Stéphane Mallarmé

  • page d’aide sur l’homonymie pour les articles homonymes, voir mallarmé.
    stéphane mallarmé
    mallarmé nadar.jpg
    mallarmé photographié par nadar (vers 1890).
    biographie
    naissance

    paris, drapeau de la france france
    décès
    (à 56 ans)
    valvins, drapeau de la france france
    sépulture
    seine-et-marnevoir et modifier les données sur wikidata
    nationalité
    françaisvoir et modifier les données sur wikidata
    activité
    poète, traducteur, critique d'art
    enfant
    anatole mallarmévoir et modifier les données sur wikidata
    autres informations
    a travaillé pour
    lycée condorcet, lycée janson-de-saillyvoir et modifier les données sur wikidata
    mouvement
    hermétisme
    symbolisme
    parnasse
    adjectifs dérivés
    « mallarméen »
    archives conservées par
    archives départementales des yvelines (166j)voir et modifier les données sur wikidata

    Étienne mallarmé, dit stéphane mallarmé, né à paris le et mort à valvins (commune de vulaines-sur-seine, seine-et-marne) le , est un poète français, également enseignant, traducteur et critique d'art[1].

    admirateur de théophile gautier, de charles baudelaire et de théodore de banville, stéphane mallarmé fait paraître en revue quelques poèmes en 1862. professeur d'anglais par nécessité, il est nommé en septembre 1863 au lycée de tournon-sur-rhône en ardèche et séjourne à besançon et avignon, avant d'arriver à paris en 1871. il fréquente alors des auteurs littéraires comme paul verlaine, Émile zola ou auguste de villiers de l'isle-adam et des artistes comme Édouard manet, qui a peint son portrait en 1876.

    s'il rencontre des difficultés dans son métier de professeur (il est chahuté par ses élèves), il mène une vie familiale paisible, ponctuée de difficultés financières et de deuils, en particulier la mort de son fils anatole en 1879 à l'âge de huit ans. il écrit des poèmes très élaborés et reçoit ses amis créateurs lors des mardis de la rue de rome ou dans sa maison de campagne, à valvins, près de fontainebleau, où il meurt le 9 septembre 1898 à 56 ans.

    attiré par l'esthétique de l'art pour l'art, il collabore au parnasse contemporain dès 1866, cherchant à dépasser son sentiment d'impuissance lié à un état dépressif, il est dès lors en quête d'une beauté pure que seul peut créer l'art : « le monde est fait pour aboutir à un beau livre », affirme-t-il. il entreprend des œuvres ambitieuses qu'il retravaillera longtemps comme hérodiade (1864-1887) ou l'après-midi d'un faune (1865-1876, dont claude debussy tirera une de ses œuvres symphoniques les plus célèbres en 1892-1894). admirateur d'edgar poe, il traduit le corbeau (1845), qui est publié en 1875 avec des illustrations d'Édouard manet, et écrit le tombeau d'edgar poe en 1876 (« tel qu’en lui-même enfin l’éternité le change... »), avant de traduire en prose d'autres poèmes.

    en 1887, il fait paraître une édition de ses poésies qui montrent sa recherche stylistique, comme dans le « sonnet en x », « ses purs ongles très haut dédiant leur onyx », ou le sonnet en octosyllabes « une dentelle s'abolit » (« une dentelle s'abolit/dans le doute du jeu suprême/À n'entrouvrir comme un blasphème/qu'absence éternelle de lit. »). l'aboutissement de cette ambition du poème absolu apparaît dans le poème graphique de 1897 « un coup de dés jamais n'abolira le hasard ». cette recherche d'une expression tendue vers l'épure lui vaut cependant dès l'époque le reproche d'hermétisme qui reste attaché à l'art mallarméen.

    la renommée de stéphane mallarmé se consolide encore à partir de 1884, quand paul verlaine l'inscrit dans sa série des poètes maudits par la publication d'un long article sur mallarmé, et, porteur de modernité et proche des avant-gardes en art comme en littérature, il est reconnu comme un maître par les jeunes générations poétiques, d'henri de régnier et des symbolistes à paul valéry. ainsi, auteur d'une œuvre poétique ambitieuse, stéphane mallarmé a été l'initiateur, dans la seconde moitié du e siècle, d'un renouveau de la poésie dont l'influence se mesure encore auprès de poètes contemporains comme yves bonnefoy.

