Sultanat hafside de Tunis

Sultanat hafside de Tunis

الحفصيّون (ar)
ⵉⵃⴰⴼⵙⵉⴻⵏ (ber)

1207/1236 – 1574

Drapeau
Reconstruction possible d'un drapeau hafside du XVe siècle.
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte du sultanat hafside c. 1300-1500.
Informations générales
CapitaleTunis
LangueBerbère, Arabe maghrébin,
ReligionIslam sunnite, Ibadisme, Église catholique, Judaïsme
MonnaieDinar
Sultan
1207-1222Abû Muhammad `Abd al-Wâhid ben Abî Hafs (wali, « gouverneur »)
1224-1230`Abd Allah ben Abî Muhammad ben Abî Hafs (1er sultan)
1228-1249Abû Zakariyâ Yahyâ (2e sultan)
1249-1277Abû `Abd Allah Muhammad al-Mustansir (3e sultan)
1277-1279Abû Zakariyâ Yahyâ II (abdiqué)
12791283Abû Ishaq Ibrahim Ier (4e sultan)
1284-1295Abû Hafs Úmar Ier (5e sultan)
1295-1308Abû `Asida Muhammad al-Muntasir (6e sultan)

Entités précédentes :

Les Hafsides (arabe: الحفصيّون al-Ḥafsioun, berbère: ⵉⵃⴰⴼⵙⵉⴻⵏ Iḥafsien) sont une dynastie d'origine berbère masmoudienne[1] qui gouverne puis règne sur l'Ifriqiya, constituée par le Constantinois, la Tunisie et la Tripolitaine, entre 1207 et 1574[2].

C'est sous leur règne que Tunis prendra de l'importance, à la suite de l'installation des souverains dans la ville, au détriment notamment de Kairouan.

Étroitement liés aux Almohades, au nom desquels ils gouvernent l'Ifriqiya à partir de 1207, les Hafsides deviennent indépendants sous Abû Zakariyâ Yahyâ en 1236 et se maintiendront au pouvoir jusqu'à l'annexion de la Tunisie par l'Empire ottoman en 1574.

Histoire

Fondation

Carte des États méditerranéens au XIVe siècle, parmi lesquels les États (à partir de gauche) des Mérinides, Zianides et Hafsides.

Au début du XIIIe siècle, le Maghreb est encore soumis à la domination des souverains almohades. À la suite de l'irruption en Berbérie orientale des frères Ali et Yahia Ben Ghania, descendants des Almoravides que l'Almohade Abd al-Mumin avait dépossédés, et après avoir traversé l'Algérie en vainqueurs, les deux frères se taillent une principauté dans le Jérid. Ali est tué, mais son frère Yahia entreprend la conquête du Centre et du Nord de l'Ifriqya. Il réussit à s'emparer de Mahdia, Kairouan et Tunis en 1202, faisant prisonniers le gouverneur almohade et ses enfants. Ben Ghania pille alors les villes, leurs jardins et les animaux qui s'y trouvent.

Devant cette situation dangereuse, le calife Muhammad an-Nasir, qui règne à Marrakech, part lui-même à la reconquête de l'Ifriqya et entre en février 1206 dans Tunis abandonnée par l'ennemi. Il y reste un an pour rétablir l'autorité almohade sur l'ensemble du territoire, puis, avant de repartir pour le Maroc, il confie le gouvernement de la province à l'un de ses fidèles lieutenants, le cheïkh Abû Muhammad `Abd al-Wâhid ben Abî Hafs ou, plus simplement, Abd al-Wâhid ibn Hafs, forme arabisée du nom berbère Fazkat, dont son aïeul est Inti de la tribu Hintata des Masmouda[1].

Le nouveau gouvernement est investi de pouvoirs plus étendus que par le passé : il recrute des troupes qui lui sont nécessaires pour maintenir la paix et pour préparer d'éventuelles guerres, nomme les fonctionnaires de l'État, les qadis, etc. Après la mort d'Abd al-Wâhid ibn Hafs, son fils Abû Zakariyâ Yahyâ lui succède en 1228. Un an après sa nomination, il se proclame indépendant du calife de Marrakech sous prétexte que celui-ci avait embrassé le sunnisme. Prince de grande envergure, il fonde la dynastie hafside qui régnera sur la Berbérie orientale pendant trois siècles et fait de Tunis la capitale du royaume[3].

