Sandro Botticelli

Sandro Botticelli
Sandro Botticelli 083.jpg

Autoportrait de Botticelli, publié vers 1475. Détail issu de L'Adoration des mages.

Naissance
Décès
(à 66 ans)
Florence
Nom de naissance
Alessandro di Mariano di Vanni Filipepi
Activité
Maître
Élève
Lieux de travail
Mouvement
Mécènes
Œuvres réputées
Compléments

Alessandro di Mariano di Vanni Filipepi, dit Sandro Botticelli, est un peintre italien né à Florence le [1],[2] et mort le dans la même ville. Botticelli est l'un des peintres les plus importants de la Renaissance italienne et de l'histoire de l'art.

Biographie

Alessandro di Mariano di Vanni Filipepi, qui sera plus tard surnommé Sandro Botticelli, naît dans le quartier Borgo Ognissanti, à Florence, en Toscane. Il grandit dans une famille modeste, son père Mariano Filipepi est tanneur, son atelier est situé dans le quartier voisin de Santo Spirito. Sa mère est Smeralda Filipepi, et il est le plus jeune de quatre frères (Giovanni, Antonio et Simone). Selon Vasari, Alessandro tient son surnom du nom du maître orfèvre chez qui il a été placé comme apprenti, Botticello[3].

Botticelli entre à l'âge de vingt ans dans l'atelier de Fra Filippo Lippi (entre 1464 et 1467), moine et peintre de Florence, auteur de peintures religieuses. Il y travaille avec les peintres Antonio del Pollaiuolo et Andrea del Verrocchio quand son maître part pour Spolète. Cet apprentissage de l’orfèvrerie, de la gravure et de la ciselure influence la ligne de son dessin. Botticelli travaille beaucoup avec les artisans et notamment avec son frère Antonio, orfèvre avec qui il partage son atelier.

Il reçoit sa première commande publique en 1470 quand il ouvre son propre atelier. Il s'agit d'une allégorie pour le Tribunal de Commerce de Florence qui doit représenter la Force, panneau qui doit s'insérer dans une commande passée à Piero Pollaiuolo qui devait livrer les six autres vertus catholiques mais qui fut révoqué pour n'avoir pu les livrer à temps[4].

Il compose en 1472 le diptyque des Épisodes de la vie de Judith, avec La Découverte du cadavre d'Holopherne dans le style du Pollaiolo, et Le Retour de Judith à Béthulie, avec la sensibilité de Fra Filippo.

Devenu l'ami des philosophes néoplatoniciens, en accueillant pleinement leurs idées, il réussit à rendre visible cette beauté qu'ils théorisent, en y rajoutant son interprétation personnelle du caractère mélancolique et contemplatif, qui le distingue des autres artistes de son temps comme le Martyre de saint Sébastien de 1473, en une version totalement différente de celle du Pollaiolo.

Botticelli fréquente le cercle de la famille Médicis, notamment les humanistes comme Ange Politien ou Pic de la Mirandole, ce qui lui offre protection et garantie de nombreuses commandes, comme L'Adoration des mages (celle de 1475), peinte pour la chapelle funéraire de Gaspare Zanobi del Lama de Santa Maria Novella, une œuvre importante dans laquelle il dépeint un cortège dans lequel il représente les membres de la famille Médicis.

De cette même période date (1474-1475) une œuvre composée avec les mêmes principes qui révèle également l'influence flamande dans le Portrait d'un jeune homme portant le sceau de Cosme l'Ancien et plus tard en 1478, le célèbre Portrait de Julien de Médicis.

À partir de 1481, Botticelli est appelé à Rome par le pape Sixte IV pour décorer la chapelle Sixtine accompagné par Cosimo Rosselli, Domenico Ghirlandaio et Le Pérugin pour illustrer les vies de Jésus et Moïse sur les murs latéraux de la chapelle. La rivalité qui existe entre le pape, un Della Rovere et les Médicis, ses mécènes, fait que son talent n'est pas reconnu.

Il réalise trois grandes fresques[5] Les Épreuves de Moïse, La Tentation du Christ et La Punition des Rebelles Lévites.

Il revient à Florence, mécontent de l'accueil réservé à ses fresques, et décide de ne plus jamais quitter sa ville natale. Aussitôt rentré, il peint pour la villa Medicea di Castello de Laurent de Pierre-François de Médicis, cousin de Laurent le Magnifique, Le Printemps en 1482[6] et La Naissance de Vénus vers 1485, ses deux œuvres les plus connues[7].

En 1497, le moine Savonarole et ses disciples élèvent le bûcher des Vanités. Des jeunes garçons sont envoyés de porte en porte pour collecter tous les objets liés à la corruption spirituelle : les miroirs et cosmétiques, les images licencieuses, les livres non religieux, les jeux, les robes les plus splendides, les nus peints sur les couvercles des cassoni, les livres de poètes jugés immoraux, comme les livres de Boccace et de Pétrarque. Ces objets sont brûlés sur un vaste bûcher de la Piazza della Signoria. Des chefs-d’œuvre de l’art florentin de la Renaissance ont ainsi disparu dans le bûcher, y compris des peintures de Sandro Botticelli, que l’artiste avait lui-même apportées : "[...]regrettait publiquement d'avoir sacrifié au goût du paganisme" et allait se consacrer aux peintures religieuses[8]. Vasari dans les "Vies des peintres , tome I" dit qu'il était adepte de Savonarole en ces termes : « [...] de la secte dont il était partisan, au point qu'il abandonna la peinture, et comme il ne possédait aucune ressource, il tomba dans le plus grand embarras. Sectateur acharné de ce parti, comme on disait alors, il piagone, il cessa de travailler, et à la fin de sa vie il se trouva vieux et pauvre, de telle sorte que les Médicis pour lesquels il avait beaucoup travaillé, ne le soutirent plus financièrement[3]. ». Aussi, l'on comprend mieux pourquoi Vasari, en qualité d'architecte de la Piazzale des Offices, ne fait pas figurer Sandro Botticelli au rang des statues des "grands hommes" qui font le prestige de Florence. Il mourut infirme et fortement diminué.

Il eut comme élève Filippino Lippi, le fils de son maître, Fra Filippo Lippi.

Il meurt en 1510 dans la maison de la Via della Porcellenna où il a travaillé toute sa vie. Son tombeau est situé dans l'église Ognissanti.

Other Languages
azərbaycanca: Sandro Bottiçelli
беларуская: Сандра Бацічэлі
беларуская (тарашкевіца)‎: Сандра Батычэльлі
български: Сандро Ботичели
estremeñu: Sandro Botticelli
Bahasa Indonesia: Sandro Botticelli
Lëtzebuergesch: Sandro Botticelli
Lingua Franca Nova: Sandro Botticelli
македонски: Сандро Ботичели
Napulitano: Sandro Botticelli
Nederlands: Sandro Botticelli
norsk nynorsk: Sandro Botticelli
Livvinkarjala: Sandro Botticelli
Piemontèis: Sandro Botticelli
português: Sandro Botticelli
srpskohrvatski / српскохрватски: Sandro Botticelli
Simple English: Sandro Botticelli
slovenčina: Sandro Botticelli
slovenščina: Sandro Botticelli
српски / srpski: Сандро Ботичели
Sranantongo: Sandro Botticelli
українська: Сандро Боттічеллі
oʻzbekcha/ўзбекча: Bottichelli Sandro
Tiếng Việt: Sandro Botticelli
West-Vlams: Sandro Botticelli
粵語: 波提且利