Sima Qian

Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sima (homonymie).
Sima Qian
Description de l'image Sima Qian (painted portrait).jpg.
Naissance 145 av. J.-C.
Décès 86 av. J.-C.
Activité principale
historien
Auteur
Langue d’écriture chinois
Genres
histoire

Œuvres principales

Sima Qian ( chinois traditionnel : 司馬遷, simplifié : 司马迁, pinyin : Sīmǎ Qiān, EFEO Sseu-ma Ts’ien, transcription de Chavannes Se Ma T'sien) ( 145 av. J.-C.- 86 av. J.-C.) est un historien chinois, le premier à avoir tenté de décrire l' histoire de la Chine depuis sa création. Tous les historiens impériaux chinois se sont par la suite inspirés de son œuvre, le Shiji (史記 / 史记, Shǐjì).

Il vécut sous le règne de l'empereur Wudi ( 141 av. J.-C.- 87 av. J.-C.) de la dynastie Han, et son père, Sima Tan (司馬談 / 司马谈, Sīmǎ Tán) était annaliste de la cour, charge à mi-chemin entre celle d'un astrologue et celle d'un annaliste, qui consistait à noter autant les phénomènes célestes et leur influence que les événements humains. La famille de Sima Qian s'installa à Maoling, dans les environs de la capitale Chang'an.

Sima Qian était très précoce et lisait les livres anciens dès l'âge de dix ans [1]. À vingt ans, il compléta son éducation en voyageant dans diverses provinces telles que celles du Jiangsu, du Anhui, du Zhejiang, du Hunan et du Henan. Plus tard, il travailla pour le gouvernement en effectuant notamment une mission d'inspection dans la région de l'actuelle ville de Kunming (province de Yunnan), nouvellement conquise par les forces impériales. Ses fonctions lui permirent aussi d'effectuer plusieurs voyages aux quatre coins de l'empire, à l'exception de quelques zones considérées barbares à l'époque, comme les provinces de Fujian et de Guangdong.

En 107 av. J.-C., après un deuil de trois ans, Sima Qian succéda au poste d'annaliste de son défunt père ce qui lui donne accès aux archives royales. Il put ainsi continuer l'œuvre ambitieuse entreprise auparavant par son père, c'est-à-dire un livre racontant toute l'histoire de la Chine.

Sima Qian commença à écrire en 104 av. J.-C. Cependant, en 99 av. J.-C., après avoir provoqué la colère de l'empereur Wudi en plaidant pour Li Ling, un officier accusé de trahison, il fut condamné à être castré ou exécuté. À cette époque, être castré signifiait l'infamie et beaucoup de Chinois auraient préféré mourir plutôt que de vivre pareil déshonneur. Sima Qian choisit cependant de rester en vie pour achever son œuvre et tenir ainsi la promesse faite à son père. Il acheva en 91 av. J.-C. ses Mémoires Historiques. Amnistié en 96 av. J.-C., l'empereur le prit comme secrétaire privé, poste réservé aux eunuques.

Son œuvre principale est le Shiji (史記 / 史记, Shǐjì) ou Mémoires historiques, qui comporte de nombreuses biographies, dont celle de Confucius, et qui remonte jusqu'aux temps légendaires des Sanhuangwudi, que Sima Qian semble considérer comme véridiques.

Notes et références

  1. Voir page xxxiii in The First Emperor: Selections from the Historical Records, Sima Qian (trad. Raymond Dawson, K. E. Brashier), Oxford University Press, 2007
  • Biographie de Sima Qian écrite par son traducteur Edouard Chavannes, Mémoires Historiques, volume 1, 1895, introduction, chapitre 1 (Wikisource).
  • Mémoires Historiques, Traduction en 9 volumes, 4268 pages, Paris, YouFneg, 2015 (basée sur les travaux d'Edouard Chavannes, cette édition, la plus complète existante dans une autre langue que le chinois, a été poursuivie par Jacques Pimpaneau et Max Kaltenmark et terminée par Yves Hervouet)
Other Languages
Afrikaans: Sima Qian
Alemannisch: Sima Qian
አማርኛ: ሲማ ጭየን
aragonés: Sima Qian
العربية: سيما كيان
asturianu: Sima Qian
azərbaycanca: Sıma Syan
башҡортса: Сыма Цянь
беларуская: Сыма Цянь
беларуская (тарашкевіца)‎: Сыма Цянь
български: Сима Циен
བོད་ཡིག: སི་མ་ཆན།
brezhoneg: Sima Qian
bosanski: Sima Qian
буряад: Сыма Цянь
català: Sima Qian
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Sṳ̆-mā Chiĕng
нохчийн: Сыма Цянь
کوردی: سیما کیان
čeština: S’-ma Čchien
Cymraeg: Sima Qian
dansk: Sima Qian
Deutsch: Sima Qian
Zazaki: Sima Qian
Ελληνικά: Σίμα Τσιεν
English: Sima Qian
Esperanto: Sima Qian
español: Sima Qian
eesti: Sima Qian
euskara: Sima Qian
فارسی: سیما چیان
suomi: Sima Qian
føroyskt: Sima Qian
furlan: Sima Qian
Gaeilge: Sima Qian
galego: Sima Qian
ગુજરાતી: સિમા કીઆન
हिन्दी: सीमा चिआन
Fiji Hindi: Sima Qian
hrvatski: Sima Qian
hornjoserbsce: Sima Qian
magyar: Sze-ma Csien
Bahasa Indonesia: Sima Qian
Ilokano: Sima Qian
íslenska: Sima Qian
italiano: Sima Qian
日本語: 司馬遷
Basa Jawa: Sima Qian
ქართული: სიმა ციანი
қазақша: Сыма Цянь
한국어: 사마천
Кыргызча: Сыма Цян
Latina: Sima Qian
Ligure: Sima Qian
latviešu: Simacjaņs
Malagasy: Sima Qian
македонски: Сема Ќен
മലയാളം: സി-മാ ചിയാൻ
монгол: Сыма Цянь
Bahasa Melayu: Sima Qian
မြန်မာဘာသာ: ဆူမာချီယန်
Nederlands: Sima Qian
norsk nynorsk: Sima Qian
norsk: Sima Qian
occitan: Sima Qian
ਪੰਜਾਬੀ: ਸੀਮਾ ਕਿਆਨ
polski: Sima Qian
Piemontèis: Sima Qian
پنجابی: سیما چیان
português: Sima Qian
română: Sima Qian
русский: Сыма Цянь
русиньскый: Сима Цян
Scots: Sima Qian
srpskohrvatski / српскохрватски: Sima Qian
Simple English: Sima Qian
slovenčina: S’-ma Čchien
slovenščina: Sima Qian
српски / srpski: Сима Ћен
svenska: Sima Qian
Kiswahili: Sima Qian
Tagalog: Sima Qian
Türkçe: Sima Qian
татарча/tatarça: Sıma Tsiän
українська: Сима Цянь
oʻzbekcha/ўзбекча: Sima Syan
Tiếng Việt: Tư Mã Thiên
Winaray: Sima Qian
吴语: 司马迁
მარგალური: სიმა ციანი
ייִדיש: סימא טשיען
中文: 司馬遷
文言: 司馬遷
Bân-lâm-gú: Su-má Chhian
粵語: 司馬遷