Serge Grouard

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grouard.
Serge Grouard
Image illustrative de l'article Serge Grouard
Fonctions
Adjoint au maire d' Orléans
En fonction depuis le
(2 ans, 3 mois et 20 jours)
Élection
Maire Olivier Carré
Président de la Commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire de l'Assemblée nationale

(1 an, 6 mois et 26 jours)
Législature XIIIe
Prédécesseur Christian Jacob
Successeur Jean-Paul Chanteguet
Député de la 2e circonscription du Loiret

(15 ans et 1 jour)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
17 juin 2012
Législature XIIe, XIIIe et XIVe
Prédécesseur Éric Doligé ( RPR)
Successeur Caroline Janvier
Maire d' Orléans

(14 ans, 2 mois et 9 jours)
Élection 18 mars 2001
Prédécesseur Jean-Pierre Sueur ( PS)
Successeur Olivier Carré
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Père Jean Grouard
Mère Anne-Marie Clément
Diplômé de IEP de Paris
École supérieure des officiers d'état-major
Profession Haut fonctionnaire

Serge Grouard, né le à Paris, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Biographie

Jeunesse

Serge Grouard est le fils de Jean Grouard, directeur commercial et d'Anne-Marie Clément, artiste peintre. Il est père de trois enfants.

Diplômé de l' Institut d'études politiques de Paris (1981) [1], il est titulaire d'un DEA de relations internationales / stratégie et d'un brevet de l' École supérieure des officiers d'état-major (ESORSEM).

Carrière professionnelle

Sa carrière d'administrateur civil s'est déroulée à la Ville de Paris, ainsi qu'au ministère de la Défense. Il a notamment été conseiller technique au cabinet du maire de Paris, Jacques Chirac, de 1993 à 1996. Il fut également chargé de cours en relations internationales jusqu'en 2001 [2].

Maire d'Orléans

Serge Grouard entame son parcours politique en 1995. Il est 3e sur la liste du candidat UDF à la mairie d'Orléans Jean-Louis Bernard. Ce dernier étant battu par le maire PS sortant Jean-Pierre Sueur, Serge Grouard prend la tête de l'opposition municipale jusqu'aux élections municipales suivantes.

Après avoir fait une alliance avec Charles-Éric Lemaignen et Olivier Carré, Serge Grouard est élu maire d' Orléans aux élections municipales de 2001 en battant à la suprise générale le maire sortant PS Jean-Pierre Sueur. Charles-Éric Lemaignen devient président de la Communauté d'agglomération Orléans Val de Loire et Olivier Carré premier adjoint au maire.

Le , la liste qu'il conduit est élue pour un second mandat avec un score de 51,3 % des suffrages.

Au cours du mandat 2001-2008, le Conseil municipal présidé par Serge Grouard a lancé des projets de rénovation urbaine dans les quartiers et de restauration du centre ancien. Il est à l'origine de la création du Festival de Loire. Il a doté en 2004-2006 la ville d'Orléans d'un Agenda 21, ainsi que d'un système de vidéosurveillance.

Le , Serge Grouard a intenté une action en justice contre un blogueur orléanais – Antoine Bardet alias « Fansolo » – qui figurait sur une liste socialiste aux élections municipales [3]. Serge Grouard lui a reproché d'avoir créé un blog ironique, « Les amis de Serge Grouard », en usurpant son identité, et dénonce l'utilisation d'images détournées de manière potache [4], [5]. Le blogueur a été condamné à verser près de 10 000 € au plaignant (frais d'expertise, frais d'avocat et deux insertions dans la presse à concurrence de 2 000 € [3]). Le jugement a été confirmé en appel [6] mais intégralement cassé en cassation, Serge Grouard étant condamné en retour à verser 3 000 euros d'indemnités à Antoine Bardet en sus du remboursement de tous les frais engendrés par la procédure [7]. Ce jugement, qui fait jurisprudence [8], « élargit le champ de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté d'expression à tous les blogueurs » souligne Le Canard enchaîné [9].

