Subdivisions du Japon

Carte des subdivisions du Japon

L'Organisation territoriale du Japon est définie par la loi d'autonomie locale de 1947. Elle subdivise le pays en plusieurs échelons hiérarchisés. Le Japon étant un État unitaire, les juridictions locales dépendent largement, notamment sur le plan financier, du gouvernement central, et dépendent pour ce qui est de la règlementation de leur fonction publique et de leur administration du ministère des Affaires intérieures et des Communications. Ce système fut ainsi qualifié d'« autonomie à 30 % » (三割自治, San wari jichi?).

Hiérarchie administrative

Échelon préfectoral

Article détaillé : Préfectures du Japon.

Les 47 préfectures japonaises (都道府県, todofuken?), ou départements, forment les plus grandes subdivisions administratives japonaises. Elles regroupent quatre réalités différentes :

  • une préfecture métropolitaine (, to?), ou tout simplement métropole, pour l'élément particulier que constitue la capitale : Tōkyō.
  • une préfecture insulaire (, ?), pour symboliser la spécificité administrative qu'a toujours représenté Hokkaidō.
  • deux préfectures gouvernementales (, fu?) créées au XIXe pour distinguer les deux plus importantes régions urbaines après Tōkyō : Ōsaka et l'ancienne capitale Kyōto.
  • 43 préfectures « rurales » (, ken?), ou tout simplement préfectures ou départements.

Elles ont remplacé les anciennes provinces du Japon à la suite de la restauration de Meiji de 1867.

Échelon du district et sous-préfectoral

Les préfectures peuvent être également subdivisées en deux types de subdivisions qui ne constituent pas des entités politiques (elles n'ont ni exécutif, ni conseil élu, mais gèrent administrativement certains services comme l'état civil, la voirie, ...), mais uniquement administratives et territoriales :

Échelon municipal

Article détaillé : Municipalités du Japon.

Au , le Japon possédait toujours 1 746 municipalités (市区町村, shikuchōson?) ou communes, mais ce nombre est appelé à être diminué à 1000 selon la loi de fusion des municipalités de 2004. Elle comporte deux types de communes (urbaines et rurales) et quatre statuts :

Other Languages