T-72

T-72
Image illustrative de l'article T-72
T-72M2 bulgare lors d'une parade.
Caractéristiques de service
Service de 1973 à présent
Production
Concepteur Kartsev-Venediktov
Année de conception 1967-1973
Constructeur Uralvagonzavod
Production plus de 25 000 exemplaires produit entre 1973 et 1990
Caractéristiques générales
Équipage 3 (chef de char, opérateur tourelle et pilote)
Longueur de 6,86 m à 6,95 m (caisse) 9,53 m (avec le canon)
Largeur 3,59 m
Hauteur de 2,19 m à 2,23 m
Masse au combat T-72 Ural : 41 tonnes

T-72A : 41,5 tonnes

T-72B : 44,5 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage T-72 Ural : tourelle moulée en acier avec une épaisseur allant de 350 à 475 mm sur le secteur frontal, glacis incorporant une couche de fibre de verre.

T-72A  : tourelle moulée en acier incorporant une couche de silice, glacis incorporant une couche de fibre de verre. T-72B :

Armement
Armement principal T-72 Ural : canon à âme lisse de 125 mm 2A26M2 (39 obus)

T-72A  : canon à âme lisse de 125 mm 2A46 (44 obus)
T-72B : canon à âme lisse de 125 mm 2A46M (45 obus)

Armement secondaire une mitrailleuse PKT coaxiale de 7,62 mm (2 000 coups)

Une mitrailleuse lourde DShK de 12,7 mm sur le tourelleau du chef de char (300 coups)

Mobilité
Moteur T-72 Ural  : V-46 diesel 12 cylindres de 780 ch (573 kW)

T-72A  : V-46-6 diesel 12 cylindres de 780 ch (573 kW)

T-72B  : V-84MS diesel 12 cylindres compressé de 840 ch (617 kW)
Transmission synchrone assistée hydrauliquement (7 rapports avant et 1 rapport arrière)
Suspension barres de torsion offrant un débattement vertical de 254 mm à 315 mm en compression et de 43 mm à 116 mm détente
Vitesse sur route 60 km/h, 4,18 km/h en marche-arrière de 25 km/h à 45 km/h en tout terrain
Puissance massique de 18 ch/tonne à 19 ch/tonne
Réservoir De 1 000 ℓ à 1 200 ℓ plus deux barils supplémentaires de 200 ℓ largables
Autonomie 500 km pouvant être portée jusqu'à 700 km avec barils largables

Le char d'assaut T-72 est un char de combat principal soviétique de la Guerre froide qui a largement équipé l' Armée rouge. Les versions les plus récentes ont également porté le nom T-90.

Présentation

Conçu au milieu des années 1960, concurremment au T-64, il constituait un char beaucoup plus conservateur dans les choix technologiques, en particulier au niveau du moteur et du blindage, que l'on destinait à la production de masse du fait de son coût moindre. L'équipe de conception était celle de l'usine de chars de l' Oural, dirigée par L. Kartsev, puis après la mort de celui-ci, par V. Venidiktov.

Le T-72 conservait donc la motorisation traditionnelle des chars soviétiques, avec un lointain dérivé du V-2 du T-34, le V-46. Il n'incorporait également aucun blindage composite, sauf sur le glacis. Par contre, il reprenait le canon à âme lisse de 125 mm 2A26M, même si le chargeur automatique était d'un modèle radicalement différent, avec un fonctionnement électromécanique.

La suspension, reprise de l'objet 167, concurrent délaissé du T-64, comporte six roues de route et trois galets de retour, un barbotin à l'arrière et des roues tendeuses à l'avant. Le moteur, monté transversalement à l'arrière, développe 785 chevaux et peut employer trois types de carburant ( gazole, essence et kérosène). En cas d'offensive à l'Ouest, il était prévu pour pouvoir refaire le plein dans les cuves à mazout des immeubles à chauffage central. [réf. nécessaire]

Positions des membres de l'équipage dans un char soviétique T-72. Le conducteur (1) est assis à l'avant du véhicule, le commandant (2) et le tireur (3) sont placés dans la tourelle, directement au-dessus du carrousel (4), qui contient les munitions pour le mécanisme de chargement automatique.

