Sciences économiques

Article connexe : Économie (discipline).

Les sciences économiques (ou la science économique ou encore l'économie) est une discipline des sciences humaines et sociales qui étudie de façon scientifique le fonctionnement de l'économie c'est-à-dire la description et l'analyse de la production, des échanges et de la consommation des biens et des services.

Traditionnellement, au sein de la discipline, on distingue deux branches qui se distinguent par leur objets d'étude et leurs méthodes : la macroéconomie et la microéconomie. La macroéconomie étudie les grands agrégats économiques (l'épargne, l'investissement, la consommation, la croissance économique), alors que la microéconomie étudie le comportement des agents économiques (individus, ménages, entreprises) et leurs interactions, notamment sur les marchés. Comme dans d'autres disciplines, la science économique se décline selon un spectre depuis la théorie économique, qui vise à construire un corpus de résultats fondamentaux et abstraits sur le fonctionnement de l'économie, jusqu'à l'économie appliquée, qui utilise les outils de la théorie économique et des disciplines connexes pour étudier des domaines précis comme le travail, la santé, l'immobilier, l'organisation industrielle ou encore l'éducation. La branche de l'économie consacré plus spécifiquement à l'étude quantitatives des modèles économiques est l'économétrie, celle-ci a pris une grande place dans la discipline avec un usage important des méthodes statistiques.

La science économique en perspective

Article détaillé : Histoire de la pensée économique.

Naissance de la science économique

Le terme d'économie provient du grec. Si Xénophon et Aristote ont chacun écrit un traité sur l'économie néanmoins, la pensée économique moderne se développe avec le mercantilisme au e siècle, les physiocrates au e siècle. L'économie politique débute avec Adam Smith (fin du e siècle), et surtout David Ricardo ou encore Jean-Baptiste Say (début e siècle). C'est avec la révolution marginaliste à la fin du e siècle que l'économie se constitue comme une discipline scientifique.

À la fin du e siècle et au début du e siècle, les sciences économiques se structurent comme une discipline académique avec la création de départements d'économie dans les universités, de revues académiques spécialisées et d'associations professionnelles. Par exemple aux États-Unis, le département d'économie de l'université Harvard est créé en 1897 et le département d'économie de l'université de Californie à Berkeley est créé en 1903[1],[2]. L'American Economic Association est créée en 1885, le Quarterly Journal of Economics en 1886, le Journal of Political Economy en 1892 et l'American Economic Review en 1911. Au Royaume-Uni, la British Economic Association, ancêtre de la Royal Economic Society est fondée en 1890, la revue The Economic Journal en 1891 et la London School of Economics en 1895[notes 1].

Champs et approches de l'économie en termes de science

La définition la plus courante des sciences économiques est due à l'économiste Lionel Robbins. Il définit l'économie comme « la science qui étudie l'allocation de biens rares à des fins alternatives »[3]. La définition de Robbins s'étend à toute les activités humaines, pas seulement aux opérations strictement économiques comme la production, l'échange, la consommation ou la redistribution. En cela, elle se différencie de celle donnée en 1836 par John Stuart Mill qui définissait l'économie « comme la science qui détermine les lois des phénomènes sociaux résultants des opérations combinés de l'humanité visant à la production de richesse pour autant que ces phénomènes ne soient pas modifiés par la poursuite d'un autre objet(Mill 1836, p.323) » [4].

Développement du champ de la science économique au vingtième siècle

Dans les années 1930, la science économique connaît deux grandes révolutions avec l'apparition de la macroéconomie et de l'économétrie.

Avec la publication de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), John Maynard Keynes crée le champ de la macroéconomie.

John Maynard Keynes est un considéré comme le père fondateur de la macroéconomie.
Ragnar Frisch fonde la société d'économétrie en 1930 et la revue Econometrica en 1933.

Les années 1930 sont aussi marquées par le développement de l'économétrie. Ragnar Frisch crée la société d'économétrie en 1930 et la revue Econometrica en 1933. Le développement de l'économétrie conduit à un usage de plus en plus importants des statistiques dans la science économique. Les modèles économétriques peuvent aussi bien être utilisés pour calibrer un modèle économique existant que pour tester sa validité empirique.

Dans son ouvrage Foundations of Economic Analysis, Paul Samuelson a trouvé une structure mathématique commune à un grand nombre de modèles économiques.

Dans les années 1940 et 1950, les sciences économiques sont marquées par le développement des théories de la croissance économique avec le modèle de Harrod-Domar et surtout le modèle de Solow (Solow 1956), le développement des fondements de la théorie des jeux avec l'ouvrage fondateur de John von Neumann et Oskar Morgenstern (von Neumann et Morgenstern 1944) et les travaux de John Nash, et l'accomplissement des recherches sur l'équilibre général en concurrence parfaite avec les travaux de Kenneth Arrow et Gérard Debreu qui montrent les conditions d'existence et d'unicité de l'équilibre général imaginé par Léon Walras.

Dans les années 1960, les sciences économiques explorent de nouveaux sujets comme l'éducation, la criminalité ou encore la famille. Les travaux de Gary Becker sont emblématiques de cette tendance à utiliser la théorie économique pour analyser des sujet hors du domaine traditionnel de l'économie. En macroéconomie, les années 1960 sont marquées par les débats sur l'arbitrage inflation-chômage mis en évidence par la courbe de Phillips (Philipps 1958). La remise en cause de cette courbe avec le phénomène de stagflation conduit à formuler différentes hypothèses sur les anticipations des agents (anticipations adaptatives puis anticipations rationnelles).

