Spécisme

Le spécisme (par haplologie, du mot latin species, « espèce », et le suffixe -isme) est la considération que l'espèce à laquelle un animal appartient, par exemple l'espèce humaine, est un critère pertinent pour établir les droits qu'on doit lui accorder. Ce concept éthique est surtout utilisé par les tenants de l'antispécisme, dans un contexte lié aux droits des animaux.

Par extension, le spécisme renvoie aussi à l'idée que les humains accorderaient une considération morale plus ou moins importante aux individus des autres espèces animales en fonction de celle-ci : les animaux de compagnie verraient par exemple leurs intérêts davantage pris en compte que les animaux d'élevage, destinés à l'expérimentation ou considérés comme nuisibles.

Le concept de spécisme a été forgé à partir du début des années 1970 par analogie avec les notions de racisme et de sexisme, dans le but de dénoncer une idéologie dominante, de la même manière que la notion de patriarcat a été reprise par le féminisme radical pour définir ce qui était jugé comme une idéologie omniprésente, invisible et à l'origine de diverses injustices. Le concept de spécisme est ainsi fondamentalement lié à celui d'antispécisme[1].

Other Languages
asturianu: Especismu
български: Видизъм
català: Especisme
کوردی: سپیشیزیزم
čeština: Speciesismus
Deutsch: Speziesismus
Ελληνικά: Σπισισμός
English: Speciesism
Esperanto: Speciismo
español: Especismo
euskara: Espezismo
suomi: Spesismi
עברית: סוגנות
hrvatski: Specizam
magyar: Fajizmus
Bahasa Indonesia: Spesiesisme
italiano: Specismo
日本語: 種差別
ქართული: სპეცისიზმი
한국어: 종차별주의
Latina: Specismus
lietuvių: Rūšizmas
latviešu: Sudzisms
Nedersaksies: Speciesisme
Nederlands: Speciesisme
occitan: Especisme
português: Especismo
română: Specisism
srpskohrvatski / српскохрватски: Specizam
Simple English: Speciesism
slovenščina: Specizem
svenska: Speciesism
Türkçe: Türcülük
中文: 物种歧视