Splendeur et déclin

Il étend les frontières de son État en soumettant le Maghreb central, allant même jusqu'à imposer sa suzeraineté au royaume de Tlemcen, au Maroc septentrional et à l'Espagne des Nasrides de Grenade. Les Hafsides deviennent totalement indépendants en 1236[4]. Le successeur d'Abû Zakariyâ' Yahyâ, Abû `Abd Allah Muhammad al-Mustansir, se proclame calife en 1255 et continue la politique de son père. C'est durant son règne qu'a lieu la seconde croisade de Saint Louis qui se solde par un échec. Débarqué à Carthage, le roi meurt de la dysenterie[5] au milieu de son armée décimée par la maladie en 1270[6].

Après la mort d'Abû `Abd Allah Muhammad al-Mustansir, des troubles éclatent et durent 40 ans. À cela s'ajoutent les attaques du royaume d'Aragon avec lequel Abû `Abd Allah Muhammad al-Mustansir entretenait pourtant de bonnes relations. La dynastie connaît un léger déclin : le Sud tunisien et la Tripolitaine se détachent de l'autorité hafside, puis le Sud constantinois est contrôlé par l'émir de Bougie qui se rend pratiquement indépendant en 1294.

Bougie redevient une place commerciale, scientifique et culturelle prospère sous le règne des Hafsides.

Abû Yahyâ Abû Bakr al-Mutawakkil refait l'unité de l'État hafside. Après la mort de ce dernier, l'État est alors à nouveau divisé en trois parties (Tunis, Bougie et Constantine) puis en deux (Bougie et Constantine passant sous la même autorité en 1366) et finalement réunifié par Abû al-`Abbâs Ahmad al-Fadî al-Mutawakkil. Le pays connaît alors un essor économique important et devient un centre commercial du bassin méditerranéen. L'essor touche également le domaine culturel avec le grand historien et précurseur de la sociologie Ibn Khaldoun.

À son arrivée en 1394, Abû Fâris `Abd al-`Azîz al-Mutawakkil renforce l'autorité du pouvoir central, pacifie le Sud, s'empare d'Alger[7], impose sa suzeraineté au souverain de Tlemcen, repousse une attaque du roi d'Aragon contre Djerba et maintient généralement de bonnes relations avec les États chrétiens. Son petit-fils Abû `Umar `Uthmân poursuit son œuvre dans les mêmes domaines. À la mort d'Abû `Umar `Uthmân commence une nouvelle décadence irrémédiable marquée par des luttes pour le pouvoir. Au XVIe siècle, les Hafsides se trouvent au sein de la lutte entre les puissances espagnole et ottomane. Ils sont renversés en 1574 après la bataille de Tunis. La Tunisie devient dès lors une province de l'Empire ottoman.

Les XVe et XVIe siècles voient l'arrivée des Andalous (musulmans et juifs) chassés d'Espagne à la suite de la Reconquista.

Other Languages
aragonés: Hafsí
العربية: الحفصيون
asturianu: Hafsíes
български: Хафсиди
català: Hàfsida
čeština: Hafsidé
Deutsch: Hafsiden
Esperanto: Hafsida dinastio
español: Hafsíes
فارسی: حفصیان
suomi: Hafsidit
Bahasa Indonesia: Dinasti Hafsiyun
日本語: ハフス朝
ქართული: ჰაფსიდები
Taqbaylit: Ihafṣiyen
한국어: 하프스 왕조
Bahasa Melayu: Dinasti Hafsid
Nederlands: Hafsiden
norsk: Hafsidene
polski: Hafsydzi
پنجابی: بنو حفص
português: Reino Haféssida
русский: Хафсиды
slovenščina: Hafsidi
српски / srpski: Хафсиди
Türkçe: Hafsiler
українська: Хафсіди
اردو: بنو حفص