Septoriose du blé

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section «  Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Septoriose du blé
Image illustrative de l'article Septoriose du blé
Symptômes foliaires

Type Maladie fongique
Noms communs Septoriose du blé,
tache septorienne du blé,
fonte des semis du blé
Agents Mycosphaerella graminicola
Phaeosphaeria nodorum
Hôtes Blé, genre Triticum spp.
Code OEPP SEPTTR, LEPTNO
Répartition Cosmopolite

La septoriose du blé est une maladie fongique due principalement à Septoria tritici et Septoria nodorum, qui affecte le blé et d'autres espèces du genre Triticum et se rencontre dans toutes les zones de culture du blé à travers le monde. Elle peut causer des pertes de rendement de plus de 40 %. Elle touche également d'autres cultures. Les épidémies peuvent être très dommageables du fait de leur développement exponentiel.

Biologie

Ces deux champignons appartiennent aux Ascomycètes mais sont très différents sur le plan biologique et morphologique. Stagonospora nodorum, qui était dominant sur blé en France au début des années 1980, a été supplanté par Septoria tritici.

Les périthèces formés sur résidus de culture libèrent à l'automne des ascospores responsables des contaminations primaires. Les pycnospores libérées en présence d'humidité constituent ensuite le moteur de l'épidémie. Elles requièrent de l'eau libre pour germer. La phase d'incubation (apparition des premiers symptômes et des pycnides) dans les tissus de blé est relativement longue (15 à 21 jours). Concrètement, chaque pycnospore peut être à l'origine d'une nouvelle lésion. Or, il y a en moyenne 1000 pycnospores par pycnide, 40 pycnides par lésion et de 3 à 4 lésions par feuille en cas de forte attaque. On peut donc estimer le nombre de pycnospores potentiellement infectieuses produites par chaque plante contaminée à environ 250 000.

Other Languages