  • biographie
  • regards sur son œuvre
  • influences et amitiés
  • Œuvres
  • enregistrements
  • Œuvres mises en musique
  • cinéma
  • bibliographie
  • notes et références
  • voir aussi

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Mallarmé.
Stéphane Mallarmé
Mallarmé Nadar.jpg
Mallarmé photographié par Nadar (vers 1890).
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Poète, traducteur, critique d'art
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Adjectifs dérivés
« Mallarméen »
Archives conservées par

Étienne Mallarmé, dit Stéphane Mallarmé, né à Paris le et mort à Valvins (commune de Vulaines-sur-Seine, Seine-et-Marne) le , est un poète français, également enseignant, traducteur et critique d'art[1].

Admirateur de Théophile Gautier, de Charles Baudelaire et de Théodore de Banville, Stéphane Mallarmé fait paraître en revue quelques poèmes en 1862. Professeur d'anglais par nécessité, il est nommé en septembre 1863 au lycée de Tournon-sur-Rhône en Ardèche et séjourne à Besançon et Avignon, avant d'arriver à Paris en 1871. Il fréquente alors des auteurs littéraires comme Paul Verlaine, Émile Zola ou Auguste de Villiers de L'Isle-Adam et des artistes comme Édouard Manet, qui a peint son portrait en 1876.

S'il rencontre des difficultés dans son métier de professeur (il est chahuté par ses élèves), il mène une vie familiale paisible, ponctuée de difficultés financières et de deuils, en particulier la mort de son fils Anatole en 1879 à l'âge de huit ans. Il écrit des poèmes très élaborés et reçoit ses amis créateurs lors des Mardis de la rue de Rome ou dans sa maison de campagne, à Valvins, près de Fontainebleau, où il meurt le 9 septembre 1898 à 56 ans.

Attiré par l'esthétique de L'art pour l'art, il collabore au Parnasse contemporain dès 1866, cherchant à dépasser son sentiment d'impuissance lié à un état dépressif, il est dès lors en quête d'une beauté pure que seul peut créer l'art : « le monde est fait pour aboutir à un beau livre », affirme-t-il. Il entreprend des œuvres ambitieuses qu'il retravaillera longtemps comme Hérodiade (1864-1887) ou L'Après-midi d'un faune (1865-1876, dont Claude Debussy tirera une de ses œuvres symphoniques les plus célèbres en 1892-1894). Admirateur d'Edgar Poe, il traduit Le Corbeau (1845), qui est publié en 1875 avec des illustrations d'Édouard Manet, et écrit le Tombeau d'Edgar Poe en 1876 (« Tel qu’en Lui-même enfin l’éternité le change... »), avant de traduire en prose d'autres poèmes.

En 1887, il fait paraître une édition de ses Poésies qui montrent sa recherche stylistique, comme dans le « Sonnet en X », « Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx », ou le sonnet en octosyllabes « Une dentelle s'abolit » (« Une dentelle s'abolit/Dans le doute du Jeu suprême/À n'entrouvrir comme un blasphème/Qu'absence éternelle de lit. »). L'aboutissement de cette ambition du poème absolu apparaît dans le poème graphique de 1897 « Un coup de dés jamais n'abolira le hasard ». Cette recherche d'une expression tendue vers l'épure lui vaut cependant dès l'époque le reproche d'hermétisme qui reste attaché à l'art mallarméen.

La renommée de Stéphane Mallarmé se consolide encore à partir de 1884, quand Paul Verlaine l'inscrit dans sa série des Poètes maudits par la publication d'un long article sur Mallarmé, et, porteur de modernité et proche des avant-gardes en art comme en littérature, il est reconnu comme un maître par les jeunes générations poétiques, d'Henri de Régnier et des symbolistes à Paul Valéry. Ainsi, auteur d'une œuvre poétique ambitieuse, Stéphane Mallarmé a été l'initiateur, dans la seconde moitié du e siècle, d'un renouveau de la poésie dont l'influence se mesure encore auprès de poètes contemporains comme Yves Bonnefoy.

Other Languages
azərbaycanca: Stefan Malarme
беларуская: Стэфан Малармэ
беларуская (тарашкевіца)‎: Стэфан Малярмэ
български: Стефан Маларме
বিষ্ণুপ্রিয়া মণিপুরী: মালার্মে
Ελληνικά: Στεφάν Μαλαρμέ
Bahasa Indonesia: Stéphane Mallarmé
Lëtzebuergesch: Stéphane Mallarmé
latviešu: Stefans Malarmē
македонски: Стефан Маларме
кырык мары: Малларме, Стефан
srpskohrvatski / српскохрватски: Stéphane Mallarmé
slovenčina: Stéphane Mallarmé
slovenščina: Stéphane Mallarmé
српски / srpski: Стефан Маларме
українська: Стефан Малларме
中文: 馬拉美