Stéphane Demilly

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Demilly.
Stéphane Demilly
Illustration.
Stéphane Demilly en 2014.
Fonctions
Co-président du groupe LC à l'Assemblée nationale

(5 mois et 1 jour)
AvecFranck Riester
Élection
PrédécesseurCréation du groupe
SuccesseurJean-Christophe Lagarde
Député de la 5e circonscription de la Somme
En fonction depuis le
(15 ans, 11 mois et 20 jours)
Élection12 mars 1989
Réélection11 juin 1995
11 mars 2001
9 mars 2008
23 mars 2014
LégislatureXIIe, XIIIe, XIVe et XVe
Groupe politiqueNC (2007-2012)
UDI (2012-2017)
LC (2017)
UAI (depuis 2017)
PrédécesseurGautier Audinot (RPR)
Maire d'Albert

(28 ans, 3 mois et 10 jours)
PrédécesseurClaude Landas (PCF)
SuccesseurClaude Cliquet (DVD)
Conseiller régional de Picardie

(9 ans et 4 mois)
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissanceAlbert (Somme)
Nationalitéfrançaise
Parti politiqueUDI
PèreFernand Demilly

Stéphane Demilly, né le à Albert (Somme), est un homme politique français. Il est député depuis 2002.

Biographie

Conseiller en communication et management de formation[1], il est le fils de Fernand Demilly, ancien sénateur de la Somme de 1995 à 2004.

Ayant longtemps appartenu à la famille politique de l'Union pour la démocratie française (UDF), il rejoint durant l'entre-deux tours de l'élection présidentielle de 2007, le Nouveau Centre, scission de l'ex-Union pour la démocratie française, soutenant Nicolas Sarkozy, Président de la République. Depuis 2012, il est membre de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) fondé par Jean-Louis Borloo.

Lors de la primaire de la droite et du centre, il apporte son soutien à Alain Juppé[2].

Il déclare afficher certaines convergences de vue avec Emmanuel Macron et son mouvement La République en marche !, avec lequel il pourrait s’inscrire dans une « majorité de projets »[3].

Il est réélu député lors de l'élection législative de 2017 dès le premier tour avec 53,77 % des voix[4]. À l'Assemblée nationale, il copréside le Groupe les Constructifs : républicains, UDI et indépendants[5].

Le 30 juin 2017, il démissionne de ses postes de maire, et au 7 juillet celui de la présidence de la Communauté de communes du Pays du Coquelicot[6].

Other Languages