Au cours du mandat 2008-2014, les travaux de réhabilitation du centre ancien se poursuivent activement, avec notamment le passage d'une deuxième ligne de tram ouest-est, la création d'une ZAC pour le secteur Carmes [10] et la réhabilitation de la place du Martroi achevée fin 2013. La construction du nouvel hôpital de La Source est le plus grand chantier de France dans ce domaine [11]. Le projet de création d'une arena en partenariat public-privé crée la polémique, tant sur son opportunité que sur son financement et son lieu d'implantation. La mairie abandonne le projet quand les subventions prévues – de l'État notamment – ne sont finalement pas accordées. Elle a toutefois dépensé 12 millions d'euros dans ce projet avorté (dont près de 8 millions pour l'achat des bâtiments et du terrain de l'ancienne usine Famar), le « plus grave échec en matière d'urbanisme » du maire souligne La Tribune d'Orléans [12].

Le 15 novembre 2012, la mairie d'Orléans annonce la mise en examen de Serge Grouard dans une affaire de diffamation publique à l'égard du journaliste de Libération Mourad Guichard [13].

En mars 2013, il refuse l'implémentation d'une école musulmane à Orléans, en invoquant la «  laïcité » et en déclarant : « Après, on m'oppose l'argument des écoles dédiées à d'autres religions. Mais ça n'a rien à voir ! Les écoles catholiques, notamment, sont sous contrat, avec un programme, et une obligation de respect de la laïcité ! Et elles acceptent aussi des enfants d'autres religions, des enfants musulmans. Si l'État accepte et veut la mettre sous contrat, c'est un autre sujet. Mais là, c'est une porte ouverte vers de possibles dérives » [14].

Le 24 mars 2014, la liste qu'il conduit obtient 53,65 % des suffrages exprimés dès le premier tour des élections municipales, devant la liste PS-EELV-PRG qui recueille 23,23 % des suffrages. C'est la première fois qu'un maire est élu pour trois mandats consécutifs à Orléans et de surcroît dès le premier tour. Serge Grouard est à l'origine d'une nouvelle polémique en créant une délégation chargée de lutter contre l'immigration clandestine [15]. L'ancien maire Jean-Pierre Sueur a demandé au préfet et au ministre de l'intérieur d'étudier les recours possibles contre de telles prérogatives qui sont en principe celles de l'État [16]. Le préfet du Loiret a invité le maire à changer le nom de la délégation « afin d'éviter toute confusion avec les compétences de l'État » [17].

Il annonce le lundi 22 juin 2015 sa décision de mettre fin à son mandat de maire d’Orléans pour des raisons de santé [18]. C'est son premier adjoint et dauphin Olivier Carré qui lui succède.

Député du Loiret

Serge Grouard est élu député avec 57,59 % des voix le 16 juin 2002, dans la 2e circonscription du Loiret [19]. Le , il est réélu avec 54,65 % des suffrages au second tour [20]. À l' Assemblée nationale, il fait partie du groupe UMP [21].

Il a été à l'origine d'un amendement de la loi dite «  Grenelle I » (février 2009) supprimant l'avis conforme de l' architecte des bâtiments de France pour les constructions réalisées dans les zones protégées. Le caractère obligatoire de cet avis a été rétabli à l'initiative de Dominique Braye par le Sénat en septembre 2009, dans le cadre de la loi dite « Grenelle II » [22].

Du 1er décembre 2010 à la fin de la XIIIe législature, il a été président de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire à l'Assemblée Nationale [23].

Lors des élections législatives de juin 2012, il est réélu député de la deuxième circonscription du Loiret pour la troisième fois avec 50,37 % des voix [24], [25].

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016, dont il est responsable du projet [26].

En juin 2017, il est candidat à un quatrième mandat mais perd l'élection face à la candidate En marche ! Caroline Janvier qui l'emporte dans la 2e circonscription du Loiret par 51,23% contre 48,77% [27].

Synthèse des mandats

Other Languages
English: Serge Grouard