Tchèque

Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Tchek.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue tchèque. Pour le peuple tchèque, voir Tchèques. Pour race de poule, voir Poule Tchèque.
Tchèque
Čeština
Pays République tchèque, minorités aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en Slovaquie et en Autriche
Nombre de locuteurs 11 millions
Nom des locuteurs tchécophones
Typologie SVO accentuelle
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de la République tchèque  République tchèque
Régi par Institut de la langue tchèque
Codes de langue
ISO 639-1 cs
ISO 639-2 ces, cze
ISO 639-3 ces
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF cs
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

Článek 1

Všichni lidé rodí se svobodní a sobě rovní co do důstojnosti a práv. Jsou nadáni rozumem a svědomím a mají spolu jednat v duchu bratrství.

Le tchèque (« čeština » en langue tchèque) fait partie des langues slaves occidentales, avec le kachoube, le polonais, le slovaque et le sorabe, branche de la famille des langues indo-européennes. Il est principalement parlé en République tchèque, ce qui représente environ onze millions de locuteurs.

Le tchèque est très proche du slovaque et, à un moindre degré, du polonais et du ruthène. La plupart des adultes tchèques et slovaques sont capables de se comprendre mutuellement sans difficulté. En effet, ils ont été, à l'époque de la Tchécoslovaquie, en contact permanent avec les deux langues par l'intermédiaire de la radio et de la télévision nationale. Les écoles également proposaient aux enfants des contes dans la seconde langue pour les familiariser. Chacun était bilingue jusqu'à la partition de la Tchécoslovaquie le 1er janvier 1993. Aujourd'hui encore, Tchèques et Slovaques ont des programmes de télévision communs. Malgré cela, les plus jeunes qui n'ont pas connu l'époque de la Tchécoslovaquie peuvent éprouver des difficultés de compréhension lors de l'emploi de certains mots très différents, ou d'une expression orale trop rapide. Cependant, le tchèque pouvait [réf. nécessaire] encore s'employer dans une communication officielle avec les autorités slovaques et tous les documents de la République tchèque doivent être acceptés grâce à la loi 270/1995 et la loi additionnelle 318/2009.

En raison de sa complexité, le tchèque est considéré comme difficile à apprendre. Cette complexité provient principalement d'une grande variété dans la morphologie et dans la syntaxe. Comme dans toutes les langues slaves (à l'exception du bulgare moderne et du macédonien moderne), les mots (les noms, pronoms et adjectifs) se déclinent selon leur rôle dans la phrase. Sous cet aspect, la grammaire du tchèque et des langues slaves est plus proche des origines indo-européennes que les autres langues indo-européennes, dans lesquelles les déclinaisons se sont appauvries (comme en allemand), ou même ont pratiquement disparu (comme en français).

Histoire de la langue tchèque

Le tchèque se développe à la fin du premier millénaire, à partir du protoslave. Quelques traits du vieux slave survivent dans le vieux tchèque, comme le jery, la nasalisation (ę et ǫ), la palatalisation ou le système de conjugaison avec quatre temps du passé ( aoriste, aspect accompli/inaccompli, plus-que-parfait). Ces traits subsistent jusqu'à la fin du e siècle.

On a peu de témoignages écrits de la plus ancienne période car peu de gens savaient lire et écrire. Le latin remplit alors le rôle de langue littéraire avec, parfois, le vieux slave. Le premier témoignage écrit du tchèque consiste en deux phrases de la charte fondatrice du chapitre de www.fi.muni.cz

Au Moyen Âge, le tchèque commence à se distinguer du vieux slave. Entre les XIIe et XIIIe siècles, la transformation du son g en h apparaît. Ainsi le vieux slave glova (« tête ») qui a donné głowa en polonais, голова golova en russe et ukrainien, donne hlava en tchèque. Le XIIIe siècle voit l'apparition du ř à partir du r mou du vieux slave.

Au XIVe siècle, le tchèque pénètre dans la littérature et l'administration. Les premiers livres en tchèque apparaissent. Charles IV du Saint-Empire fait traduire la Bible en tchèque. Au niveau phonétique, sans doute du fait de l'importante immigration allemande et du fait que la cour devient germanophone, le f fait son entrée dans la langue tchèque alors qu'il est absent du vieux slave et était, dans les mots latins lexicalisés en tchèque pour des raisons religieuses, remplacé par les lettres p ou b.

Entre les XIVe et XVe siècles, une réforme de l'orthographe introduit dans le tchèque les signes diacritiques. Jan Hus, sans qu'il soit certain qu'il en fût l'auteur, est l'ardent défenseur de cette innovation. À partir du XVe siècle, les Tchèques ne prononcent plus différemment le y (dit « i dur » dans les langues slaves, relativement proche du son français u) et le i (dit « i mou »). Prononcé i, l'orthographe conserve cependant le y.

La littérature tchèque écrite connaît un important développement après la découverte de l'imprimerie au XVIe siècle. La bible de Kralice devient alors un exemple de tchèque littéraire. Après 1620 le tchèque connaît un certain déclin, à cause de l'émigration forcée des intellectuels non catholiques comme Comenius ou Pavel Stránský. Peu à peu, l'allemand prend le pas, et tend à devenir la langue de l'éducation et de la science.

