Syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération grenobloise

Syndicat mixte des transports en commun de la métropole grenobloise
logo de Syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération grenobloise
Logo du SMTC Grenoble

Création
Dates clés1975 : Création de la Sémitag
1987 : Inauguration de la ligne A du tramway de Grenoble
1990 : Inauguration de la ligne B du tramway de Grenoble
2002 : Nouvelle identité visuelle du réseau TAG
2003 : Nouvelle identité visuelle du SMTC
2006 : Inauguration de la ligne C du tramway de Grenoble
2007 : Inauguration de la ligne D du tramway de Grenoble
2014 : Inauguration de la ligne E du tramway de Grenoble et du nouveau réseau bus, changement d'identité visuelle.
Forme juridiqueÉtablissement public à caractère administratif
SloganLa mobilité pour tous !
Siège socialGrenoble
Drapeau de France France
DirectionYann Mongaburu
ActivitéAdministration publique (tutelle) des activités économiques
ProduitsTramway, Autobus
Site webwww.smtc-grenoble.org

Le Syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération grenobloise ou SMTC Grenoble est l'autorité organisatrice de la mobilité de l'agglomération grenobloise. Les membres du SMTC sont Grenoble-Alpes Métropole (La Métro) et le conseil départemental de l'Isère. Le syndicat couvre depuis 2014 les 49 communes de « la Métro » soit près de 440 000 habitants.

Histoire

Les arrêts de trams arboré du logo du SMTC, ainsi que sa couleur rose.

La création du SMTC Grenoble le 9 octobre 1973 par le Syndicat intercommunal d'étude et de programmation pour l'aménagement de la région grenobloise (SIEPARG) et le conseil général de l'Isère résulte de la volonté des élus grenoblois de moderniser et relancer le réseau de transport en commun grenoblois, alors exploité par la Société grenobloise de tramways électriques (SGTE) qui ne bénéficiait pas de subventions publiques et dont la fréquentation et la qualité de service ne font que diminuer au fil des ans[1].

La première mesure du SMTC est d'arrêter la concession du réseau à la SGTE le , trois avant la date de fin initiale, et d'en confier l'exploitation dès le lendemain à la Société d'économie mixte des transports publics de l'agglomération grenobloise (SEMITAG), le réseau changeant alors de nom au profit de Transports de l'agglomération grenobloise (TAG)[1]. La nouvelle compagnie bénéficie de subventions publiques et du versement transport, lui permettant de moderniser rapidement le réseau grenoblois (nouveaux bus, dépôt d'Eybens...)[1].

Le second grand projet, décidé en 1983, est la création du nouveau tramway de Grenoble, mis en service en 1987, qui est le premier réseau de tramway accessible aux personnes à mobilité réduite au monde, dans la continuité de la création d'un service de minibus spécialement aménagés en 1980[1],[2].

En 2003 le SMTC change son identité visuelle et se rend plus visible auprès du grand public : il s'affiche désormais sur les abribus et arrêts de tramways, ainsi que sur l'ensemble des véhicules.

Une nouvelle délégation de service public (DSP) est conclue en janvier 2006 entre le SMTC et la Semitag pour une durée de 7 ans. Le contrat de DSP prévoit des outils de pilotage et un dispositif qualité avec la certification NF des lignes de transports.

À la suite de la fusion, au 1er janvier 2014, de la Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole, de la Communauté de communes du Sud Grenoblois et de la Communauté de communes du Balcon Sud de la Chartreuse, le réseau du SMTC dessert désormais 49 communes[3].

Other Languages