Sound system

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section «  Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Au sens strict, le terme « sound system » (en français « système de sonorisation » transportable aussi parfois appelé discomobile selon le contexte) désigne le matériel de sonorisation utilisé lors d'une fête ou d'un concert.

Par extension, il désigne également le groupe d'organisateurs de soirées mettant ce matériel à disposition, et la culture y étant associée.

Histoire

La culture sound system est apparue en Jamaïque dans les ghettos de Kingston (Jamaïque) à la fin des années 1940. Née de l'exclusion d'une population pauvre et noire, n'ayant pas accès aux salles de spectacles et aux clubs (monopolisées par les riches blancs et métisses), les Jamaïcains plus modestes diffusaient alors leur musique dans la rue [1].

Le concept de « sound system » est d'abord devenu populaire dans les années 1950 dans les ghettos de Kingston. Les DJ chargeaient un camion avec un générateur, des platines vinyles et des haut-parleurs et installaient une fête de rue ( street party). Au début, les DJ jouaient du R&B américain mais au fur et à mesure, la production musicale jamaïcaine de rap se mit à s'étoffer et les sons prirent des sonorités locales typiques.

Les sound systems étaient de « grosses » affaires car ils représentaient un moyen sûr de se faire de l'argent dans une économie instable. L'organisateur (le DJ) pouvait faire du profit en demandant un petit droit d'accès et en vendant de la nourriture et de l'alcool. La concurrence était sévère entre les différents sound systems et deux DJs émergèrent comme des stars de la scène : Clement « Coxsone » Dodd et Duke Reid.

La popularité d'un DJ de sound system tenait surtout à sa capacité à jouer de la musique innovante. C'est pourquoi les deux DJs stars se mirent à la production de disques, augmentant non seulement leur potentiel mais réduisant leur utilisation de musique américaine. Au début, ils ne produisaient des titres que pour leur propre sound system, limités donc à une copie.

Ce qui commença par une simple copie du R&B américain fait par des musiciens locaux devint la première musique originale issue de Jamaïque : le ska. Au fur et à mesure que cette nouvelle tendance prit du succès, les deux DJs s'investirent de plus en plus dans la production. Le studio de production de Coxsone devint un studio réputé, alors que Duke Reid fonda le connu Treasure Isle.

À la suite de l'émigration de nombreux Jamaïcains vers l' Angleterre, les sound systems s'y implantèrent peu à peu. Ils finirent par se répandre dans différents pays en variant les différents styles de musique qu'ils produisaient, d'abord ska, rocksteady, reggae, dub, puis raggamuffin ou ragga - Jamaïque oblige - et enfin de plus en plus de musiques différentes, souvent électroniques, telles que l' électrodub, la hardtechno, la jungle, la drum and bass, etc.

C'est ce type de sound systems dub qu'ont côtoyé à leurs débuts les sound systems anglais, considérés comme les parents du « mouvement free party ».

En France, les sound-systems sont arrivés à la fin des années 1980 avec comme pionniers, des sounds comme Dread Lions, Reality, Youthman Unity, Kwame Nkrumah, High Fight, King Dragon, Blues Party, Stand Tall, Earthquake, Jah Wisdom, Ragga Dub Force, Ital Posse...

Aujourd'hui, il existe de nombreux sound-systems français, diffusant la musique jamaïcaine sous sa forme originale, le 45 tours ou exclusive sous forme de dubplates specials (morceaux uniques joués par chaque sound).

Other Languages
čeština: Soundsystém
Nederlands: Sound system
polski: Sound system
svenska: Sound system
українська: Звукова система