriss Déby, soutenu notamment par la France.

Alors que dans les années 1930, seulement 337 tonnes de coton-graine sont produites, dès 1955 leur production atteint 60 000 tonnes [4], pour monter à 100 000 tonnes en 1971 [5] puis 175 000 tonnes en 1975 et culminer à 263 475 tonnes en 1998. Le pays est au palmarès des sept premiers producteurs africains de coton au milieu des années 2010.

À la fin des années 1990, les " compagnies juniors" canadiennes, investies dans plus de 8000 propriétés minières, dans plus de 100 pays, pour la plupart encore à l'état de projet [6] multiplient les contrats avec des pays africains parmi lesquels le Tchad.

En 1999, le Tchad s'engage dans la Deuxième guerre du Congo, en soutenant le gouvernement de Kinshasa.

Toumaï (fossile inventorié TM 266-01-060-01, TM pour Toros-Menala, région de sa mise au jour) est le surnom d'un crâne fossile de primate découvert en 2001 au Tchad. Il a conduit à la définition d'une nouvelle espèce, Sahelanthropus tchadensis, que certains paléoanthropologues considèrent comme l'une des premières espèces de la lignée humaine, probablement très proche de la divergence chimpanzés-homininés. Âgé d'environ sept millions d'années, il fait du Tchad aujourd'hui le Berceau de l'humanité.

En mai 2009 a lieu une autre offensive de la rébellion partant du Soudan.

Other Languages
Acèh: Chad
адыгабзэ: Чад
Afrikaans: Tsjad
Alemannisch: Tschad
አማርኛ: ቻድ
aragonés: Chad
Ænglisc: Cead
العربية: تشاد
ܐܪܡܝܐ: ܬܫܐܕ
مصرى: تشاد
অসমীয়া: চাদ
asturianu: Chad
azərbaycanca: Çad
башҡортса: Чад
Boarisch: Tschad
žemaitėška: Čads
Bikol Central: Tsad
беларуская: Чад
беларуская (тарашкевіца)‎: Чад
български: Чад
भोजपुरी: चाड
Bahasa Banjar: Chad
bamanankan: Cad
বাংলা: চাদ
བོད་ཡིག: ཆཱ་ཌ།
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: চাদ
brezhoneg: Tchad
bosanski: Čad
буряад: Чад
català: Txad
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Chad
нохчийн: Чад
Cebuano: Chad
کوردی: چاد
qırımtatarca: Çad
čeština: Čad
Чӑвашла: Чад
Cymraeg: Tsiad
dansk: Tchad
Deutsch: Tschad
Thuɔŋjäŋ: Cad
Zazaki: Çad
dolnoserbski: Čad
डोटेली: चाड
ދިވެހިބަސް: ޝާދު
eʋegbe: Tsyadi
Ελληνικά: Τσαντ
English: Chad
Esperanto: Ĉado
español: Chad
eesti: Tšaad
euskara: Txad
estremeñu: Chad
فارسی: چاد
suomi: Tšad
Võro: Tšaad
føroyskt: Kjad
arpetan: Tch·ad
Nordfriisk: Tschad
Frysk: Tsjaad
Gaeilge: Sead
Gagauz: Çad
Gàidhlig: An t-Siad
galego: Chad
ગુજરાતી: ચૅડ
Gaelg: Shad
Hausa: Cadi
客家語/Hak-kâ-ngî: Chad
עברית: צ'אד
हिन्दी: चाड
Fiji Hindi: Chad
hrvatski: Čad
hornjoserbsce: Čad
Kreyòl ayisyen: Tchad
magyar: Csád
Հայերեն: Չադ
interlingua: Tchad
Bahasa Indonesia: Chad
Interlingue: Chad
Igbo: Chad
Ilokano: Chad
Ido: Chad
íslenska: Tjad
italiano: Ciad
日本語: チャド
Patois: Chad
la .lojban.: tcad
Basa Jawa: Chad
ქართული: ჩადი
Qaraqalpaqsha: Shad
Taqbaylit: Ččad
Kabɩyɛ: Caadɩ
Kongo: Tasadi
Gĩkũyũ: Chad
қазақша: Чад
ಕನ್ನಡ: ಚಾಡ್
한국어: 차드
Kurdî: Çad
kernowek: Chad
Latina: Tzadia
Ladino: Chad
Lëtzebuergesch: Tschad
Luganda: Chad
Limburgs: Tsjaad
Ligure: Ciad
lumbaart: Ciad
lingála: Tsadi
لۊری شومالی: چاد
lietuvių: Čadas
latviešu: Čada
Malagasy: Tsady
Baso Minangkabau: Chad
македонски: Чад
മലയാളം: ഛാഡ്
मराठी: चाड
кырык мары: Чад
Bahasa Melayu: Chad
Malti: Ċad
မြန်မာဘာသာ: ချဒ်သမ္မတနိုင်ငံ
مازِرونی: چاد
Dorerin Naoero: Tsiad
Nāhuatl: Chad
Plattdüütsch: Tschad
Nedersaksies: Tsjaad
नेपाल भाषा: चाड
Nederlands: Tsjaad
norsk nynorsk: Tsjad
norsk: Tsjad
Novial: Chad
Sesotho sa Leboa: Chad
occitan: Chad
Livvinkarjala: Čad
Oromoo: Chaad
ଓଡ଼ିଆ: ଚାଡ଼
ਪੰਜਾਬੀ: ਚਾਡ
Pangasinan: Jhad
Kapampangan: Chad
Papiamentu: Chad
पालि: चाड
Norfuk / Pitkern: Chad
polski: Czad
Piemontèis: Ciad
پنجابی: چڈ
پښتو: چاډ
português: Chade
Runa Simi: Chad
rumantsch: Tschad
română: Ciad
русский: Чад
русиньскый: Чад
Kinyarwanda: Cade
संस्कृतम्: चाड
саха тыла: Чад
sardu: Chad
sicilianu: Ciad
Scots: Chad
سنڌي: چاڊ
sámegiella: Chad
Sängö: Sâde
srpskohrvatski / српскохрватски: Čad
සිංහල: චෑඩ්
Simple English: Chad
slovenčina: Čad
slovenščina: Čad
chiShona: Chad
Soomaaliga: Jad
shqip: Çadi
српски / srpski: Чад
SiSwati: IShedi
Sesotho: Chad
Seeltersk: Tschad
Basa Sunda: Chad
svenska: Tchad
Kiswahili: Chad
ślůnski: Czad
தமிழ்: சாட்
తెలుగు: చాద్
tetun: Xade
тоҷикӣ: Чад
ትግርኛ: ቻድ
Türkmençe: Çad
Tagalog: Chad
Türkçe: Çad
Xitsonga: Chad
татарча/tatarça: Чад
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: چاد
українська: Чад
اردو: چاڈ
oʻzbekcha/ўзбекча: Chad
vèneto: Ciad
vepsän kel’: Čad
Tiếng Việt: Tchad
Volapük: Tjadän
walon: Tchade
Winaray: Chad
Wolof: Cadd
吴语: 乍得
хальмг: Чадигин Орн
მარგალური: ჩადი
ייִדיש: טשאד (לאנד)
Yorùbá: Tsad
中文: 乍得
文言: 乍得
Bân-lâm-gú: Chad
粵語: 乍得
isiZulu: ITshedi