Sept Merveilles du monde

Sept Merveilles du monde, gravure de Maarten von Heemskerck datant de 1572[1].

Les Sept Merveilles du monde[a], dont la genèse de la liste est méconnue, constituent l’ensemble des sept œuvres architecturales et artistiques les plus extraordinaires du monde antique. Elles correspondent toutes à des réalisations qui excèdent largement les proportions communes. Ces œuvres montrent qu’avec des moyens rudimentaires au regard des technologies contemporaines, architectes et bâtisseurs de l'époque étaient capables, à force de labeur et d’ingéniosité, d’ouvrages prodigieux (en grec : thaumasia). La popularité des monuments a suivi l’influence politique et économique des cités, et la construction d’un élément architectural imposant venait consacrer cette prédominance (Memphis, Éphèse, Halicarnasse, Rhodes, Babylone, Olympie et Alexandrie), de sorte que, si le monument était l’emblème de la cité, leurs destins à tous deux, on l’a constaté, étaient inévitablement liés.

Ces sept œuvres étaient : la pyramide de Khéops à Gizeh en Égypte, les Jardins suspendus de Babylone, la statue de Zeus à Olympie, le temple d'Artémis à Éphèse, le mausolée d'Halicarnasse, le colosse de Rhodes et le phare d'Alexandrie.

De ces sept « Merveilles », ne subsiste aujourd'hui que la pyramide de Khéops.

Other Languages
беларуская: Сем цудаў свету
беларуская (тарашкевіца)‎: Сем цудаў сьвету
Bahasa Indonesia: Tujuh Keajaiban Dunia Kuno
Lëtzebuergesch: Siwe Weltwonner
Plattdüütsch: Söven Weltwunners
norsk nynorsk: Dei sju underverka
srpskohrvatski / српскохрватски: Sedam svjetskih čuda (antika)
Kiswahili: Maajabu ya dunia
татарча/tatarça: Dönyanıñ cide moğcizası
українська: Сім чудес світу
oʻzbekcha/ўзбекча: Dunyoning yetti moʻjizasi
vepsän kel’: Mail'man seičeme čudod