Dans les années 1970 se développent les modèles économiques en information imparfaite comme le modèle de George Akerlof sur les asymétries d'information dans un marché (Akerlof 1970).

En macroéconomie, la fin des années 1980 et le début des années 1990 est marqué par un renouvellement des travaux sur la croissance économique autour de la notion de croissance endogène.

Les années 1990 et 2000 sont caractérisées par une part de plus en plus importantes de travaux empiriques dans la recherche en économie. Cette évolution est particulièrement vraie en économie du travail, en économie de l'éducation ou encore en économie du développement[5],[6]. Le développement de l'économétrie appliquée dans ces années là est notamment lié au développement d'un champ de recherche autour de l'inférence causale (voir notamment le modèle causal de Neymann-Rubin) et la diffusion de protocoles de recherche comme la méthode des variables instrumentales, la méthode des doubles différences ou encore la régression sur discontinuité. Les travaux de David Card sur l'effet de l'immigration sur le marché du travail (Card 1990) ou de David Card et Alan Krueger sur l'effet du salaire minimum sur l'emploi (Card et Krueger 1994) sont représentatifs de ce champ de recherche.

Other Languages
Afrikaans: Ekonomie
አማርኛ: ሥነ ንዋይ
aragonés: Economía
العربية: اقتصاد (علم)
অসমীয়া: অৰ্থনীতি
asturianu: Economía
azərbaycanca: İqtisadi nəzəriyyə
башҡортса: Иҡтисад (фән)
žemaitėška: Akuonuomėka
беларуская: Эканоміка
беларуская (тарашкевіца)‎: Эканоміка
Bahasa Banjar: Ikunumi
bamanankan: Nafasorosira
বাংলা: অর্থনীতি
brezhoneg: Armerzh
bosanski: Ekonomija
буряад: Эдэй засаг
Cebuano: Ekonomiks
Chamoru: Ekonomia
corsu: Ecunumia
čeština: Ekonomie
kaszëbsczi: Ekònomijô
Чӑвашла: Экономика
Cymraeg: Economeg
Thuɔŋjäŋ: Piöcmääcëkäŋ
Zazaki: İqtısad
Ελληνικά: Οικονομικά
English: Economics
Esperanto: Ekonomiko
euskara: Ekonomia
estremeñu: Economia
føroyskt: Búskapur
furlan: Economie
Frysk: Ekonomy
Gaeilge: Eacnamaíocht
贛語: 經濟學
Gàidhlig: Eaconomachd
galego: Economía
गोंयची कोंकणी / Gõychi Konknni: अर्थशास्त्र
Gaelg: Tarmaynys
客家語/Hak-kâ-ngî: Kîn-chi-ho̍k
עברית: כלכלה
Fiji Hindi: Arthsaastr
hrvatski: Ekonomija
Kreyòl ayisyen: Ekonomi
interlingua: Economia
Bahasa Indonesia: Ilmu ekonomi
Interlingue: Economie
Ilokano: Ekonomika
íslenska: Hagfræði
日本語: 経済学
Patois: Ikanamix
la .lojban.: dinske
Basa Jawa: Ékonomi
ქართული: ეკონომიკა
Qaraqalpaqsha: Ekonomika
ភាសាខ្មែរ: សេដ្ឋកិច្ច
한국어: 경제학
kurdî: Aborî
Кыргызча: Экономика
Latina: Oeconomica
Ladino: Ekonomiya
Lëtzebuergesch: Ekonomie
Lingua Franca Nova: Economia
Limburgs: Economie
Ligure: Economìa
lietuvių: Ekonomika
latviešu: Ekonomika
Basa Banyumasan: Ekonomi
Malagasy: Toe-karena
македонски: Економија
Bahasa Melayu: Ekonomi
Mirandés: Eiquenomie
မြန်မာဘာသာ: ဘောဂဗေဒ
Nedersaksies: Ekonomie
नेपाल भाषा: अर्थशास्त्र
Nederlands: Economie
norsk nynorsk: Samfunnsøkonomi
Novial: Ekonomike
Nouormand: Êcononmie
Sesotho sa Leboa: Thutothuo
occitan: Economia
Oromoo: Dinagdee
ਪੰਜਾਬੀ: ਅਰਥਸ਼ਾਸਤਰ
polski: Ekonomia
Piemontèis: Conomìa
پنجابی: اکنامکس
português: Economia
Runa Simi: Musiku
română: Economie
русиньскый: Економіка
саха тыла: Экономика
sardu: Economia
sicilianu: Ecunumìa
Scots: Economics
srpskohrvatski / српскохрватски: Ekonomija
Simple English: Economics
slovenčina: Ekonómia
slovenščina: Ekonomija
Gagana Samoa: Economics
chiShona: Ronzanzanga
Soomaaliga: Dhaqaale
shqip: Ekonomia
српски / srpski: Економија
Seeltersk: Wirtskup
Basa Sunda: Ékonomi
Kiswahili: Somo la Uchumi
тоҷикӣ: Иқтисод
Tagalog: Ekonomika
Tok Pisin: Ikonimikis
татарча/tatarça: Икътисад (фән)
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: ئىقتىسادشۇناسلىق
українська: Економіка
اردو: معاشیات
oʻzbekcha/ўзбекча: Iqtisodiyot
vèneto: Economia
Tiếng Việt: Kinh tế học
Volapük: Konömav
walon: Economeye
Wolof: Koom-koom
吴语: 經濟學
მარგალური: ეკონომიკა
ייִדיש: עקאנאמיק
Zeêuws: Economie
中文: 经济学
文言: 計學
Bân-lâm-gú: Keng-chè-ha̍k
粵語: 經濟學