Grâce aux efforts des membres de la renaissance nationale tchèque, la langue tchèque est de nouveau exaltée aux XVIIIe et XIXe siècles. L'école fait d'importants efforts pour en refaire une langue littéraire. La langue se détache d'archaïsmes datant de la bible de Kralice. C'est à cette époque que le tchèque littéraire obtient sa forme actuelle.

La question de la langue tchèque agite la vie politique de l' Autriche-Hongrie ; en 1897, le Décret sur les langues du 5 avril 1897 est à l'origine de troubles en Bohême et Moravie.

Other Languages
Аҧсшәа: Ачех бызшәа
Afrikaans: Tsjeggies
አማርኛ: ቼክኛ
aragonés: Idioma checo
Ænglisc: Bæmisc sprǣc
العربية: لغة تشيكية
مصرى: تشيكى
asturianu: Checu
azərbaycanca: Çex dili
تۆرکجه: چک دیلی
žemaitėška: Čeku kalba
беларуская: Чэшская мова
беларуская (тарашкевіца)‎: Чэская мова
български: Чешки език
বাংলা: চেক ভাষা
brezhoneg: Tchekeg
bosanski: Češki jezik
català: Txec
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Ciék-káik-ngṳ̄
нохчийн: Чехийн мотт
qırımtatarca: Çeh tili
čeština: Čeština
kaszëbsczi: Czesczi jãzëk
словѣньскъ / ⰔⰎⰑⰂⰡⰐⰠⰔⰍⰟ: Чєшьскъ ѩꙁꙑкъ
Чӑвашла: Чех чĕлхи
Cymraeg: Tsieceg
Zazaki: Çeki
dolnoserbski: Česka rěc
Ελληνικά: Τσεχική γλώσσα
Esperanto: Ĉeĥa lingvo
español: Idioma checo
euskara: Txekiera
فارسی: زبان چکی
føroyskt: Kekkiskt mál
arpetan: Tch·èco
furlan: Lenghe ceche
Frysk: Tsjechysk
Gaeilge: An tSeicis
Gagauz: Çeh dili
Gàidhlig: Seacais
galego: Lingua checa
گیلکی: چکي زوؤن
Gaelg: Sheckish
客家語/Hak-kâ-ngî: Chhia̍p-khiet-ngî
Hawaiʻi: ʻōlelo Tiekia
עברית: צ'כית
हिन्दी: चॅक भाषा
Fiji Hindi: Czech bhasa
hrvatski: Češki jezik
hornjoserbsce: Čěšćina
magyar: Cseh nyelv
Հայերեն: Չեխերեն
interlingua: Lingua chec
Bahasa Indonesia: Bahasa Ceska
íslenska: Tékkneska
italiano: Lingua ceca
日本語: チェコ語
Basa Jawa: Basa Céko
ქართული: ჩეხური ენა
қазақша: Чех тілі
ಕನ್ನಡ: ಚೆಕ್ ಭಾಷೆ
한국어: 체코어
коми: Чех кыв
kernowek: Chekek
Lëtzebuergesch: Tschechesch
лезги: Чех чIал
Limburgs: Tsjechisch
Ligure: Lengua ceca
lumbaart: Lengua ceca
lietuvių: Čekų kalba
latviešu: Čehu valoda
мокшень: Чехонь кяль
олык марий: Чех йылме
македонски: Чешки јазик
монгол: Чех хэл
मराठी: चेक भाषा
Bahasa Melayu: Bahasa Czech
эрзянь: Чехень кель
مازِرونی: چکی
Nedersaksies: Tsjechies
नेपाली: चेक भाषा
नेपाल भाषा: चेक भाषा
Nederlands: Tsjechisch
norsk nynorsk: Tsjekkisk
norsk: Tsjekkisk
occitan: Chèc (lenga)
ਪੰਜਾਬੀ: ਚੈੱਕ ਭਾਸ਼ਾ
Piemontèis: Lenga ceca
پنجابی: چیک بولی
پښتو: چېکي ژبه
português: Língua tcheca
Runa Simi: Chiku simi
rumantsch: Lingua tscheca
română: Limba cehă
русский: Чешский язык
русиньскый: Чеськый язык
Kinyarwanda: Igiceke
sardu: Limba ceca
Scots: Czech leid
davvisámegiella: Čeahkagiella
srpskohrvatski / српскохрватски: Češki jezik
Simple English: Czech language
slovenčina: Čeština
slovenščina: Češčina
Gagana Samoa: Fa'aSieki
српски / srpski: Чешки језик
svenska: Tjeckiska
Kiswahili: Kicheki
ślůnski: Czesko godka
தமிழ்: செக் மொழி
тоҷикӣ: Забони чехӣ
Tagalog: Wikang Tseko
Türkçe: Çekçe
удмурт: Чех кыл
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: چېخ تىلى
українська: Чеська мова
اردو: چیک زبان
oʻzbekcha/ўзбекча: Chex tili
vepsän kel’: Čehan kel'
Tiếng Việt: Tiếng Séc
Volapük: Tsyegänapük
walon: Tcheke
吴语: 捷克語
მარგალური: ჩეხური ნინა
ייִדיש: טשעכיש
中文: 捷克语
文言: 捷克語
Bân-lâm-gú: Chesko-gí
粵語: 捷克文
isiZulu: IsiTsheki