À l'avant, on trouve le compartiment du conducteur, protégé par un blindage laminaire de 200 mm fournissant l'équivalent de 600 mm en acier. La tourelle arrondie et assez basse, centrée sur le châssis, est biplace. Elle abrite le chef de char à droite, avec sa coupole et sa mitrailleuse antiaérienne NSV de 12,7 mm et le tireur à gauche, disposant lui d'une simple trappe. Elle est coulée en acier homogène avec une épaisseur de 280 mm. Sur son plancher est monté le chargeur automatique en carrousel embarquant 24 coups (charge et obus) prêts au tir. Deux casiers de rangement en tôle sont montés sur la tourelle (un à l'arrière et l'autre à droite), à gauche est rangé le snorkel, montable en vingt minutes et permettant de franchir un cours d'eau à 5,5 mètres de profondeur. À droite du canon, on trouve la mitrailleuse coaxiale PKT de 7,62 mm.

Il fut accepté en service durant l'année 1973, date de l'arrêt de la production du T-62 et put donc être fabriqué en grandes séries. Il fut par la suite régulièrement amélioré et perfectionné, pour combler ses défauts, principalement au niveau de la protection de la tourelle.

En 1979 apparut le T-72A qui embarquait le nouveau canon 2A46 pointé grâce un télémètre laser TPDK-1, et améliorait les équipements de visée de nuit avec, à droite du canon, un projecteur infrarouge L4 servant d'illuminateur pour le tir de nuit avec le viseur TPN3-49.

De ce modèle furent dérivées des versions particulièrement destinées à l'exportation, comme le T-72M pour les pays du Pacte de Varsovie, dont le blindage et la protection NBC étaient réduits. Ce dernier, après montage d'une plaque de blindage supplémentaire sur le glacis et le toit de la tourelle, devint le T-72M1.

Char T-72 réformé de l' armée finlandaise

Le T-72A céda sa place en production au T-72B en 1985, le blindage frontal de tourelle fut renforcé par des appliques BDD en aluminium remplies de caoutchouc, les briques Kontakt-1 étaient montées en série, le canon 2A46M avec un stabilisateur 2E42-2 fut monté : il peut tirer le missile 9K120 « Svir » (code OTAN « AT-10 Bastion »), mais uniquement quand le char est à l'arrêt. Le T-72B1 est rigoureusement identique, mais ne dispose pas de la capacité de tir de missile. De ces deux versions sont dérivées les versions de commandement T-72BK et T-72B1K et les versions d'exportation T-72S et T-72S1.

Puis la variante BM, avec son blindage réactif Kontact-5 servit de base au développement du nouveau char russe T-90 (T-72BU), qui incorpore aussi de nombreuses caractéristiques du T-80 qui devait assurer la relève. Cependant la production du T-90 est restée très limitée du fait des difficultés budgétaires de la Russie après le démantèlement de l' Union soviétique.

En 2013, le T-72B3 entre en service à 150 unités, équipé en autre de nouveaux calculateurs balistiques et systèmes de visée, il commence à remplacer le T-80 en cours de retrait de service.

Le Type B3  (ru) de ce char participe au biathlon de chars de combat.

Other Languages
العربية: تي-72
azərbaycanca: T-72
беларуская: Т-72
беларуская (тарашкевіца)‎: Т-72
български: Т-72
brezhoneg: T-72
bosanski: T-72
català: T-72
čeština: T-72
Deutsch: T-72
English: T-72
Esperanto: T-72
español: T-72
eesti: T-72
فارسی: تی-۷۲
suomi: T-72
עברית: T-72
hrvatski: T-72
magyar: T–72
Հայերեն: Տ-72
Bahasa Indonesia: T-72
italiano: T-72
日本語: T-72
ქართული: Т-72
қазақша: Т-72
한국어: T-72
lietuvių: T-72
македонски: Т-72
монгол: Т-72
Bahasa Melayu: T-72
Nederlands: T-72
norsk nynorsk: T-72
norsk: T-72
occitan: T-72
polski: T-72
پښتو: ټې-۷۲
português: T-72
română: T-72
русский: Т-72
Scots: T-72
srpskohrvatski / српскохрватски: T-72
slovenčina: T-72
slovenščina: T-72
српски / srpski: Т-72
svenska: T-72
ไทย: ที-72
Türkçe: T-72
українська: Т-72
اردو: ٹی - 72
Tiếng Việt: T-72
粵語: T-72坦克